L’Indice global de la paix mesure plus que la simple présence ou l’absence de guerre. (DR)

Indice global de la paix : 86 pays dans le rouge

• L’Afghanistan, le pays le plus dangereux du monde

• La zone MENA compte les 4 pays les moins pacifiques

• Le Burkina Faso perd 26 points

L’Institut pour l’économie et pour la paix a publié, le 12 juin, son classement de 163 pays du monde selon leurs niveaux de paix et de sécurité. Il s’agit d’un classement des pays en fonction du degré de paix et de sécurité sur leur territoire. Ce que l’on peut dire du rapport, c’est qu’il y a eu une légère amélioration en 2018. Et c’était la première fois que l’indice s’améliorait au cours des 5 dernières années.
«Malgré cette amélioration, le monde reste considérablement moins pacifique qu’il y a dix ans, avec un niveau moyen de paix se détériorant de 3,78% depuis 2008», peut-on lire sur le document de 107 pages.
Pour les auteurs de l’Indice, la chute de la paix au cours de la dernière décennie a été causée par un large éventail de facteurs, notamment l’augmentation de l’activité terroriste, l’intensification des conflits au Moyen-Orient Est, les tensions régionales croissantes en Europe de l’Est et au Nord-Est Asie et le nombre croissant de réfugiés, ainsi que par l’augmentation du nombre de tensions politiques en Europe et aux Etats-Unis.

Quels sont les pays les plus dangereux ?
Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) reste la région la moins pacifique du monde. La région abrite les 4 pays les moins pacifiques dans le monde. A savoir l’Afghanistan, présenté comme le pays le plus dangereux du monde, suivi de l’Irak, le Yémen et le Soudan du Sud.
L’Europe reste la région la plus pacifique du monde et elle a enregistré une très légère amélioration dans l’Indice de paix, après plusieurs années de détérioration. 22 des 36 pays européens ont enregistré des améliorations en 2018. Cependant, malgré ces améliorations, la politique plus large sur l’environnement en Europe reste incertaine, et l’on note le retour du nationalisme et du terrorisme, ils demeurent des menaces importantes à la paix.
La plus grande amélioration de l’indice de paix a eu lieu dans la Zone Russie et région Eurasie, avec 8 des douze pays de la région qui ont vu leur indice s’améliorer.
L’Indice global de la paix mesure plus que la simple présence ou l’absence de guerre. Il traduit l’absence de violence ou la peur de violence dans trois domaines: sûreté et sécurité, conflit et militarisation.
Au total, la paix s’est améliorée dans 86 pays et s’est détériorée dans 76, dans l’Indice 2019. Ce nombre n’avait jamais encore été atteint depuis le GPI 2013. La plus large amélioration a été enregistrée pour le domaine de la militarisation, avec 98 pays enregistrant des progrès en matière de paix. Il y a eu des améliorations dans de nombreux indicateurs, mais l’indicateur avec la plus grande amélioration était le financement de maintien de la paix des Nations Unies, avec 100 pays enregistrant des améliorations.
De même, 92 pays ont amélioré leurs scores d’impact du terrorisme. Les dépenses militaires en pourcentage du PIB ont également continué de s’améliorer, 72 pays ayant enregistré des améliorations.
La détérioration moyenne la plus importante s’est produit l’indicateur des conflits externes, suivi de la perception de la criminalité et les conflits internes. Bien que le nombre de pays en proie à des conflits internes ait augmenté, le nombre de décès a diminué en raison de la plus faible intensité des conflits en Syrie, en Ukraine et au Nigeria.

NK


Le Burkina Faso perd 26 points

Les résultats en Afrique subsaharienne ont été mitigés l’année dernière. 27 des 44 pays de la région ont vu leur indice global de paix baissé, tandis que 12 des 23 indicateurs de la région s’amélioraient et que huit se sont détériorés. Les cinq plus grandes améliorations de la région ont été réalisées au Rwanda, en Gambie, à Djibouti, à l’Eswatini (Swaziland) et en Somalie.
Les cinq pires détériorations se sont produites au Burkina Faso (26 points), au Zimbabwe, au Togo, en Sierra Leone et en Namibie.
Des troubles civils ont éclaté au Zimbabwe au début de l’année, tandis que 14 provinces du Burkina Faso sont maintenant dans un état de situation d’urgence en raison d’un nombre croissant d’attaques militantes, y compris ceux qui bordent le Mali.


 

Le Sénégal devant la France

La France est reléguée à la 60e place, près du Vietnam (57e), du Sénégal (58e) et loin derrière l’Allemagne (22e), l’Italie (39e) et le Royaume-Uni (45e).
Ce classement montre qu’en général, en 2019, le niveau de paix global dans le monde évolue dans le bon sens pour la première fois en cinq ans. Ce résultat positif provient de la diminution du degré de militarisation à l’échelle mondiale.
Il est à noter, selon le rapport, que les cinq pays réalisant les plus grandes dépenses militaires (États-Unis, Chine, Arabie Saoudite, Inde et Russie) ont réduit les effectifs de leurs forces armées. De plus, le nombre de morts causées par le terrorisme a baissé: il est passé de 32.000 en 2014 à 12.000, quatre ans plus tard.
Si l’Europe, l’Asie, la Russie et l’Afrique du Nord sont devenues moins dangereuses par rapport à 2018, l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud ont connu un fort accroissement de leur dangerosité cette année. Ainsi, les États-Unis se positionnent à la 128e place en 2019.

Commentaires
Numéro d'édition: 304

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.