DBS: Poursuite de la hausse du niveau général des prix à la consommation

• Poursuite de la hausse du niveau général des prix à la consommation

• Magistrats/Etat : délibéré le 19 juillet sur l’intervention volontaire de l’Etat

• Poursuite de la hausse du niveau général des prix à la consommation
+17,8% en un an. L’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) du mois de juin 2022, publié en juillet par l’INSD, montre que la hausse du niveau général des prix à la consommation se poursuit. En effet, comparé à juin 2021, les prix ont augmenté de 17,8%.
Cette hausse s’applique essentiellement sur les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées, les articles d’habillement et chaussures, les transports, et le service restaurants et hôtels. Plus concrètement, il faut ajouter 17,8% sur les prix des céréales non transformées, des farines, des pains, des agrumes, des huiles, des légumes frais en fruits ou en feuilles. Les tissus d’habillement, des sous-vêtements femmes et hommes, des vêtements enfants et nourrissons sont aussi devenus plus chers, de même que les prix des tickets de transport et le carburant. S’agissant de la situation haussière de la fonction « restaurants et hôtels », elle est liée à l’augmentation des prix des repas pris hors ménage tels que le plat de riz, le sandwich et le porc au four.

• Mine d’or Yaramoko : 24.533 onces produites au second trimestre 2022
La mine de Yaramoko se porte bien. Selon les résultats de l’extraction, au cours du 2e trimestre de cette année, la mine a produit 24.553 onces d’or. L’information a été donnée sur le site web de la compagnie canadienne, Fortuna Silver, le 11 juillet 2022. Cela porte la production pour les six premiers mois de l’année à 52.788 onces. La mine d’or de Yaramoko a été acquise par la société canadienne l’année dernière. La mine se compose de deux mines d’or souterraines : la zone 55 et Bagassi Sud. Sur la base des réserves déclarées au 31 décembre 2021, l’exploitation a une durée de vie de six ans.

• MTP : le marché secondaire expliqué aux journalistes
Umoa-Titres, l’Agence régionale de gestion et de promotion des titres publics de la zone UMOA, outille les journalistes économiques et financiers sur son marché secondaire. Dans le cadre de sa stratégie de diffusion et de vulgarisation de l’information en direction des acteurs du marché, l’institution renforce les capacités de ces journalistes sur le MTP. La formation en ligne du 13 juillet dernier a porté sur le fonctionnement du marché secondaire. Abdoul Aziz Halidou, expert à l’agence, a présenté les différentes facettes de ce marché qui participent de la liquidité des titres émis sur le marché primaire. Sur ce marché secondaire, sont échangés les titres acquis sur le marché primaire.

• Magistrats/Etat : délibéré le 19 juillet sur l’intervention volontaire de l’Etat
L’Etat a fait « une intervention volontaire » dans l’appel de ces agents contre l’ordonnance de liquidation des astreintes dans le cadre du dossier des coupures de salaires des magistrats. Pendant deux heures, l’Agent judiciaire de l’Etat et ses conseils ont fait valoir leurs arguments. L’Etat n’a pas été mis au courant de l’audience qui a ordonné les astreintes pour faire valoir ses intérêts ; ensuite, avec la liquidation des astreintes qui pèse sur les agents. En outre, ceux-ci pourraient se retourner contre leur employeur. La décision a été mise en délibéré pour le 19 juillet 2022. Le 23 avril 2020, les magistrats avaient obtenu du Tribunal administratif de Banfora la suspension des coupures de salaires suite à leur mouvement d’humeur des mois de mars et d’avril 2020. Cette décision était assortie d’astreintes de 10 millions par jour de retard. Au mois de juillet , les magistrats concernés ont demandé auprès du juge, la liquidation de ces astreintes estimées à 700 millions FCFA. Cette décision fait l’objet d’appel de la part des agents et d’une demande d’intervention de l’Etat. Quatre autres procédures sont en cours. Elles sont relatives à la même affaire devant la Cour administrative d’appel de Ouagadougou.

• Mouvement des cadres: à propos d’Éric Bougma
Dans sa précédente édition, le journal a fait un round up du point de chute de certains membres du gouvernement de Roch Kaboré, après sa chute. En ce qui concerne le ministre Eric Bougma, ancien ministre en charge des infrastructures et du désenclavement, est retourné en banque où il est le conseiller spécial de la Direction générale. Il y était en tant que Directeur de département et non chef de département comme nous l’avions mentionné par erreur, avant de rejoindre le gouvernement.

Commentaires
Numéro d'édition: 448

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.