«Le journalisme à l’épreuve des réseaux sociaux et des émissions interactives au Burkina Faso: pratiques, défis et perspectives», une rencontre qui s’est déroulée du 25 au 27 mars 2019, et initiée par l’Assemblée nationale et le centre du Parlement.(DR)

Médias sociaux et émissions interactives Le journaliste à l’épreuve de la réalité du terrain

L’UTILISATION des réseaux sociaux et la manière dont les émissions interactives sont conduites au Burkina Faso sont de plus en plus décriées par certains Burkinabè. Leur principal reproche est l’abus de ces deux canaux de communication qui porte atteinte aux personnes et entrave souvent la bonne exécution de certaines missions, surtout des Forces de défense et de sécurité face aux attaques terroristes.

Certains journalistes tombent malheureusement dans ce piège par méconnaissance des textes qui encadrent l’utilisation judicieuse des réseaux sociaux et l’animation des émissions interactives.

Pour le journaliste et enseignant, Moussa Sawadogo, les hommes de plume du monde contemporain doivent, au regard de leur rôle social dans la société, donner le bon exemple. Un exemple qui passe par ceci «Le rôle essentiel du journaliste est de rapporter fidèlement, d’analyser et de commenter, le cas échéant, les faits qui permettent à leurs concitoyens de mieux connaître et de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent. Une telle information complète, exacte et pluraliste est une des garanties les plus importantes de la liberté et de la démocratie».

Le communicateur a exhorté la cinquantaine de journalistes réunie du 25 au 27 mars 2019 à Manga, sur la thématique «Le journalisme à l’épreuve des réseaux sociaux et des émissions interactives au Burkina Faso : pratiques, défis et perspectives», à mettre en exergue les différentes chartes sur l’éthique et la déontologie de la pratique du journalisme au Burkina Faso. Moussa Sawadogo fait savoir qu’en tentant de contourner Facebook, Twitter ou Youtube, les empires traditionnels de ces nouveaux médias ont en fait travaillé à décimer les médias locaux, garants d’une certaine diversité économique et culturelle. Il note qu’il y a un changement de paradigme avec les nouveaux médias.

A propos des émissions interactives, l’enseignant en journalisme souligne qu’elles sont des véritables forums et lieux d’échanges de négociation. Il explique qu’il y a des conditions préalables pour la réussite de ces types d’émissions. Le journaliste doit maîtriser son sujet. Cette rencontre qui s’est déroulée du 25 au 27 mars 2019 a été initiée par l’Assemblée nationale et le centre du Parlement. Cette rencontre a également été une occasion pour la mise en place d’un réseau de journalistes parlementaires.

RD

 

Commentaires
Numéro d'édition: 293

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.