Consommation: les prix en hausse de 15,1% sur un an

• Soit 5% de plus qu’en mars 2022

• Alimentation, boissons et logement en tête

• Le transport en hausse dans la zone UEMOA

Jusqu’où les prix des produits à la consommation vont-ils monter ? La question mérite d’être posée au vu de la hausse de 100 F sur le prix des hydrocarbures, qui va avoir une répercussion sur les secteurs liés, notamment, le transport.
En février 2022, il y a à peine deux mois, l’Uemoa, dans sa note de conjoncture, affirmait que les prix des produits à la consommation au Burkina Faso avaient augmenté de 10% en une année.
Pour le mois d’avril, la situation s’est aggravée, selon l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) du mois d’avril 2022. Entre mars et avril 2022, l’indice a connu une hausse de 3%.
Cette augmentation mensuelle, l’INSD l’a répercutée sur un an. Résultat, entre mars 2021 et mars 2022, les prix des produits de grande consommation ont subi une hausse de 15,1%. Une hausse qui, selon l’INSD, est liée à la montée des prix des fonctions « Produits alimentaires et boissons non alcoolisées », « Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants », « Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles » et « Restaurants et hôtels ». C’est le renchérissement des céréales non transformées, des farines, semoules et gruaux, de la volaille, des fruits frais, des légumes frais en fruits ou racine, des tubercules et plantain qui est à la base de la hausse des prix de la fonction « Produits alimentaires et boissons non alcoolisées ».
Les prix dans cette fonction ont connu une hausse de 3,7% en un mois, de 14,3% en un trimestre et de 25,7% en un an.
Les prix du dolo, tabac local et noix de cola flambent
L’envolée des prix du « dolo », du tabac local à chiquer et de celle de la noix de cola qui est principalement importée de la Côte d’Ivoire et du Ghana constituent les seules raisons de la flambée des prix de la fonction « Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants».
S’agissant de l’augmentation des prix de la fonction « Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles », elle est induite essentiellement par la montée des prix des combustibles solides (bois et charbon de bois).
La hauuse non négligeable des prix des repas dans les restaurants, cafés et établissements similaires est la principale cause de l’augmentation des prix dans la fonction « Restaurants et hôtels ».
L’analyse de la hausse du niveau général des prix selon la volatilité des produits indique que les produits frais, l’énergie ainsi que les produits « hors énergie et produits frais » ont contribué à la hausse des prix par la montée de leur prix. o
NK

Commentaires
Numéro d'édition: 439

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.