C’est le Directeur général adjoint des Douanes, William Kaboré, qui a présidé la cérémonie de lancement de la formation à l’intention des cadres de l’administration douanière. Il a représenté le Directeur général des Douanes, Elie Kalkoumdo, empêché. (DR)

Digitalisation des paiements: Le projet «e-Douanes» en marche

• Avec l’appui de la Banque mondiale

• Des cadres de l’administration douanière formés

• Sur les stratégies de développement de la finance digitale

C’est le Directeur général adjoint des Douanes, William Kaboré, qui a présidé la cérémonie de lancement de la formation à l’intention des cadres de l’administration douanière. Il a représenté le Directeur général des Douanes, Elie Kalkoumdo, empêché. (DR)

Ils seront outillés par un expert commis par la Banque mondiale, en la personne de Boukari Zongo. (DR)

Résolument, la Douane au Burkina Faso s’est tournée vers le digital. Après avoir innové en créant des outils du digital permettant à ses clients d’effectuer un certain nombre de transactions bancaires sans se déplacer, à travers le Sydonia World, la Direction générale des Douanes entame un nouveau pas dans le processus vers la digitalisation. Le 19 octobre 2020, a eu lieu au sein de la Direction générale, sise à Ouaga 2000, le lancement officiel d’une formation de deux semaines, adressée aux cadres de l’administration douanière. Une quarantaine d’agents, au total, seront outillés sur les « Stratégies de développement de la finance digitale par les administrations ». Un nouveau pas qui devrait permettre la mise en œuvre progressive de la digitalisation des paiements en Douane. Raison pour laquelle, la cérémonie d’ouverture a connu la participation des membres du Conseil de direction, des chefs d’Offices et des agents de la Direction générale des Douanes, du Coordonnateur du PAIF-PME et des représentants des structures invitées.
Cette formation entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet « e-Douanes », avec l’appui de la Banque mondiale à travers le Projet appui à l’inclusion financière et le financement des petites et moyennes entreprises (PAIL-PME).
Mettre à la disposition des usagers des moyens de paiement sécurisés
Plusieurs objectifs sous-tendent l’adoption du digital, en général, et cette formation, en particulier. Le plus actuel est sans nul doute pour la Douane de sortir du classement des structures enregistrant le plus d’actes de corruption. Selon le rapport du REN-LAC 2020, la Douane arrive en 2e position sur la liste des institutions corrompues. Ce qui est pointé du doigt, ce sont les opérations de contrôle au niveau des postes fixes.
Le but visé par cette formation sur la finance digitale est de mettre à la disposition des « usagers, des moyens de paiement modernes, efficients, sécurisés et accessibles à tous », d’une part, et de permettre aussi « de renforcer les capacités des agents en matière d’utilisation des moyens de paiement numériques », a affirmé le DG des Douanes, Elie Kalkoumdo, dans son discours lu par le DGA des Douanes, William Kaboré, qui a présidé la cérémonie de lancement. Une façon, selon M. Kalkoumdo, de renforcer leurs capacités en moyens de paiement numériques, « ce qui nous permettra d’être suffisamment outillés pour la mise en œuvre du projet sur le terrain, afin de gérer l’administration selon les meilleures pratiques internationales ».

La quarantaine d’agents choisis pour prendre part à cette formation sont des agents des Douanes et des représentants de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP), de la Direction générale des Impôts (DGI), de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI), de l’Agence nationale de la promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC) et de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). (DR)

Le recours au e-paiement s’inscrit dans le plan stratégique 2017-2021 de la Direction générale des Douanes qui porte sur « Modernisation des procédures de douanes ». La première étape a été réalisée à travers Sydonia World. La plateforme offre plusieurs facilités et vise la dématérialisation intégrale des opérations de dédouanement des marchandises. Elle permet à ce que les marchandises puissent être dédouanées et leurs droits de douane payés en ligne.
La formation des cadres de l’administration douanière constitue la suite logique à cette transformation vers le digital que mène la Direction générale des Douanes. En juillet dernier, à Boromo, Elie Kalkoumdo l’avait déjà évoqué. En effet, lors de l’annonce du passage au télé-dédouanement, la question de l’avenir du douanier et du poste de Douane aux frontières avait été posée. Le DG des Douanes avait répondu : « Nous allons évoluer vers des contrôles en entreprises, spécialiser les agents pour mieux appréhender les valeurs. Nous sommes dans la valeur transactionnelle, la valeur de la marchandise effectivement payée, il faut avoir une formation poussée pour détecter ces cas de fraude ».
NK

 

Encadré

Une quarantaine d’agents seront formés

La quarantaine d’agents choisis pour prendre part à cette formation sont des agents des Douanes et des représentants de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP), de la Direction générale des Impôts (DGI), de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI), de l’Agence nationale de la promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC) et de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Ils seront outillés par un expert commis par la Banque mondiale, en la personne de Boukari Zongo. Pour lui, « cette formation s’inscrit dans le cadre d’une transformation digitale du service public et de manière publique, des actes de douanes. Elle vise à renforcer les capacités de la Douane, pour pouvoir répondre aux enjeux d’inclusion financière, enjeux de digitalisation. Il s’agira d’outiller la Douane pour pouvoir connaitre les innovations, que ce soit au niveau local ou régional et également au niveau international, et les outiller surtout pour pouvoir se conformer à la règlementation et mettre en place des dispositions de préventions, de gestions du risque. Dans les modules, nous verrons l’inclusion financière, les fondamentaux de la finance numérique, le cadre règlementaire au niveau de l’Uemoa, nous verrons également tout ce qui touche les innovations du marché, une analyse prospective sur ce qui peut se passer sur les 5 prochaines années dans le domaine, et nous verrons enfin comment peut se passer la réconciliation des opérations et quels sont les changements qui sont apportés entre la finance numérique et ce qui est fait par la Douane actuellement ». o

Commentaires
Numéro d'édition: 364

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.