A la UnePolitique

Demande de pardon de Blaise Compaoré: l’improvisation continue

Quelques jours après son retour inattendu au Burkina Faso depuis son départ du pouvoir en 2014, l’ancien Président Blaise Compaoré, par le biais d’émissaires venus de la Côte d’Ivoire, a, dans une lettre, demandé pardon au peuple burkinabè et à la famille de Thomas Sankara. Comme sa venue controversée du 7 juillet 2022, cet acte de contrition, au-delà du symbole qu’il revêt, a été une fois mal articulé. Mais les intentions restent bonnes.
L’ancien président du Faso, Blaise Compaoré, aura été la vedette incontestée de ce mois de juillet 2022 au Burkina Faso. Depuis qu’il a été chassé du pouvoir en 2014, il n’avait plus autant fait la Une de l’actualité que ces temps-ci.
Son retour impromptu le 7 juillet dernier, pour prendre part à une rencontre avec les autres chefs d’Etat du pays, continuait d’alimenter les controverses qu’une autre surprise prît de cours les Burkinabè. Une délégation composée du ministre conseiller spécial du président ivoirien, Ally Coulibaly, et de sa fille, Djamila Compaoré, était porteuse d’une lettre de Blaise Compaoré auprès du président du Faso, le Lieutenant-Colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, le 26 juillet 2022.
L’objet de la missive : pardon au peuple burkinabè. « Je demande pardon au peuple burkinabè pour tous les actes que j’ai pu commettre durant mon magistère, plus particulièrement à la famille de mon frère et ami Thomas Isidore Noël Sankara. J’assume et déplore, du fond du cœur, toutes les souffrances et drames vécus par toutes les victimes durant mes mandats à la tête du pays et demande à leurs familles de m’accorder leur pardon. Je souhaite que nous puissions aller de l’avant désormais, pour reconstruire notre destin commun sur la terre de nos ancêtres », a écrit en substance Blaise Compaoré, dans sa lettre.
Si demander pardon est noble et profondément humain, il faut toutefois savoir s’y prendre dans sa formulation. L’on a l’impression que l’entourage de l’ancien président, du moins tous ceux qui sont à la manœuvre, brillent par une improvisation très mal inspirée dans leurs démarches. La même précipitation sur sa venue au Burkina s’est reproduite avec cette demande de pardon.
Une lettre, dont certains doutent qu’elle soit écrite par Blaise Compaoré, était-elle la formule idéale pour s’adresser au peuple burkinabè sur un sujet si important. Une autre approche somme toute relative aurait mieux servi l’ex-chef d’Etat que cette voie. L’idéal aurait été que Blaise Compaoré vienne de lui-même à Ouagadougou, fasse de vive voix sa demande de pardon au peuple et s’en remette à la Justice qui l’a condamné par contumace à la perpétuité, lors du procès Thomas Sankara, le 6 avril dernier.
Dans ce cas de figure, au regard de certaines dispositions, une résidence sous surveillance aurait pu être aménagée pour lui, chez lui à Ziniaré ou ailleurs. Sur la même lancée, il entreprendrait les démarches auprès de la famille Thomas Sankara, qu’il considère comme son « frère et ami », pour lui exprimer sincèrement son pardon. D’ailleurs, les membres de cette famille l’ont toujours considéré comme un des leurs. Dans une certaine mesure, ce schéma aurait pu être salutaire. Même si d’autres raisons souterraines justifient cette voie empruntée par Blaise Compaoré pour s’adresser au peuple qu’il a dirigé pendant 27 ans, elle est loin d’atteindre l’objectif escompté.o
Jérôme HAYIMI

 

Encadré

Corriger les balbutiements

Certes, les Burkinabè ont besoin de solder leur passif pour passer à une autre page dans ce contexte si difficile pour le pays, mais il y a un minimum de règles qu’il convient de respecter. C’est dans le respect de nos institutions que peut s’amorcer véritablement ce besoin de réconciliation nationale. Par-delà le fiasco de la rencontre du 8 juillet, Blaise Compaoré aurait pu saisir l’occasion de s’adresser solennellement à son peuple. En lisant la lettre, tout indique qu’elle était destinée à être lue lors de son séjour au pays. Dans tous les cas, il a franchi le rubicond en demandant pardon, la balle n’est plus vraiment dans son camp.
Mais, des actes mieux articulés donneraient la chance à l’enfant terrible de Ziniaré de retrouver la tranquillité de l’esprit et la paix du cœur. La réaction de Blandine Sankara, petite sœur de Thomas Sankara, en dit long sur la forme attendue de la demande de pardon : « On est tous surpris (…) Il (Blaise Compaoré, ndlr) connait bien où se trouve la famille. Il sait bien comment contacter la famille. C’est sa famille à lui, même s’il pense aujourd’hui que ce n’est plus le cas ».
Les erreurs font partie intégrante de toute initiative humaine. Il convient tout de même d’en prendre conscience et de s’atteler à les corriger. Ces balbutiements observés dans les différentes démarches de mettre l’ancien chef d’Etat dans le dispositif de la réconciliation nationale doivent être corrigés. Ce qui veut dire que les diverses opinions que suscite cette actualité doivent être analysées avec le recul qui sied pour sauter du bon pied la prochaine fois.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page