Sanctions

Les propositions de la junte malienne pour une transition de 5ans sont restées en travers de la gorge des chefs d’Etat de la CEDEAO qui ont décidé de  mettre le pays sous embargo, depuis le 09  janvier. Les relations commerciales et financières  entre la CEDEAO et le Mali sont suspendues.  Le hasard des calendriers tournants a voulu que ce soit le président du Faso qui préside à cette conférence. Pour cette raison, il ne serait pas conséquent avec lui-même s’il n’appliquait pas les sanctions. Mais que pèse le Faso dans ces sanctions contre le Mali ? A priori, pas grand-chose, en dehors du transit routier et du petit commerce transfrontalier. Ces deux pays possèdent une frontière commune et surtout ont en partage  l’insécurité alimentée par les attaques terroristes. Celle-ci est directement ou indirectement responsable de l’avènement des putschistes de Bamako. L’éradication des attaques terroristes qui ont fait le lit à cette crise sécuritaire au Sahel devrait être la priorité des priorités, c’est elle la principale menace contre la démocratie. Et,  il en est de même au Faso avec cette présumée tentative de putsch. Qui demain ?

Il faut donc espérer que ces sanctions contre le Mali ne perdurent pas et que les militaires de Bamako mettent de l’eau dans leur vin en réduisant la durée de la transition afin d’éviter le martyre aux populations civiles.o

Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 422

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.