A la UneFocus

Dépenses: le budget 2022 est-il réaliste ?

Le budget 2022 adopté par l’Assemblée nationale n’est pas adapté au contexte actuel. Le Burkina Faso va connaitre une loi de finances rectificative dès le premier semestre de l’année pour tenir compte des impératifs du moment.

Quelles sont les insuffisances du budget 2022 ?
Dans son message à la Nation prononcé le 25 novembre 2021, le président du Faso a annoncé « la nécessité de constituer une équipe resserrée et plus soudée pour nous maintenir sur la trajectoire de la croissance économique, et de la poursuite de la lutte contre le terrorisme ».
Ce gouvernement resserré a été formé le 13 décembre 2021. On observe de nombreuses fusions de ministères. La Sécurité fusionne avec l’Administration territoriale, la Communication se retrouve avec la Culture, la Jeunesse se rattache aux Sports, les Ressources animales se retrouvent avec l’Agriculture. On note des changements de dénomination et la création d’un nouveau département ministériel, à savoir le ministère de la Prospective et des Réformes structurelles.
Le budget 2022 a été adopté 3 jours après la formation du gouvernement. Si la loi de finances signée a tenu compte de la nouvelle configuration, la situation de fusion de ministères freine l’exécution de budgets, le temps de faire l’inventaire des ressources humaines, matérielles et financières de chaque ministère avant de les rassembler. Ce processus aboutit à une nouvelle prévision des dotations. Pour y arriver, 2 comités vont être mis en place pour répartir les hommes, les ressources et le patrimoine. La création d’un nouveau ministère nécessite également un budget spécifique. Seulement 500 millions FCFA ont été dégagés pour ce ministère en 2022.
Le changement de dénomination nécessite des retouches du logiciel de gestion du budget. On assiste à une sorte de blocage du budget jusqu’à l’adoption des nouveaux budgets. Il est vrai que le gouvernement dispose de marges de manœuvre pour décaisser les ressources pendant cette période, mais ces nouveaux budgets doivent requérir l’autorisation de l’Assemblée nationale dans le cadre d’une loi de finances rectificative. Il est peut-être temps que le Burkina Faso fige ces ministères afin d’éviter les pertes de temps. Les autres points faibles du budget 2022 résident dans la gestion de la crise sécuritaire, humanitaire et alimentaire en perspective.
A propos de la crise alimentaire, les dispositions particulières n’apparaissent pas clairement dans le budget. Un réaménagement sera nécessaire pour permettre à de nombreux Burkinabè de se nourrir et d’être alimentés en eau. Sur le plan humanitaire, les dotations ne permettent pas de prendre en charge le nombre croissant de personnes déplacées internes. Le Burkina Faso compte une fois de plus sur les partenaires extérieurs pour la prise en charge des personnes affectées par le terrorisme. Les budgets de la Défense et de la Sécurité ont, certes, connu des augmentations continues depuis le début de la crise. Mais les dépenses de personnel occupent une grande part des budgets à tel point que les dotations en matière d’équipement des Forces de défense et de sécurité risquent de s’avérer insuffisantes, vu les besoins en équipements de qualité. o
E.K.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page