Voici le grand projet du fondateur: le complexe scolaire et universitaire

Lycée privé «La Dignité» de Boromo : Un établissement pas comme les autres

• Rentrée scolaire 2017-2018: 215 élèves

• Des investissements de près de 100 millions de FCFA sur 8 ans

• Bientôt, un complexe scolaire et universitaire «La Dignité»

Parmi la multitude d’établissements scolaires fonctionnels à Boromo, localité située à 165 km à l’Ouest de la capitale Ouagadougou, sort du lot le lycée privé «La Dignité» ou le groupe scolaire «La Dignité». Et pour cause : c’est le seul établissement secondaire qui a une clôture d’enceinte. Cette volonté vise, de l’avis du fondateur, Amadé Soro, traducteur-interprète de langue arabe et journaliste d’une grande radio de Ouagadougou, à offrir une enceinte sécurisée et un cadre agréable d’études aux élèves. Le lycée, dont les travaux de construction ont commencé en 2011, a ouvert ses classes pour la première fois en 2016, et officiellement en 2018. C’est un établissement d’enseignement général qui va de la classe de 6e à la Terminale. Pour la rentrée scolaire 2017- 2018, le service de scolarité, à notre passage sur les lieux le lundi 11 juin 2018, enregistrait un effectif de 215 élèves auxquels une vingtaine d’enseignants dispense les cours. En à peine deux ans d’ouverture, le lycée privé «La Dignité» va présenter ses premiers élèves aux examens du BEPC et du BAC. C’est ainsi qu’une centaine d’élèves composera le BEPC et une trentaine le BAC. Mais, ce qui réjouit le plus le fondateur, c’est la désignation de son établissement par les autorités nationales en charge de l’Enseignement secondaire comme un centre de composition du BAC.
De l’avis d’Amadé Soro, cette reconnaissance de l’Etat dénote, d’une part, du strict respect du cahier des charges en matière de construction d’infrastructures scolaires au Burkina Faso et, d’autre part, du sérieux et de la rigueur que la direction de l’établissement et le corps enseignant mettent dans l’apprentissage et l’éducation des élèves ; laquelle rigueur tire son existence de la devise-même de l’école: Discipline-Intégrité-Réussite. C’est au nom de cette rigueur que l’élève en classe de Terminale D, Ali Traoré, s’est inscrit dans cet établissement. «Pour la rentrée scolaire 2017-2018, j’ai préféré m’inscrire ici, suite aux bons résultats engrangés par l’établissement l’année dernière, au sérieux qui est mis dans l’enseignement, mais surtout à la rigueur et à la discipline qui y sont appliquées», a-t-il souligné. En plus des connaissances livresques, «La Dignité» inculque aux élèves le savoir-vivre à travers des séances d’éducation civique et morale. C’est dans ce sens que l’école a conçu un hymne dit «l’hymne de la Dignité» et que, chaque matin et soir, la montée et la descente des couleurs nationales au son de l’hymne national du Burkina Faso sont obligatoires. «Inculquer les valeurs de civisme et de patriotisme aux générations futures», tel est le credo du lycée, selon le fondateur.

Amadé Soro à droite (lunette), un homme aux multiples facettes.

Le lycée privé «La Dignité» a, en termes de capacités d’accueil, 9 salles de classe ; et un autre bloc de salles est en construction. En perspectives, le fondateur compte mettre à la disposition des futurs élèves toutes les commodités possibles pour leur succès scolaire et leur réussite dans la vie active. C’est ainsi que le site, qui s’étend sur un hectare et demi, verra bientôt la construction d’autres salles de classe. Toute chose qui permettra d’abriter le préscolaire et primaire, en plus du post-primaire et du secondaire. A cela s’ajoutera la construction de bâtiments administratifs, d’une médiathèque (bibliothèque et salle informatique), d’une salle de conférences dédiée aux activités scolaires, mais aussi au grand public, d’un restaurant et d’un terrain de sport pour la pratique des activités ludiques. Le meilleur que le fondateur réserve aux élèves et à leurs parents, c’est cette innovation qui va démarrer à partir de la rentrée scolaire 2018-2019. Il s’agit de permettre aux élèves du lycée privé «La Dignité», tout en relevant toujours de l’enseignement général, d’allier les études à la pratique d’un métier de leurs choix. Les différents métiers qui seront enseignés sont, entre autres, la mécanique, la soudure, la menuiserie, la couture. Cela, dans le but d’ajouter une valeur aux apprenants et de résoudre l’équation du chômage criard des jeunes diplômés au Burkina. Mais, à la question de savoir à combien s’élèvent les investissements dans cet établissement, le promoteur devient moins bavard. Amadé Soro se contente de parler des opportunités qu’il offre aux élèves et de la création d’emplois au profit des diplômés. Mais, ce qu’il faut savoir, c’est que tout a été fait sur investissement propre, sans aucun apport ni soutien de tierces personnes. Sauf le forage, qui rend d’énormes services aux élèves et à la population avoisinante, qui est un don d’un de ses amis qui travaille dans une ONG turko-burkinabè. Du reste, le fondateur compte transformer ce forage en un château d’eau afin de contenir la foule hors de l’enceinte de l’établissement, en vue de préserver la quiétude des lieux ; laquelle quiétude est indispensable à une bonne administration des cours. Il faut savoir que les montants injectés dans l’établissement avoisinent les 100 millions de FCFA. Ce passionné de l’enseignement a aussi érigé dans le quartier Yagma, à Ouagadougou, sur une superficie d’environ un hectare et demi, en 2018, un autre établissement d’enseignement général appelé collège privé «La Dignité». Pour tout élève qui souhaite s’inscrire dans ces deux établissements, il devra débourser, sous réserve de hausses ultérieures, une somme comprise entre 60.000 à 90.000 FCFA. La tenue et d’autres kits scolaires ont été gracieusement offerts par le fondateur durant les deux années d’existence dans les deux établissements.

RD


Qui est Amadé Soro, fondateur du complexe scolaire et universitaire «La Dignité»?

Né en 1979 dans le Yatenga, Amadé Soro a eu son BAC arabe en 1996 et a poursuivi ses études universitaires à Damas en Syrie, d’où il a terminé, sept ans plus tard, vice-major de sa promotion avec une maîtrise en langue arabe et études islamiques. Parallèlement, il suit des cours de traduction Français- Arabe à l’Université de Lyon II, dans le cadre d’une collaboration avec le Centre culturel français de Damas. Il n’est jamais allé à l’école classique au «sens burkinabè» du terme, mais grâce à son abnégation, aujourd’hui, il parle et écrit très bien en français, en plus de l’anglais et de l’arabe. Mieux, il porte plusieurs casquettes, si bien qu’il est difficile de déterminer avec exactitude son métier. Traducteur-interprète en arabe pour plusieurs institutions de la place, consultant du monde arabe et journaliste sur une radio de la capitale, il est promoteur de plusieurs activités et président-directeur général du Complexe scolaire et universitaire la Dignité «COMSUD», qui est en phase de construction à Ouagadougou. Il est aussi à la tête d’une fondation appelée «Albouchra» qui veut dire «La bonne nouvelle».

Commentaires
Numéro d'édition: 258

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.