Restes à recouvrer 38,599 milliards de FCFA mobilisés en fin septembre

• Représentant 37,87% de réalisation

• Une baisse de la TVA de 4 milliards de FCFA

• Des opérations de fermeture contre les reliquataires chroniques prévenues

Au cours de l’année 2018, la Direction générale des impôts (DGI) s’est résolument engagée dans le recouvrement intensif des arriérés. Des compagnes spéciales de recouvrements ont été initiées pour ce faire. Selon nos informations, la première phase de la campagne de recouvrement concernant les Restes à recouvrer (RAR) s’est déroulée du 2 juillet au 10 août 2018. Elle a concerné les unités de recouvrement basées à Ouagadougou, à savoir la Direction des grandes entreprises (DGE), les 2 directions des moyennes entreprises du Centre, ainsi que la direction régionale des impôts du Centre. Cette campagne a permis à la DGI de recouvrer en droits simples, la somme totale 38,599 milliards de FCFA. En fin septembre 2018, les taux de recouvrement des RAR se situent à 37,87 % pour le recouvrement des RAR liés aux exercices antérieurs. Pour les RAR nés en 2018, en fin septembre 2018, le taux de recouvrement est de 89,14 %.


Le recouvrement des pénalités a permis d’engranger la somme de 71,598 millions de FCFA. Concernant les impôts fonciers, la DGI a mis en œuvre des taxations d’office pour la contribution foncière des immeubles bâtis et non bâtis, la taxe de résidence et l’impôt sur les revenus fonciers.
Ces actions ont permis d’améliorer le niveau de recouvrement des impôts fonciers, en témoignent les recouvrements effectués. En effet, en matière d’impôt sur les revenus fonciers (IRF), en fin septembre 2018, la somme de 3,608 milliards de FCFA a été mobilisée, contre 2,996 milliards de FCFA recouvrés à la même période en 2017, soit un accroissement de 20,42 %.
Les recouvrements en matière de contribution foncière en fin septembre 2018 s’élevaient 117,740 millions de FCFA, contre 34,334 millions de FCFA réalisés à la même période en 2017, soit un accroissement de 242,92 %.
La DGI organise au cours de cette année 2018, au niveau des Guichets uniques du foncier (GUF) de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, des opérations de recouvrement des droits de mutations liés aux dossiers de mutations en souffrance. Ces opérations se poursuivent jusqu’à la fin de l’année. En termes de perspectives pour le dernier trimestre de l’année 2018, des efforts seront mis dans les actions de recouvrement sur le terrain. A l’encontre des reliquataires chroniques, des actions de recouvrement qui iront jusqu’à la fermeture seront engagées.
Concernant les impôts fonciers, notamment la taxe de résidence et la taxe sur les propriétés bâties et les propriétés non bâties, des retenues sur les salaires des travailleurs du privé et du public vont être opérées pour ceux qui ne se seront pas acquittés de leurs taxes.
Les actions de lutte contre la fraude et le faux vont aussi se poursuivre et s’intensifier par la lutte contre les fausses factures, les factures fictives, l’utilisation frauduleuse de numéro IFU, etc.

E.K


Une baisse de la TVA de 4 milliards de FCFA constatée

Une baisse importante des chiffres d’affaires et de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) collectée au niveau de plusieurs secteurs d’activités notamment dans les secteurs de la téléphonie mobile, de l’industrie, de l’énergie et des banques ont aussi été relevées. Cette situation a engendré une baisse de la TVA collectée sur la période de plus de 4 milliards de FCFA. Une perte heureusement compensée par des plus-values au niveau de l’Impôt sur les sociétés, de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) et des droits d’enregistrement.


Situation sécuritaire: une véritable difficulté

La situation sécuritaire que le Burkina connaît et les mouvements sociaux à l’appel de la coordination des syndicats du ministère de l’Economie, des Finances et du développement au cours du second trimestre ont été les principales difficultés rencontrées en 2018. Ces difficultés qui ont impacté les actions de recouvrement ont eu un impact négatif sur la mobilisation des recettes par la DGI.

Commentaires
Numéro d'édition: 270

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.