Anciens ministres: leur vie après le coup d’Etat

• Lassané Kaboré, nouveau Directeur de l’industrie à la CEDEAO

• Bachir Ismaël Ouédraogo, coordonnateur au programme régional solaire

• Harouna Kaboré : chef d’entreprise et militant citoyen

Le coup d’Etat du 24 janvier a mis fin brutalement au mandat du gouvernement Lassina Zerbo constitué alors de 25 membres, mis en place le 25 janvier 2022. Cette équipe succédait, le 13 décembre 2021, au dernier gouvernement de l’ère Dabiré. Que sont devenues les figures de proue de ces derniers gouvernements sous Roch Marc Christian Kaboré ? Ces personnalités connaissent des fortunes diverses, elles ne chôment pas. Comme quoi, il y a une vie après le gouvernement.

Lassina Zerbo, ancien Premier ministre : le nucléaire dans la peau
Un règne très court. Mais il était comme une bouée de sauvetage pour le Président Kaboré. Homme de confiance du président, il avait pour mission de sauver son second mandat : relever le défi sécuritaire en faisant jouer son carnet d’adresses à l’international pour renforcer les capacités des FDS et dynamiser l’action gouvernementale. Il n’en aura pas le temps. L’homme est repéré à Kigali au Rwanda, où il prête ses services au Rwanda Atomic Energy Board . Dr Lassina Zerbo a été Secrétaire exécutif de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE) à Vienne, en Autriche, d’août 2013 jusqu’en juillet 2021.

Lassané Kaboré : ancien ministre de l’Economie et des Finances : nouveau Directeur de l’industrie à la CEDEAO
Il est entré au gouvernement Dabire I en janvier 2019 et ne quittera plus le département jusqu’à la chute du régime. Il doit cette longévité à sa connaissance des hommes (c’est un cadre de la maison) et des dossiers ; son sens du dialogue et sa capacité d’écoute. C’est lui qui étouffera la crise du fonds commun au sein du ministère et pilotera l’économie burkinabè avec les résultats qu’on a connus. Ancien Directeur général de la coopération, l’homme avait été rappelé d’Abuja où il officiait à la CEDEAO comme Directeur de la stabilité macroéconomique et de la surveillance multilatérale des politiques économiques et financières des États membres, une première fois par les transitaires suite à l’insurrection de 2014 ; puis par Roch Kaboré en janvier 2019. Quelques semaines après le putsch, il est retourné à la Commission de la CEDEAO. Son nouveau poste d’affectation est Directeur de l’industrie.

 

Eric Bougouma : conseiller spécial à la BSIC
C’est de la BSIC-Burkina, filiale du Groupe BSIC (Banque sahélo-saharienne pour l’investissement et le commerce, présente dans 14 pays dont le Sénégal, le Ghana, la Côte d’Ivoire…), où il officiait comme directeur de département que le Président Kaboré a déniché ce banquier de profession pour venir prendre les commandes du ministère stratégique des Infrastructures. Surnommé « Bulldozer » ou encore « l’homme du goudron bitumineux », une bonne partie du programme présidentiel reposait sur les performances de son ministère. Il aura été de tous les gouvernements de Kaba Thiéba et de Christophe Dabiré entre 2016 et 2021. Depuis le coup d’Etat du 24 janvier 2022, ce banquier de formation est retourné à ses premières amours où il occupe désormais le poste de conseiller spécial de la Direction générale.

 

Harouna Kaboré (ancien ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat) : Directeur d’entreprises
Quatre ans et huit mois au gouvernement. Il avait la charge du commerce, de l’industrie et de l’artisanat sous le Premier ministre Kaba Thiéba puis sous Christophe Dabiré où il a démontré un énorme potentiel en termes d’initiatives et de conduite du programme présidentiel : le programme de l’industrialisation ; de la valorisation des produits locaux, de l’organisation des filières porteuses. Mais pendant son passage au ministère, l’homme ne chômait pas. Tout comme depuis la chute du gouvernement. Il a eu le temps de terminer sa thèse de Doctorat à Paris (France) à l’Académie des sciences de management de Paris, sur le thème « Influence de l’intelligence économique (IE) sur la prospective : cas de l’étude nationale prospective du Burkina à l’horizon 2060 ». L’homme de la labellisation des produits burkinabè partage son temps aujourd’hui entre ses entreprises dans le secteur de l’énergie et le mouvement Citoyen endogène dont la rentrée est prévue en septembre prochain.

 

 

Bachir Ouédraogo : « monsieur Energie » désormais coordonnateur du programme « < Desert to Power > de la CEDEAO
Bachir Ismaël Ouédraogo, ministre de l’Énergie du Burkina Faso en janvier 2018. Il était alors le plus jeune ministre du gouvernement avec pour portefeuille l’Energie auquel s’ajoutera celui des Mines et des Carrières dans le gouvernement Dabiré 2. Titulaire d’un Doctorat en Économie des énergies renouvelables et changement climatique (Université de Manchester), l’homme avait été coopté par Tony Blair Institute for Global Change en tant que Senior Advisor, à la chute du régime Kaboré. Mais le parcours du jeune Docteur vient de connaître un nouveau fait marquant. Il vient de décrocher le poste de coordonnateur du Programme régional Energie dénommé < Desert to Power > de la CEDEAO. C’est un projet qui concerne les pays membres de la CEDEAO plus le Tchad et la Mauritanie. Le projet a pour ambition un investissement de plus de 10 000 MW d’énergie solaire et l’accès universel à l’énergie.

Ousseini Tamboura (ancien porte-parole du gouvernement) : consultant for ever
Député pour le compte du MPP dans la région du Sahel, puis ministre de la Communication chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement dans le dernier gouvernement Dabiré 2 et celui du Premier ministre Lassina Zerbo de janvier 2022, Ousseini Tamboura n’a pas eu le temps de chômer. Juriste de formation et expert en politiques publiques , l’homme qui fut Directeur général de l’ANPE a obtenu, en février 2022, une suspension de son contrat de travail avec l’ANPE, pour se consacrer exclusivement au consulting et à la mise en route de 2 projets d’entreprises, une société de consulting et d’ingénierie et une société qui va s’investir dans l’enseignement supérieur et la formation professionnelle de qualité.
FW

Commentaires
Numéro d'édition: 447

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.