Tous coupables

Désolant spectacle. On a vu des écoles décoiffées par les intempéries à cause de charpentes mal fixées. Mais des écoles qui s’écroulent comme un château de cartes sous la pluie et le vent, c’est une nouvelle version des avatars du bâtiment au Faso. Un mort et plusieurs blessés à Dandé, le 24 mai 2021. C’est un homicide avec des circonstances aggravantes, s’il avère que l’exécution du chantier n’a pas respecté les règles en la matière. Le gouvernement a annoncé, à juste titre, des suites administratives et judiciaires. L’enquête devrait situer les responsabilités des uns et des autres. Mais pourquoi attendre une catastrophe pour verser des larmes de crocodile. Anticipons. Qui construit ? Qui contrôle les travaux et qui réceptionne l’ouvrage avec toutes les garanties que les normes de construction ont été respectées ? Ces personnes ou organismes ont leurs responsabilités engagées dans la mauvaise qualité des ouvrages publics et elles doivent rendre gorge de cela lorsque les contrefaçons sont avérées.

Certes, ce n’est pas demain la veille, la fin des commissions ou des bakchichs dans les marchés publics, mais on pourrait au moins le réduire en réprimant les auteurs et les complices des ouvrages défectueux. Ce n’est plus une question de biens publics mais de vie ou de mort.o

Par Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 394

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.