DBS

• Bank of Africa : l’activité économique jugée stable

• Bons assimilables du Trésor: le Burkina lève 27,5 milliards F CFA

• Bank of Africa : l’activité économique jugée stable

Bloomfield investment corporation vient de sortir la note de la BOA-Burkina Faso. Dans la catégorie de valeur à long terme et à court terme, l’analyse a jugé les activités de la banque  stables. Selon les justifications de Bloomfield, sur le long terme, « la qualité de crédit est élevée. Les facteurs de protection sont bons. Cependant, les facteurs de risques sont plus variables et plus importants en période de pression économique ». Pour le court terme, la note stable se justifie par le fait que la certitude de remboursement en temps opportun est très élevée. Les facteurs de liquidité sont excellents et soutenus par de bons facteurs de protection des éléments essentiels. Les facteurs de risques sont jugés mineurs.

Cette notation est basée sur deux types de facteurs. Les points positifs sont, entre autres, une bonne progression des ressources issues de la clientèle grâce au renforcement de la stratégie de collecte des dépôts ; un résultat net en hausse de 7%, et le lancement du plan triennal de développement 2019-2021, axé sur le digital et les offres de services appropriés aux PME.

Les facteurs de fragilité de la qualité de crédit sont : un risque d’amenuisement de la marge d’intérêts important en raison de la détérioration continue de la marge interbancaire ; une forte dégradation du coût du risque passant de 1.089 millions de francs CFA en 2018 à 2.080 millions FCFA en 2019 ; une capacité à accroître la part des PME/PMI dans le portefeuille, à démontrer et une situation sécuritaire fragile et une crise sanitaire menaçant l’activité économique du pays.

Notons qu’au 31 décembre 2019, le capital social de la BOA-BF, détenu à 56,48% par le Groupe BOA, est estimé à 22.000 millions F CFA.

• Bons assimilables du Trésor: le Burkina lève 27,5 milliards F CFA

25 milliards FCFA. C’est ce que la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP) recherchait sur le marché financier de l’UMOA, le 15 juillet 2020. A la fin de l’opération, elle a pu lever 27,5 milliards F CFA.  Le but visé par les autorités burkinabè à travers cette levée de fonds est d’assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’Etat. Pour tout le mois de juillet 2020, les intentions d’émissions de titres publics du Burkina Faso se chiffrent à 50 milliards FCFA

Le remboursement des bons émis par le Trésor public burkinabè interviendra le premier jour ouvrable suivant la date d’échéance fixée au 14 juillet 2021. Par contre, les intérêts sont payables d’avance et précomptés sur la valeur nominale des bons qui est d’un million FCFA.

• Transition énergétique et industries extractives : PCQVP organise le débat

La Coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) a organisé un webinaire le 16 juillet sur : « Changement climatique, transition énergétique et industries extractives.

Enjeux, défis et opportunités pour les coalitions membres ». Le Pr Alpha Oumar Dissa, ancien ministre de l’Energie et des Mines du Burkina Faso, a participé à ce webinaire. Au cours des échanges, les questions telles que l’état des accords internationaux, les impacts humains du changement climatique, les mécanismes politiques concernant le changement climatique et une série de scénarios de transition pour s’éloigner des combustibles fossiles ont été abordées.

Il s’agit pour PCQVP, de réfléchir sur comment les pays peuvent passer d’une économie carabinée et fossile vers une économie non ou faiblement carboné. Comment les pays dépendant des énergies comme le gaz et le pétrole peuvent passer aux énergies renouvelables sans trop de difficultés. La question du financement de la transition énergétique a aussi été abordée. PCQVP compte plus de 1.000 organisations membres dans le monde et environ 50 Coalitions nationales.

Commentaires
Numéro d'édition: 354

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.