A la UneRégions

Bobo-Dioulasso : des hommes de média en immersion à SITARAIL

Setou Drabo aux commandes de la locomotive

La société internationale de transport africain par rail, SITARAIL a organisé une visite de presse le  18 août 2022 sur ses installations à Bobo-Dioulasso. Elle a été initiée au profit des hommes et femmes de média de la ville. L’objectif de cette visite était de permettre aux journalistes de toucher du doigt les réalités de la société et leur présenter les différentes facettes d l’entreprise ( savoir-faire, programme de modernisation et  son rolé stratégique dans l’économie)

Cette journée d’immersion est une première du genre organisée par SITARAIL à l’endroit des professionnels de media. Selon les premiers responsables, cette visite s’inscrit dans une dynamique d’ouverture et de transparence au monde extérieur et ce à travers les Hommes de médias, les administrateurs et les leaders d’opinion. Comme résumé dans le film documentaire, SITARAIL est une filiale du groupe Bolloré Transport et Logistics qui opère dans le chemin de fer en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Concessionnaire de l’exploitation du réseau ferroviaire entre ces deux pays, SITARAIL est devenue un maillon essentiel du développement socioéconomique du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire par son rôle dans la chaîne d’approvisionnement de ces deux pays et son impact sur la performance des plateformes logistiques multimodales, notamment les ports secs de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou, ainsi que le port d’Abidjan. Fleuron du transport ferroviaire en Afrique de l’Ouest, elle emploie plus de 1500 personnes.

Une école supérieure pour création de compétence dans le domaine ferroviaire

C’est par la visite de l’Ecole supérieure des métiers ferroviaires (ESMF) que l’immersion des hommes de media a commencé.  Créée en 2016, l’ESMF est la première école ferroviaire diplômante créée par une entreprise ferroviaire en Afrique subsaharienne. Elle forme pendant  deux ans des étudiants venus de la Cote d’Ivoire et du Burkina dans trois filières notamment la filière voie et infrastructure ferroviaire, la maintenance du matériel roulant et la filière exploitation. Elle a en son actif plus d’une centaine de techniciens formés dans les filières ferroviaires dont 60% ont été absorbés par SITARAIL.

Moderniser ses outils de maintenance pour plus de performance et de sécurité

Inscrite dans une dynamique d’optimisation permanente, SITARAIL s’est lancée depuis 2019 dans une campagne de renouvellement de ses équipements. Pour ce faire, c’est un investissement de près de 3 milliards de F CFA qui  a été réalisé pour l’acquisition et l’installation d’équipements neufs et modernes dans les différents ateliers, à savoir, un tour Demoor, des rechargeuses à boudin Lincoln, un tour vertical Berthiez, une centrifugeuse Alpha Laval, des grenailleuses, un tour en fosse, un atelier ATS… ainsi que 1000 nouvelles roues pour les wagons. Tout ceci afin d’accroitre les capacités de maintenance de ses ateliers permettant ainsi de garantir l’entretien régulier et le bon état des locomotives et autres matériels ferroviaires. Pour M. Ki Dieudonné, chef de division, matériels roulants à Bobo, « l’objectif de ce renouvellement est d’augmenter la cadence de maintenance, de moderniser, de sécuriser l’exploitation ferroviaire et de faciliter la tâche aux collaborateurs ». A en croire le coordonnateur des services SITARAIL Bobo, Alexis Ouédraogo, ces investissements comptent se poursuivre.

Une visite guidée par le chef de division matériel roulant, a permis aux journalistes de découvrir les différents ateliers de SITARAIL. Afin d’assurer la maintenance de ses équipements, SITARAIL dispose de trois ateliers dont celui de maintenance des matériels roulants, l’atelier de maintenance des organes de roulement et l’atelier autres travaux systématiques (ATS).

Après la visite des ateliers, c’est le centre médical logé au sein du domaine ferroviaire qui reçoit la visite des hommes de médias. Ce centre fait partie des cinq centres médico-sociaux de SITARAIL. Son rôle est d’assurer le suivi médical des travailleurs. Selon la première responsable  Dr Corine Ido, « ce centre médical est un service de santé au travail. Les principales prestations sont : les consultations journalières, les visites médicales annuelles, les séances de sensibilisation et d’information, et les premiers secours de soin d’urgence ». Le centre est également ouvert aux populations locales.

Alexis Ouédraogo, coordonnateur des activités Sitarail à Bobo dioulasso

La visite du centre médical terminée, les journalistes et leurs hôtes se sont dirigés vers le terminal routier à conteneurs de Bobo. Là-bas, c’est une aire d’environ 3 000 mètres carré aménagée qui sert de stockage aux conteneurs qui viennent d’Abidjan par voie ferrée.  Environ 18 à 20 000 conteneurs soit 50% du trafic conteneurs sont transportés chaque année par SITARAIL au Burkina. En moyenne, dix trains de marchandises opèrent quotidiennement sur le rail entre Abidjan et Ouagadougou et le fret annuel transporté est en moyenne de 1 000 000 de tonnes. Également, SITARAIL assure l’approvisionnement de 30% des besoins annuels en hydrocarbure du pays qui estimés à 1 100 000 tonnes. Outre cela, À travers des embranchements particuliers, SITARAIL contribue au développement industriel du Burkina Faso., elle dessert une quinzaine de sociétés industrielles au Burkina Faso.

Des opérations d’attelage, de manutention de conteneurs et la rencontre avec  la première femme conductrice de train au Burkina en la personne de Sétou Drabo ont ponctué cette visite au terminal routier à conteneur de Bobo.

C’est la gare ferroviaire et le musée de SITARAIL Bobo qui ont été les dernières destinations de la visite de presse. Construite en 1933, selon une architecture assez originale, la gare de Bobo est la deuxième gare de chemin de fer en termes de trafic. Elle reçoit en moyenne sept trains marchands par semaine et transportait environ 200 000 voyageurs /an. Mais ce transport de personnes a été suspendu depuis 2020 à cause de la Covid 19.

Une visite guidée au musée de SITARAIL et un déjeuner de presse ont mis fin à la journée d’immersion. Les organisateurs rassurent les journalistes quant à la pérennisation de cette activité

IB

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page