Doing Business 2016 : Bond de 6 places pour le Burkina

• Grâce au critère «Création d’entreprises»

• «Obtention de prêts» et «Octroi de permis de construire» en baisse

Le Burkina Faso a gagné 6 rangs et se retrouve à la 143e place du Doing Business 2016. Une belle progression qui se justifie par la variation dans le critère «Création d’entreprises». Le pays se place ainsi à la 143e place. Il est classé derrière des pays comme la Côte d’Ivoire (142e), le Mozambique (133e) et avant le Togo (150e). Dans ce classement, scruté par les investisseurs, le Burkina améliore son score, notamment grâce au critère «Création d’entreprises».
Pour cette année, le Burkina est passé de la 153e à la 78e place au classement de création d’entreprises. Soit une hausse de 75 places. L’on note aussi une progression sur le critère relatif à «la distance de la frontière», un indicateur qui mesure le degré séparant une économie des meilleures pratiques mondiales en matière de réglementation des affaires. Il s’établit désormais à 86,69% contre 69,06%, soit une variation de 17,63% en une année. Ce progrès tient également à plusieurs réformes du transfert de propriété.
Une progression qui ne doit pas faire oublier la fragilité du Burkina en matière d’obtention de prêts et d’octroi de permis de construire. Ces deux critères ont perdu chacun 5 points au classement. Une lacune qui fait beaucoup de mal aux PME. Aux très petites entreprises, c’est le raccordement à l’électricité qui leur cause des soucis. Et avec la baisse de un point au classement pour le rapport 2016, elles ne sont pas prêtes de remonter la pente.
Selon le rapport, ce sont les économies de l’Afrique sub-saharienne qui sont parmi les économies ayant amélioré le plus le climat des affaires. Doing Business 2016, «mesure de la qualité et de l’efficacité du cadre réglementaire», présente un total de 69 réformes mises en place dans 35 économies de l’Afrique sub-saharienne. Parmi ces réformes, 29 ont été mises en place par 14 des 17 membres de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA). Ces réformes en Afrique sub-saharienne représentent environ 30% des 231 réformes mondiales mises en place durant l’année passée. La région peut également se targuer de compter la moitié des 10 économies ayant le plus amélioré le climat des affaires, soit des économies ayant mis en place au moins 3 réformes et par conséquence ayant augmenté leur classement mondial: l’Ouganda, le Kenya, la Mauritanie, le Bénin et le Sénégal.
NK

Commentaires
Numéro d'édition: 130

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.