Le 27 octobre 2014; 3 ans, jour pour jour; Saran Séré/Sérémé battait le pavé de la ville de Ouagadougou en compagnie d’autres femmes au cours de la Marche des femmes en spatules. Objectif : dire non à la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè.(DR)

Saran Séré/Sérémé : De la politique à la médiation

Le 27 octobre 2014; 3 ans, jour pour jour ; Saran Séré/Sérémé battait le pavé de la ville de Ouagadougou en compagnie d’autres femmes au cours de la Marche des femmes en spatules. Objectif : dire non à la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè. Ce jour-là, spatule en main et sifflet à la bouche, la présidente du Parti pour le développement et le changement (PDC) avait donné le ton de ce qui allait advenir les 30 et 31 octobre 2014 ; l’insurrection populaire qui a vu la fuite de l’ex-président Blaise Compaoré.
Trois ans, jour pour jour, elle est devenue la 5e personnalité à prendre la tête du Médiateur du Faso; une institution mise en place en décembre 1994 pour servir d’organe intercesseur entre l’administration publique et les administrés.
La tâche, dans tous les cas, sera rude pour l’Amazone du Sourou; désormais partagée entre dossiers de réclamations suite à l’insurrection populaire et dossiers du coup d’Etat manqué. Il s’agira pour elle de trouver des issues favorables aux attentes des populations. La question du foncier aussi sera à l’ordre du jour. Pour cause d’indisponibilité de parcelles, des communes sont dans l’incapacité de donner satisfaction aux plaignants, quand bien même elles reconnaissent leur part de responsabilité dans les plaintes portant sur le foncier. L’application de la procédure disciplinaire relative aux abandons de postes par certains agents de la Fonction publique sera peut-être effective sous le mandat de la Dame de fer. En tout état de cause, dans un contexte de méconnaissance des textes par certains citoyens, le nouveau Médiateur du Faso devra travailler de concert avec les associations et les organisations de la société civile pour promouvoir la citoyenneté et le civisme. En somme, elle devra faire en sorte que le niveau de recours au Médiateur du Faso s’améliore davantage. Une mission qui sied sans nul doute à celle qui milite depuis 1983 pour les libertés (voir biographique).

NK


Biographie de Saran Séré/Sérémé

Saran Séré/Sérémé est née à Ouagadougou. Son père, Tombo Sérémé, était gendarme. Elle est aussi la cousine de Mariam Sankara ; l’épouse du Capitaine Thomas Sankara.
Titulaire d’un BAC série D, elle commence des études de médecine qu’elle abandonne à cause de ses activités militantes.
En 1983, elle manifeste pour la libération du Premier ministre Thomas Sankara mis aux arrêts. Sankara accède à la présidence après la première Révolution burkinabè et est assassiné dans le coup d’État organisé en octobre 1987 par Blaise Compaoré. Sérémé fait partie des manifestants demandant à ce qu’il soit élevé au rang de héros et reçoive une sépulture digne; ce qui lui valu son arrestation et sa torture sous le régime Compaoré. Elle s’exile ensuite au Mali où elle fait des études en sciences économiques à l’école nationale d’administration du Mali.
De retour au Burkina, Sara Séré/Sérémé fonde une entreprise de travaux publics. Elle est élue députée de la Boucle du Mouhoun en 2002, puis de la province du Sourou en 2003. Elle siège dans bureau politique du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ; le principal parti politique burkinabè jadis, fondé en 1996, et au pouvoir jusqu’au 30 et 31 octobre 2014.
Depuis le début des années 2000, elle fait la promotion du Festival international de lutte africaine, danse et chants au Sourou (FESTILADC).
En 2012, le CDP lui refuse son soutien en vue des élections législatives.
Confrontée à un système qu’elle estime corrompu, elle démissionne et fonde le Parti pour le développement et le changement (PDC). Opposée au projet de révision constitutionnelle de Blaise Compaoré pour sauter la limitation du nombre de mandats présidentiels, elle prend part, spatule à la main, le 29 octobre 2014, à la marche de femmes à Ouagadougou. Cette marche est suivie d’autres manifestations qui aboutissent à la chute de Blaise Compaoré.
En juillet 2015, à l’issue du congrès du PDC, elle obtient l’investiture de son parti pour l’élection présidentielle de 2015.

Source : PDC

Commentaires
Numéro d'édition: 226

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.