Boris Ouédraogo, représentant de Elitis SA, recevant le prix de l’excellence des mains du PM. (DR)

Prix burkinabè de la qualité Elitis SA décroche le prix d’excellence

• Engouement des petites entreprises

• Se préparer au prix CEDEAO

• Le gouvernement félicite les organisateurs

Boris Ouédraogo, représentant de Elitis SA, recevant le prix de l’excellence des mains du PM. (DR)

Ces Journées nationales de la qualité et le Prix burkinabè de la qualité étaient placés sous le haut patronage du président du Faso. Son message à l’attention des participants a été lu par le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré. . (DR)

Après la société de ciment, Cimasso, en 2020, c’est Elitis Express SA, la société de transport du Groupe Sissima Tours, qui décroche le prix d’excellence dans la catégorie A des grandes entreprises cette année. Le Diamant. Le point commun entre ces deux lauréats : la ville de Bobo-Dioulasso où s’est tenue la 31e édition des Journées nationales de la qualité (JNQ) sanctionnées par la proclamation des résultats du Prix burkinabè de la qualité les 29 et 30 septembre derniers.
En deux participations, c’est le grand prix d’excellence que rafle la société des transports Elitis Express, marquant ainsi sa constance dans la démarche qualité. En 2020, c’était le prix spécial-réalisation de produit. Pour le représentant de la société, Boris Ouédraogo, le suspense était total, même si sa société avait confiance en elle-même, en s’engageant dans cette compétition afin de prouver son système de management. « Nous étions dans le suspense comme les autres entreprises. On a montré ce qu’on appliquait comme démarche qualité et on est très heureux que le jury l’ait reconnue comme la meilleure cette année, c’était naturel pour nous de soumissionner, parce que chaque jour, nous cherchons les moyens de nous améliorer.  Ce prix nous permet de nous évaluer annuellement pour voir à quel niveau nous sommes et d’apporter les correctifs nécessaires pour satisfaire nos clients ».
C’est cet engagement et cette énergie pour mettre en œuvre les outils de la qualité au profit des travailleurs, des clients et des usagers que le Premier ministère a salué, après avoir remis le grand prix. Il invite encore plus d’entreprises à s’y engager afin d’augmenter leur compétitivité dans un contexte d’ouverture des frontières avec la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECLAF) et les opportunités de la relance post Covid.
Cet engouement des entreprises est réel. Cette édition enregistre une augmentation de 75% du niveau de participation. 35 entreprises ont candidaté cette année, contre 20 seulement en 2020 dans les trois catégories phares du Prix burkinabè de la qualité : A, grande entreprise (plus de 100 personnes ; B, moyenne entreprise (de 21 à 100 personnes) et C, petite entreprise (de 1 à 20 agents).
C’est une participation appréciable, a estimé le président du comité d’organisation, Aboubacar Traoré, Secrétaire général du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Cette satisfaction est partagée par Issaka Zoungrana, Directeur général de l’Agence burkinabè de normalisation et de métrologie (ABNORM), coorganisatrice du Prix burkinabè de la qualité, qui a fait remarquer que cette année, les petites entreprises ont été plus nombreuses à compétir. Elles sont passées cette année au nombre de 18, contre seulement 2 en 2020, d’autant que le public a répondu présent aux différentes activités qui ont meublé ces 48 heures de la qualité.

Photo de famille avec les lauréats. 35 entreprises ont candidaté en 2021. (DR)

L’exposition a connu la participation de 26 entreprises qui ont exposé leur savoir-faire et produits aux visiteurs. La participation est estimée par le comité d’organisation à une moyenne de 400 personnes pour les panels, la communication inaugurale, la conférence-débats, etc.
Ces Journées nationales de la qualité et le Prix burkinabè de la qualité étaient placés sous le haut patronage du président du Faso. Son message à l’attention des participants a été lu par le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré. Il a félicité les entreprises lauréates de la 10e édition du PBQ et encouragé les entreprises non primées à maintenir le cap du processus d’amélioration continue pour de prochaines victoires.
Le challenge qui attend les lauréats « c’est de porter haut le flambeau du Burkina Faso, à l’occasion de l’organisation du prix CEDEAO de la qualité qui se tiendra dans les mois à venir », a déclaré le président dans son discours.o
JB

 

Encadré

Le palmarès du Prix burkinabè de la qualité (PBQ)

Catégorie A : Elitis Express (prix d’excellence), société de transports voyageurs
Catégorie B : InnoFaso (prix d’excellence), société exerçant dans l’agroalimentaire de produits nutritionnels au profit des nourrissons
Catégorie C : ETT Pro sarl (prix d’excellence), société de transformation de produits locaux sous la marque TAKALI.o

Commentaires
Numéro d'édition: 408

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.