Prise en charge des patients du palu: la rupture de médicaments, principal problème

• Elles sont suivies par les ruptures d’examens 21,59%.

• 1 patient sur 5  s’approvisionne en dehors des dépôts

• Selon les données du Réseau d’accès aux médicaments essentiels

Le 25 avril 2021, le Burkina Faso, à travers le ministère de la Santé, a commémoré la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, qui est le premier motif de consultation dans le pays avec un taux de 38%. Selon le système national d’information, le palu représente 13,8% des hospitalisations et reste la première cause de décès (12,4%) dans les formations sanitaires.

Des mesures sont prises par le gouvernement afin de faciliter l’accès des soins aux patients. Celui-ci entend éliminer la maladie d’ici à fin 2030. Comment ces mesures sont perçues par les populations et quelles sont leurs appréciations sur les dispositions mises en place ? Eléments de réponse avec le rapport sur l’état des lieux de l’accès aux soins de santé pour les maladies prioritaires au Burkina Faso, « Rapport alternatif de veille citoyenne 2020 ». Les résultats de cette veille citoyenne ont été rendus publics le 22 avril dernier à Ouagadougou, à l’occasion d’une conférence de presse du Réseau accès aux médicaments essentiels (RAME), avec à sa tête son Directeur exécutif, Hamidou Ouédraogo.

La veille citoyenne a ainsi analysé la disponibilité des services et prestations. Il ressort ainsi du document que 98,05% des usagers ont bénéficié d’un examen de diagnostic du paludisme lors de leur visite dans le centre de santé contre 1,95% qui ont déclaré n’avoir pas bénéficié. Les patients qui n’ont pas bénéficié de test de diagnostic ont été beaucoup rencontrés au cours du 3e trimestre 2020, où 3,76% des usagers sont concernés.

« Les raisons principales de la non-réalisation systématique du test de diagnostic pour les patients suspects de paludisme ne sont pas bien connues, car le pays n’a pas connu de rupture de test de diagnostic au cours de la période. Toutefois, les cas de ruptures d’examens de diagnostic rencontrés dans certaines formations sanitaires pourraient en être les causes. A cela s’ajoute la poursuite du traitement présomptif du paludisme sans confirmation par certains agents », déclare le RAME.Après les différents tests, vient la phase de disponibilité des médicaments. « Le médicament reste le service le plus demandé dans les centres de santé, surtout pour les patients de paludisme. Au cours de la collecte, l’accessibilité des médicaments dans les Dépôt de médicaments essentiels génériques (DMEG) par les usagers a été vérifiée ainsi que différentes ruptures qui ont été constatées », précise-t-on dans le document.

Proportion importante d’ordonnances non satisfaites

Ainsi, à la question de savoir « Avez-vous pu avoir tous les médicaments de votre ordonnance dans la pharmacie de la structure ?», il ressort que 360 patients (sur 2.104) disent n’avoir pas pu avoir tous les médicaments de leur ordonnance dans les DMEG des formations sanitaires.

De manière globale, le RAME note que 83% des usagers rencontrés au cours de la période ont pu avoir tous les médicaments prescrits dans les DMEG des formations sanitaires, contre 17% qui disent n’avoir pas pu se servir totalement dans les DMEG. Les patients qui n’ont pas pu avoir tous les médicaments dans les DMEG ont été rencontrés beaucoup plus entre le 1er et le second trimestre 2020.

Toutefois, il y a une proportion importante d’ordonnances non satisfaites dans les DMEG. Près de 1/5 patient est obligé de sortir de la formation sanitaire pour avoir tous les produits de son ordonnance.

«On note qu’il n’y a pas eu une évolution positive par rapport à cette satisfaction des ordonnances, car en 2019, 16% des usagers de paludisme avaient également déclaré n’avoir pas pu avoir tous les produits dans les DMEG», peut-on lire dans le document.

En demandant aux usagers les raisons principales de la non-acquisition des produits dans les DMEG, ils ont cité, entre autres : les ruptures des produits (59,77%), les médicaments en spécialités (27,59%), le manque de moyen financier (12,64%). En outre, plusieurs cas de ruptures de médicaments et autres intrants de prise en charge ont été signalés par les agents de santé au cours de la collecte.

