DBS: Travail des enfants : la crise sécuritaire, facteur aggravant

• Travail des enfants : la crise sécuritaire, facteur aggravant
Sur les 1,9 million de personnes déplacées internes, on compte 52% qui sont des enfants de moins de 15 ans. On le voit, la situation sécuritaire met les enfants en difficulté et conduit vers un phénomène qui prend de l’ampleur : le travail des enfants.
Plus le nombre d’enfants déplacés internes va croître, plus vite augmentera le pourcentage d’enfants travailleurs. Une prise en charge de ces enfants les expose aux pires formes du travail (prostitution, délinquance, enrôlement au sein des groupes armées).
Comment lutter contre le phénomène, quand des facteurs endogènes s’y invitent ?
C’est autour de cette réflexion que le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale a organisé un atelier de formation et d’échanges avec les journalistes et communicateurs. Objectif, réfléchir sur la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre le travail des enfants, dans ses pires formes.
Pour éradiquer le phénomène du travail des enfants, notamment, les pires formes, le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale a organisé le mardi 28 juin 2022 à Ouagadougou, un atelier de formation des journalistes et communicateurs sur le travail des enfants. La réussite de la mise en œuvre de la stratégie nationale ainsi qu’une meilleure appropriation de la règlementation relative au travail des enfants nécessitent un changement de paradigme dans la communication et l’information sur le travail des enfants.

• Les élections vont se tenir en février 2025
Le 29 juin 2022, le chef du gouvernement, Albert Ouédraogo, a tenu une série de rencontres avec les acteurs politiques et les opérateurs économiques. Ces rencontres avaient pour but d’informer ces acteurs sur le chronogramme qui sera présenté au médiateur Mahamadou Issoufou, le 1er juillet prochain, pour préparer le Sommet de la CEDEAO qui aura lieu le 3 juillet à Accra. Le président d’honneur de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, conseiller spécial du président de la Chambre de commerce, Lassiné Diawara, a, au nom des acteurs du secteur privé, salué cette réunion d’information qui, pour lui, est d’une grande importance. « Dans la situation que nous vivons dans notre pays, nous sommes exposés à des sanctions de la CEDEAO. Et cela impacte le secteur privé. De ce fait, c’était important pour nous d’être associés à une réunion d’information pour savoir que notre pays a établi un dialogue dynamique avec la CEDEAO pour sortir de la crise que nous pourrions vivre d’un moment à l’autre si des sanctions venaient à être prises ».
Du côté des acteurs politiques, l’appréciation diverge. En effet, Eddie Komboïgo, président du CDP, représentant de la délégation de l’ex-file de l’opposition, a apprécié cette démarche du gouvernement et dit avoir confiance en la Transition tout en leur souhaitant un plein succès dans la négociation avec la CEDEAO pour éviter au pays des sanctions économiques injustes. Pour Alassane Bala Sakandé, ancien président de l’Assemblée nationale, porte-parole de l’Alliance des partis et formations politiques de l’ex-majorité présidentielle, c’est une rencontre d’information qui traduit une exclusion des partis dans l’élaboration du chronogramme., car personne n’a été impliqué dans le processus.
A noter que le chronogramme qui sera présenté au facilitateur Mahamadou Issoufou est axé sur deux points essentiels: la restauration de la sécurité et l’organisation des élections. Les élections sont prévues pour se tenir en février 2025.

• Motos : nouveau verrou du gouvernement sur l’interdiction
Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le gouvernement vient de prendre une nouvelle mesure pour interdire l’importation, la commercialisation et la distribution à titre gratuit des motos « Aloba » et de même type sur toute l’étendue du territoire. Les importateurs qui ont des commandes en cours et des stocks non écoulés sont invités à les déclarer auprès des services compétents du ministère du Commerce.
La mesure d’interdiction est de 6 mois renouvelable. Cette mesure prise le 22 juin 2022 , vient renforcer celles annoncées la semaine dernière par le commandement opérationnel du théâtre national créant deux zones d’intérêt militaire et interdisant la circulation des motos dans lesdites zones.

Commentaires
Numéro d'édition: 447

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.