Amélioration de la gouvernance  : La corruption a reculé en 2016

• Le Burkina gagne 4 places

• De 38 points à 48 cette année

 

Transparency international (TI), une organisation internationale de la société civile qui œuvre dans la lutte contre la corruption, publie chaque année l’Indice de perception de la corruption (IPC) dont celui de 2016 a été rendu public le 25 janvier 2017. Sur 176 pays, le Burkina Faso se classe à la 72e place avec 42 points sur 100. Le Burkina Faso améliore ainsi son score des 4 dernières années qui se stabilisait à 38 points sur 100 depuis 2012.
Sur le plan africain, le Burkina est classé 10e dans un classement où le Botswana, le Cap-Vert et la Mauritanie occupent respectivement les 3 premières places. Dans le classement général, le Danemark et la Nouvelle-Zélande obtiennent les meilleurs résultats avec une note de 90/100, suivis de près par la Finlande (89/100) et la Suède (88/100). Les pays en haut du classement partagent les principes de transparence dans la gestion gouvernementale, un niveau élevé d’intégrité des dirigeants, une liberté de la presse, une garantie des libertés civiles et des systèmes judiciaires indépendants.
Pour la dixième année consécutive, la Somalie est le pays le moins performant de l’indice avec une note de 10/100. Le Soudan du Sud est en avant-dernière position avec une note de 11, précédé de la Corée du Nord (12) et de la Syrie (13). Les pays en bas du classement se caractérisent par une impunité généralisée dans les affaires de corruption, une mauvaise gouvernance et des institutions faibles.


Le Qatar est le pays qui a perdu le plus de places au classement par rapport à l’indice 2015, avec une baisse de 10 points. Les scandales de la FIFA, les enquêtes sur la décision d’accueillir la Coupe du monde en 2022 au Qatar et les rapports de violations des droits humains des travailleurs migrants ont eu des répercussions évidentes sur la perception de la corruption. Pour la présente édition, 69% des 176 pays enregistrent une note inférieure à 50. Cela montre l’importante, sinon l’omniprésente de la corruption dans le secteur public à travers le monde. On relève aussi que les pays qui ont perdu des places dans le classement de l’indice sont plus nombreux que ceux en ont gagné. L’IPC a été mis en place en 1995 avec pour objectif de servir d’indicateur de mesure de la perception de la corruption dans le secteur public dans différents pays du monde. L’indice est élaboré à partir de l’opinion d’experts indépendants sur la corruption dans le secteur public.
E. K

Commentaires
Numéro d'édition: 191

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.