Ainsi, au cours de la période, 173 cas de ruptures de médicaments, 57 cas de ruptures d’examens de diagnostic et 29 cas de ruptures de MILDA de routine ont été rapportés par les acteurs dans les formations sanitaires.  Au regard des chiffres, 65,53% ruptures concernent les médicaments. Ce qui constitue le premier problème auquel les malades du paludisme ont été confrontés sur ces 4 périodes. Elles sont suivies par les ruptures d’examens, 21,59%. Les molécules qui ont été fréquemment en rupture sont les ATC adultes (1re ligne), la quinine injectable/Artésunate injectable (2e ligne), ’ACT/Arthemeter+luméfantrine enfants (1re ligne), la quinine 300 mg (2e ligne), les médicaments de la prophylaxie antipaludique chez les femmes enceintes.

La conférence de presse a permis à M. Ouédraogo d’interpeller le gouvernement. « Face à un système de santé en déliquescence et dans un contexte de défi sanitaire marqué par la pandémie de Covid-19, le Réseau accès aux médicaments essentiels interpelle le gouvernement à prendre plus de responsabilité pour respecter le droit à la santé pour les populations, à mettre en œuvre l’effectivité du remboursement des frais de la gratuité des soins aux formations sanitaires, à appliquer les sanctions à l’encontre des agents coupables d’actes entravant l’accès à des soins de santé de qualité aux populations, à mettre un personnel de santé et de qualité dans les formations sanitaires, surtout en milieu rural », a-t-il lancé devant les journalistes.

Outre ces interpellations, Halidou Ouédraogo demande au gouvernement une revue du mécanisme d’approvisionnement des centres de santé prenant en compte les difficultés rencontrées dans la gestion de la gratuité des soins, l’implication des collectivités locales dans la gestion des centres de santé, dans l’esprit de favoriser le transfert de compétences dans le cadre de la décentralisation.

NK

 

Encadré

Meilleure qualité d’accueil

A la question de savoir « Comment appréciez-vous l’accueil ?», il ressort que 94,1% des usagers rencontrés ont trouvé l’accueil bien, pour 4% c’était passable et 0,4% des interviewés ont dit que l’accueil était médiocre.

En comparant ces données avec celles de 2019, le rapport sur la veille citoyenne que l’accueil a évolué en qualité selon l’appréciation des usagers. En effet, en 2019, 91% des usagers avaient bien apprécié l’accueil et pour 1%, l’accueil était médiocre, contre 0,4% en 2020.

Toutefois, le mauvais accueil des usagers des services de paludisme a été rencontré dans toutes les 13 régions sanitaires du pays. Dans certaines formations sanitaires, le nombre d’usagers qui affirment n’avoir pas été bien accueillis est important et des actions spécifiques méritent d’être engagées pour résoudre ces dysfonctionnements. Il s’agit surtout du CM de Samandin dans le district de Baskuy, du CMA, du CSPS urbain et du CSPS de Pê dans le district de Houndé et du CSPS de Goni dans le district de Nouna.

Un autre facteur important de l’accueil et de la satisfaction des usagers dans les centres de santé est le temps d’attente avant d’avoir un prestataire de soins. Selon le rapport du RAME, 1 patient sur 5 rencontrés dans les formations sanitaires pour des questions de paludisme se plaint de la longue attente avant d’avoir un agent de santé. Une lenteur que les usagers expliquent par l’affluence, au regard de la forte prévalence du paludisme, d’une part, et d’autre part, de l’augmentation de la fréquentation des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans grâce aux mesures de gratuité des soins.

En comparant avec les données de 2019, on constate dans le document qu’il n’y a pas eu d’évolution, car en 2019, 20% des patients avaient également trouvé l’accueil long dans les formations sanitaires.

Qu’en est-il de l’appréciation des services reçus ? 95% des usagers de paludisme ont bien apprécié les services reçus dans les formations sanitaires, contre 4% qui ont estimé avoir été peu satisfaits et moins de 1% ont dit n’avoir pas été satisfaits des services reçus.

 

Encadré

A propos de la veille citoyenne

De la prise en charge du paludisme, le rapport du Réseau accès aux médicaments essentiels fait ressortir 4 grands thèmes qui sont la satisfaction des usagers, la disponibilité des services et prestations, l’appréciation de l’accès financier des usagers de paludisme, et la sensibilisation des usagers sur le paludisme par les prestataires. Objectif de cette collecte ? Influencer les politiques publiques de santé pour un accès équitable des populations à des soins de santé de qualité.

Ce dispositif communautaire et citoyen permet de collecter les dysfonctionnements et les bonnes pratiques dans les centres de santé. Le dispositif couvre tous les 70 districts sanitaires du Burkina Faso, grâce aux financements combinés de plusieurs partenaires, dont le Fonds mondial à travers la subvention Palu/RSS, et Expertise France par le canal de l’initiative 5% (I5PC).o

Commentaires
Numéro d'édition: 390

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.