Coris Bank International : La note rehaussée de BBB à BBB+

• Une nouvelle notation signée WARA

• Hausse de la confiance en la banque

• L’organisation interne et ses parts de marché rassurent

West Africa Rating Agency (WARA), l’une des agences de notation agréées dans l’espace UEMOA, vient d’attribuer la note BBB+ à Coris Bank International (CBI). Une notation de long terme.
Le communiqué relatif à cette notation a été publié le 28 mai 2018. Depuis 2014, CBI est régulièrement notée par WARA, mais la présente notation constitue la deuxième du genre depuis l’introduction de la banque en bourse, en novembre 2016.
En attribuant un BBB+ à CBI ce 28 mai 2018, WARA a rehaussé d’un cran la note de cet établissement bancaire. Lors de sa dernière notation publiée en juillet 2017, c’est la note BBB qui lui avait été décernée. Grâce à cette note BBB+, étage supérieur en grade d’investissement, CBI progresse d’un cran et renforce le niveau de crédit ou le niveau du risque autour de la solvabilité.
En d’autres termes, WARA, à travers cette dernière notation, indique qu’elle augmente son niveau de confiance en la santé et aux capacités financières de la banque. Chose qui est de nature à rassurer les partenaires financiers et l’ensemble des investisseurs boursiers de CBI. La note «BBB+» obtenue par CBI est d’ailleurs de 2 crans au-dessus de la note acceptée par le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (CREPMF) pour des émissions sans garantie.
Avec une notation de long terme rehaussée à BBB+, la notation de court terme de CBI a également connu une amélioration. Elle passe de «w-4» à «w-3». «Cette note reflète la croissance rapide de CBI qui a su se positionner comme une banque majeure au Burkina Faso», affirme le communiqué de WARA. La perspective attachée à ces notations est stable.
Simultanément, sur son échelle internationale, WARA rehausse la notation de CBI à iB+/Stable/iw-5.
Selon WARA, les notations de CBI restent tributaires de la stabilité de l’environnement macro-économique du Burkina Faso. L’agence de notation justifie les notations de la banque et la perspective qui leur est attachée par le fait que la banque a su se créer une place importante sur le marché bancaire burkinabè. «En effet, le rehaussement de la note de CBI trouve son origine dans la gouvernance qui s’est beaucoup améliorée suite à la séparation des pouvoirs du PCA de ceux du directeur général, avec la nomination d’un nouveau directeur général en mai 2017. En effet, cela a eu pour conséquence une meilleure maitrise des spécificités du secteur bancaire et une volonté affichée en ce qui concerne le respect de la réglementation bancaire».
«A cela s’ajoute le fait que CBI a su consolider ses parts de marché et ainsi à mieux assoir sa position de leader dans le secteur bancaire burkinabè. La croissance de la banque se poursuit ; et son caractère innovant, combiné à une excellente gestion des risques, lui permet de se différencier de la concurrence. WARA estime, dans son communiqué, que «la solidité de la banque caractérisée par une forte capitalisation et une bonne rentabilité est un facteur positif de sa notation».
Par ailleurs, Oumar Ndiaye, l’analyste principal en charge pour WARA de la notation de CBI, précise que la notation de contrepartie de Coris Bank International ne bénéficie d’aucun facteur de support externe. Ce qui signifie que les notes obtenues par la banque n’ont subi aucune influence (positive) venant d’un facteur extérieur. C’est donc des notes qui reflètent des réalités propres à la banque. La dynamique et les résultats de la banque depuis sa création sont rassurants pour l’agence de notation.
Née en 2008 de la transformation de «La Financière du Burkina», qui était à l’origine un établissement financier en difficultés, CBI a connu une croissance rapide sur la période 2008-2013. Elle affiche, en fin 2017, un total bilan de 1.133,4 milliards de FCFA qui la place première sur treize banques au Burkina Faso. Détenue majoritairement par la holding du groupe, Coris Holding, CBI possède une quarantaine d’agences en ville et en campagne. L’entrée officielle de l’établissement en bourse, en fin 2016, a porté à trois le nombre des sociétés de droit burkinabè cotées à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). «La gouvernance et la vision du développement de la banque dans un environnement changeant sont des facteurs déterminants dans la notation de CBI. Les décisions sont prises efficacement, et permettent à CBI d’envisager la construction d’un véritable groupe bancaire sous-régional», ajoute Oumar Ndiaye.
Selon WARA, cette notation CBI est sollicitée et participative; c’est-à-dire qu’elle fait suite à une requête en notation de la part de CBI, et que l’équipe dirigeante de la banque a pris une part active aux échanges avec les équipes analytiques de WARA. «Les sources d’informations utilisées pour la conduite de la notation de CBI sont principalement les informations privatives obtenues lors des échanges avec le management de CBI, au cours du mois de mars 2018. Ces informations, couplées à des sources publiquement disponibles, sont considérées comme pertinentes et suffisantes pour la conduite de la notation de CBI», précise WARA.

Karim GADIAGA


La situation peut s’améliorer ou se détériorer

WARA estime que la probabilité d’occurrence des scénarii favorables est égale à celle des scénarii défavorables à moyen terme ; ce qui signifie en d’autres termes que la notation actuelle de CBI contient autant de possibilités de rehaussement que de risques d’abaissement. Toutefois, le rehaussement de la notation actuelle de CBI reste tributaire de la hausse de celle du plafond national que WARA fixe à BBB+ pour le Burkina Faso. Selon WARA, une amélioration de la notation de CBI dépendra, entre autres, d’une amélioration de la notation du Burkina Faso ; ce qui parait peu probable à court terme ; du gain significatif et durable de parts de marché au Burkina Faso et dans la sous-région, permettant ainsi à CBI d’être moins dépendante de son marché domestique à moyen terme. Quant à une éventuelle détérioration de la notation, elle serait la conséquence de l’inverse de ces mêmes situations.

Commentaires
Numéro d'édition: 255

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.