A la UneEconomie

Croissance: le PIB à 2.472 milliards FCFA (3e trimestre 2021)

Quelle est l’activité économique qui a créé le plus de richesse sur le territoire national au 3e trimestre de 2021 ? Pour répondre à cette question, il faut éplucher les comptes nationaux trimestriels, publiés par l’INSD en début janvier 2022.
L’agrégat le plus connu des comptes nationaux est le Produit intérieur brut (PIB). Celui-ci mesure la valeur ajoutée qui a été créée par l’activité économique sur le territoire national. Et pour la période sous étude, le PIB du pays a observé une quasi-stabilité par rapport au second trimestre de 2021 (+0,3%, après une croissance de 2,7%).
En termes de valeur, le PIB au 3e trimestre 2021 s’élève à 2.472,2 milliards FCFA, contre 2.464,8 milliards au trimestre précédent. Plusieurs facteurs expliqueraient cette stagnation, selon les experts de l’INSD. Ceux-ci concernent les secteurs primaire, secondaire et tertiaire.

455,5 milliards FCFA pour le secteur primaire
Le 3e trimestre a été marqué par la mauvaise campagne agricole. Cette situation a entrainé une chute de richesses. Le secteur primaire a représenté 455,5 milliards FCFA, contre 473,7 milliards au trimestre précédent, soit une baisse de -5,5% de sa valeur ajoutée. Selon les récentes statistiques prévisionnelles de la campagne agricole 2021-2022, de fortes baisses ont été enregistrées dans la quasi-totalité des spéculations. La baisse a surtout porté sur la production céréalière qui passe de 5.179.104 tonnes à 4.686.677 tonnes à la campagne 2021-2022, soit une baisse de 9,5%.
Ces baisses sont essentiellement imputables, d’une part, à une mauvaise pluviométrie, et d’autre part, à l’abandon de superficies cultivables (296.233 ha) du fait de la situation sécuritaire dégradante. Ces baisses dans l’agriculture ont cependant été atténuées par une hausse des activités d’égrenage de coton (+11 %) au troisième trimestre 2021.

Baisse de 3,7% de la valeur des activités manufacturières
Dans le secteur secondaire, ce sont les activités manufacturières qui sont en baisse de 3,7%. En termes de valeur, au second trimestre 2021, les activités manufacturières ont représenté 257,6 milliards FCFA, contre 248 milliards au 3e trimestre. Toutes les branches de fabrication de produits manufacturiers ont été touchées par cette baisse.
L’agroalimentaire (-3,2%) et les autres industries manufacturières (-6,6%) sont fortement impactés. Le recul touche également la fabrication des textiles et articles d’habillement (-1,5%) et la fabrication des produits minéraux (-2,6%) qui enregistre sa première baisse depuis le quatrième trimestre 2019.
Globalement, les activités manufacturières reculent de 3,7%, après avoir augmenté de 9,7% au deuxième trimestre 2021.
Dans le tertiaire également, la plupart des activités reculent, notamment, dans le commerce, le transport, l’hébergement et la restauration, les activités financières. La mobilisation des impôts et taxes nettes ont aussi connu une timide croissance (+0,6%).

La construction apporte 72 milliards FCFA en plus
Malgré cette situation, la performance des activités de construction (+13,5%) et d’extraction (+3,6%) et aussi les services professionnels, scientifiques, techniques et de soutien au bureau (+9%) ont permis de contrebalancer la tendance. Dans le secteur primaire, la bonne tenue des activités d’égrenage de coton (+11%) a permis d’atténuer la forte baisse de la production agricole. En comparant le PIB réel du troisième trimestre 2021 à son niveau du troisième trimestre 2020 (glissement annuel), la croissance réelle est plus importante (+3,8%). Ceci, grâce essentiellement à la bonne tenue de l’extraction (+7,3%), de la construction (+11,4%) et de la fabrication des produits minéraux (+15,2%) mais aussi au phénomène de rattrapage dans les services de transport et entreposage (+30,9%), d’hébergement et restauration (+46,4%), après les fortes chutes de l’activité en 2020 induites par la crise de la COVID-19.
NK

 

Encadré 1

Les activités de construction ont le vent en poupe

Au troisième trimestre 2021, la branche de la construction enregistre une forte croissance de +13,5% (72,8 milliards FCFA) de sa valeur ajoutée, après avoir déjà augmenté de +2,5% au deuxième trimestre de l’année. Ces performances sont dues, d’une part, à la construction des bâtiments, et d’autre part, à la construction d’ouvrages de génie civil, notamment, les routes, en lien avec une hausse des investissements publics dans le domaine. En effet, au troisième trimestre 2021, les investissements publics en bâtiments et ouvrages de génie civil ont fortement augmenté de +46,3% par rapport au deuxième trimestre de l’année.

 

Encadré 2

Or: 16,77 tonnes produites au 3e trimestre 2021

Les activités extractives haussent de 3,6%, après avoir baissé de 8,6% et 5,8%, respectivement au premier et au deuxième trimestre 2021. Cette performance est imputable à la hausse des quantités d’or produites qui sont passées de 16,19 tonnes au deuxième trimestre à 16,77 tonnes au troisième trimestre. Cependant, en dépit de cette hausse, la quantité d’or produite reste en deçà du niveau record de 18,79 tonnes atteint au quatrième trimestre 2020.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page