Le président de l’APSAB, Monhamad Compaoré (Ph. Yvan Sama)

Assurances : l’APSAB présente deux produits

• « Décès emprunteur » et l’assurance transport

• Et les défis du secteur

Le président de l’APSAB, Monhamad Compaoré (Ph. Yvan Sama)

L’assurance a pour but la protection des patrimoines et des personnes. C’est un maillon essentiel à la stabilité de l’économie, car elle permet de minimiser les risques financiers. Cependant, c’est un secteur auquel la plupart des populations sont réfractaires à cause des préjugés et de l’insuffisance d’informations sur le métier. Afin d’informer la population sur les actions et les produits du secteur, l’Association professionnelle des sociétés d’assurances du Burkina (APSAB) a organisé un petit déjeuner de presse. Il avait pour thème « Le secteur des assurances au Burkina Faso : une industrie en phase avec les défis de son temps ». L’objectif était d’imprégner les Hommes de médias du fonctionnement, de l’importance, des produits et des défis du secteur de l’assurance au Burkina Faso. C’était le jeudi 21 octobre 2021 à Ouagadougou.
Dès l’entame, le Secrétaire général (SG) de l’APSAB, Serge Ramdé, a défini l’assurance en citant le juriste français, Joseph Hemard : « L’assurance est une opération par laquelle une partie, l’assuré souscripteur, se fait promettre, moyennant une rémunération, la prime, pour lui-même ou pour un tiers, en cas de réalisation d’un risque, une prestation par une autre partie, l’assureur, lequel, prenant en charge un ensemble de risques, les compense conformément aux lois de la statistique ». Au cours de l’activité, l’APSAB a présenté deux produits d’assurance. Il s’agit de l’assurance transport et de l’assurance « décès emprunteur ». L’assurance transport est un produit d’assurance qui couvre les marchandises ou les facultés voyageant d’un point A (de départ) à un point B (de destination) contre les risques qu’elles peuvent subir au cours de l’expédition. C’est un produit vital pour accompagner le transport des marchandises et biens divers et pour la responsabilité civile des transporteurs professionnels. Ce produit prend en compte deux polices d’assurance, à savoir l’assurance transport sur facultés, c’est-à-dire, la prise en charge des dommages aux marchandises et l’assurance de la responsabilité civile du transporteur. Il faut noter qu’au Burkina Faso, il existe des règlementations qui exigent à l’importateur la souscription à une assurance auprès d’une société d’assurance locale agréée pour toute transaction. En dépit de ces règlementations, l’assurance transport reste le maillon faible du secteur des assurances au pays, faisant perdre de l’argent pour l’économie nationale. La domiciliation de l’assurance transport comporte beaucoup d’avantages, notamment, la facilitation de la gestion des sinistres et la lutte contre la fuite des capitaux et devises du pays. Le deuxième produit, l’assurance « décès emprunteur », est un produit-clé qui facilite et sécurise les opérations de crédit et les relations avec les partenaires. C’est un produit qui garantit à l’organisme prêteur le remboursement du capital restant dû du prêt contracté par l’assuré en cas de décès ou d’invalidité totale et permanente avant l’échéance du prêt de ce dernier, conformément au tableau d’amortissement (constant ou dégressif). Les garanties offertes dans cette assurance sont : décès toutes causes ou invalidité totale et définitive. La perte emploi étant optionnelle. Une ristourne est reversée à l’assuré en cas de remboursement anticipé du prêt contracté. L’assurance décès emprunteur comporte beaucoup d’avantages. Elle garantit le remboursement du capital restant dû du prêt à l’organisme prêteur et la sécurité financière de la famille de l’assuré en évitant les saisies de biens, et ainsi, la transmission de la dette de l’assuré à sa famille. Pour le président de l’APSAB, Monhamed Compaoré, cette activité rentre dans le cadre du renforcement de la communication sur le secteur de l’assurance pour assurer une réelle proximité avec la population. A en croire monsieur Drissa Traoré, depuis 1983, il existe un texte qui rend obligatoire l’assurance des biens à l’importation dont la valeur dépasse 500 000 FCFA.

Les membres de l’APSAB se sont mobilisés pour une meilleure compréhension du secteur des assurances (Ph. Yvan Sama)

« Il s’agit principalement de l’ordonnance n°83 -028/CNR/PRES/MF portant domiciliation de l’assurance des marchandises ou facultés à l’importation qui stipule à son Article 1 : indique que toutes personnes physiques ou morales de droit public ou privé sont assujetties à l’obligation de souscrire à une assurance auprès d’une entreprise d’assurance locale agréée au Burkina Faso pour toute importation de marchandises sur le territoire national, et le décret N°84-329/CNR /PRES/MF du 30 décembre 1983 stipule à son Article 1, qu’il est fait obligation à tous importateurs de marchandises transportées à destination du Burkina Faso d’une valeur FOB (Free On Board i.e. « sans frais à bord ») supérieure ou égale à 500 000 FCFA de souscrire à une assurance transport auprès d’une compagnie locale. »
Il ajoute que cette obligation d’assurance est ignorée et qu’il était important de présenter le produit et de la rappeler.

Rôles et fonction de l’assurance
L’assurance a une fonction économique, de sécurisation des biens, de protection des personnes et de collecte de l’épargne. En 2020, dans le cadre de la sécurisation des biens et de la protection des personnes, le secteur des assurances du Burkina a respectivement engagé 23 milliards FCFA pour payer les sinistres liés à la perte de biens et 18 milliards FCFA pour des assurances de personnes. Quant à la collecte de l’épargne, les cotisations collectées par les assureurs s’élèvent, en 2020, à plus de 46 milliards FCFA. L’épargne collectée par les sociétés d’assurances alimente l’économie nationale par le biais de l’investissement dans différents secteurs. Le total de placements des assureurs s’élève, en 2020, à plus de 220 milliards FCFA.
Issouf TAPSOBA (Collaborateur)

 

Encadré

Paysage des assurances au Burkina

Le marché des assurances au Burkina est composé de 17 acteurs, dont 8 sociétés d’assurances non vie (ou IARD), 7 sociétés d’assurances vie, 1 société de micro-assurances et 1 société de réassurances. Il comprend, en outre, 199 intermédiaires, dont 46 courtiers et 153 agents généraux. Le chiffre d’affaires du secteur s’élève à 108 milliards FCFA en fin 2020, dont 43% en assurance vie. o

Commentaires
Numéro d'édition: 412

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.