3e édition de la Fimo Faire de la foire multisectorielle un complément du Siao

Ouagadougou abrite, du 29 mai au 7 juin prochain, la 3e édition de la Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (Fimo). Plus de 10 pays de l’Afrique, 120 exposants et 1.000 visiteurs prennent part à cette rencontre d’exposition-vente de produits et de services divers, de rencontres d’affaires, de conférences et ateliers sur des thématiques liées aux échanges commerciaux. La foire est placée sous le thème «Logistique, transport et compétitivité des entreprises exportatrices».

Le choix du thème est, selon les organisateurs, une opportunité pour les participants de réfléchir sur les problématiques liées à l’amélioration de la logistique, du transport et à la qualité des emballages dans la sous-région en général et au Burkina Faso en particulier, gage de tout développement des exportations. En marge de cette foire se tiendra également le forum sur les emballages du 2 au 4 juin.
Une fois de plus, l’opportunité est donnée aux exposants d’ici et d’ailleurs de présenter les performances locales, sous-régionales et internationales et de permettre la mise en relation des producteurs, acheteurs et exportateurs. Comme l’explique le président du comité d’organisation, Sibiri Sanou, «de façon spécifique, la Fimo et le forum sur les emballages visent à permettre aux entreprises de promouvoir leurs produits et services dans un cadre approprié afin de nouer des partenariats mutuellement avantageux ou bénéfiques. Mais aussi de créer un cadre d’échange d’expériences entre les exposants et les participants et de permettre également aux entreprises exposants d’effectuer des ventes directes. Aux entreprises participantes, ils donnent l’opportunité de rencontrer des fabricants d’emballages et enfin doter le Burkina Faso d’une manifestation commerciale internationale regroupant tous les secteurs d’activités».
C’est un budget d’environ 50 millions qui a été mobilisé pour la tenue de cet évènement qui se veut un complément au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou. Le souhait du comité d’organisation est de voir grandir cette foire pour avoir une envergure internationale comme le Siao. Les deux dernières éditions ont connu une timide participation des exposants. Plusieurs raisons expliquent cela notamment, le coût des stands. Cette année, le comité a mis toutes les chances de son côté afin que cet évènement soit un succès. Ainsi, le prix des stands est passé de 400.000 F CFA à 250.000 F CFA les 9 m² , avec un accès gratuit pour les visiteurs.

Germaine BIRBA


 

Le faux bond du Maroc

Pour cette 3e édition, le Maroc était le pays invité d’honneur de la Fimo. Le but était de partager l’expérience marocaine dans l’exportation et le commerce via sa cellule exportation, Maroc Export. Cependant, les choses ne se passeront pas comme prévu car le Maroc ne peut pas honorer de cet engagement. Maroc Export est depuis quelque temps en tournée à travers la sous-région pour promouvoir la destination Maroc et faire connaître les potentialités du pays. Contraint par cet événement, il ne saurait honorer l’invitation du Burkina Faso à être le pays invité d’honneur.

Commentaires
Numéro d'édition: 112

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.