Cette signature de convention a été faite entre le Directeur général de Bagrépôle, Joseph Martin Kaboré, et le Directeur général de la BADF, Daouda Simboro, en présence des membres du gouvernement. (Ph. DR)

Bagrépôle-BADF: Partenariat solide autour du riz local

• Plus de 800 millions FCFA à 8 unités de transformation et de distribution

• Un mécanisme pour garantir les stocks de riz paddy

• Susciter la mise en place des unités  industrielles

Cette signature de convention a été faite entre le Directeur général de Bagrépôle, Joseph Martin Kaboré, et le Directeur général de la BADF, Daouda Simboro, en présence des membres du gouvernement. (Ph. DR)

Au titre de la production de la campagne sèche 2020, au moins 3.740 tonnes de riz ont été sorties du territoire national. Pire, cette année  a été marquée au cours du premier semestre, par une exacerbation des achats bord champs sur la plaine aménagée de Bagré, se traduisant par une sortie massive du riz paddy en direction des pays voisins. Une situation qui pénalise l’industrialisation locale, la création d’emplois et de richesse et partant, l’essor économique du Burkina Faso. Comme explication, les producteurs ont principalement mis en cause, d’une part, les longs délais de paiement des livraisons de riz aux acheteurs institutionnels et privés, et d’autre part, des difficultés d’accès au financement.

Depuis le 4 mars 2021, un début de solution a été apporté à ces deux défis majeurs. En effet, il a été procédé à la signature à Bagrépôle, d’une convention de partenariat pour la promotion et la commercialisation du riz produit sur la plaine hydro-agricole entre Bagrépôle et la Banque agricole du Faso (BADF), en présence des membres du gouvernement. Cette signature a été l’occasion de remettre des chèques qui varient entre 16 et 250 millions FCFA à 8 unités de transformation ou de commercialisation du riz paddy. Elles avaient du mal à cacher leur joie, tant les chèques reçus vont désormais leur permettre de disposer de la liquidité suffisante pour payer au comptant le riz paddy des producteurs.

Le représentant du parrain, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, remettant un chèque à un bénéficiaire. (Ph. DR)

Bagrépôle met un Fonds de garantie agricole de 500 millions FCFA

Pour le Directeur général de Bagrépôle, Joseph Martin Kaboré, ce partenariat va résorber définitivement toutes les contraintes liées à la chaîne de production du riz paddy. Car, le financement disponible va permettre d’acheter au comptant le riz auprès des producteurs, faciliter sa transformation et sa distribution. Aussi, se réjouit-il, désormais, les agriculteurs vont vendre leur production au comptant. Selon le Directeur général de la BADF, Daouda Simboro, la convention va permettre de financer à des conditions préférentielles pour un montant de 846. 000.000 FCFA. Cette convention, dit-il, a nécessité la mise en place d’un mécanisme, un  « Fonds de garantie agricole du pôle de croissance de Bagré », doté d’un budget initial de 500. 000. 000 FCFA domicilié à la BADF par Bagrépôle. Les crédits accordés serviront à l’achat du riz paddy produit sur la plaine hydro-agricole de Bagré auprès des producteurs (agriculteurs individuels ou sociétés coopératives).

Une photo de famille entre les autorités et les bénéficiaires. (Ph. DR)

Forte mobilisation du gouvernement

L’appui consiste à accorder aux transformateurs/distributeurs de riz, un prêt direct sous forme de crédit de campagne pour l’achat au comptant du riz paddy auprès des producteurs de la plaine. Une initiative  que les représentants des producteurs et des sociétés transformatrices que sont Adama Bantango et l’Abbé Jean Paul Yoda ont saluée et encouragée. Pour eux, ce jour est un jour de soulagement. Le discours du parrain, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, a été lu par le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, Il a souligné que le gouvernement discutait avec les grands importateurs du riz pour que ces derniers s’investissent dans la transformation du riz local ; parce que, dit-il, les quantités du riz produit vont largement dépasser les capacités de transformation des unités installées. Une démarche qui a trouvé un écho favorable, selon le ministre Harouna Kaboré. Ont pris part également à la cérémonie, la ministre déléguée chargée de l’aménagement du territoire et de la prospective, Pauline Zouré, et le Directeur du cabinet du ministre en charge de l’agriculture. o

RD

 

Encadré

Les 8 unités transformatrices et/ou distributrices

  Rizerie Kaboré= 16 millions FCFA

  EKF= 35 millions FCFA

– Etablissement Wend-Pouiré= 50 millions FCFA

– Rizerie  Houssou Néma= 50 millions FCFA

– Etablissement Sawadogo Abdoulaye et frères= 85 millions FCFA

– Société le grenier du Faso SARL= 160 millions FCFA

– Société Konkuma SARL= 200 millions FCFA

– Société Stracopa=250 millions FCFA.o

Commentaires
Numéro d'édition: 382

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.