Le président du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UEMOA, Mamadou Ndiaye, a affirmé la convergence des idées de l’UEMOA avec celles du Premier ministre Christophe Dabiré. (DR)

Marchés financiers de l’UEMOA  : Le président du CREPMF fait le point à la Primature

• Trading : le Burkina a circonscrit le mal

• Bientôt un Fonds de protection des épargnants

Le Premier ministre Christophe Dabiré a reçu la visite du président du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UEMOA, Mamadou Ndiaye. L’objectif de cette visite était de faire le point sur plusieurs sujets, dont l’état de l’Union, particulièrement sur le segment du marché financier et rendre compte de l’état d’avancement des réformes décidées par le Conseil des ministres de l’UEMOA en 2016. Il s’est agi également de passer en revue l’état du marché financier, et de la nécessité de révision de certaines règles qui régissent le marché financier. A l’occasion, le Premier ministre Christophe Dabiré a, notamment, insisté, d’une part, sur la nécessité de révision des textes qui organisent le marché pour l’adapter au contexte, et d’autre part, sur le chantier réalisé par l’UEMOA, notamment le troisième compartiment de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) dédié aux petites et moyennes entreprises .A cet effet, environ 30 petites et moyennes entreprises ont été déjà identifiées et sont accompagnées dans ce sens.
Sur la question de la bourse, ce dernier a annoncé la finalisation de la bourse en ligne, qui permet à tous les habitants des pays membres de l’UEMOA, de faire des placements en ligne par l’intermédiaire d’une plateforme numérique. En plus de cela, d’autres chantiers ont été évoqués lors de cette rencontre ; il s’agit de la question de la ratification du traité de l’UEMOA qui consacre le changement de dénomination du Conseil régional qui s’appelle dorénavant Autorité du marché financier (AMF). . Il a été question des Soukouks , ces obligations qui sont utilisées par la finance islamique pour mobiliser des ressources et qui ont notamment, permis à plusieurs pays membres de l’UEMOA de pouvoir lever des ressources importantes pour accompagner le financement de leurs investissements.
Le président du crepmf est revenu sur la création d’un Fonds de protection des épargnants, et des mesures qui vont permettre l’amélioration du fonctionnement du marché financier.
Des mesures prises contre les opérations irrégulières de mobilisation de l’épargne
Sur la question des opérations irrégulières de mobilisation de ressources des sociétés de trading constatées dans plusieurs pays, le président du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UEMOA, Mamadou Ndiaye, a affirmé que des mesures avaient été prises pour protéger le public . « Le rôle du régulateur est d’attirer l’attention et d’informer le public », a-t-il soutenu. Toutes les dispositions ont été prises et ces opérations irrégulières ont été arrêtées. Il a, par ailleurs, attiré l’attention du public sur la nécessité du respect des procédures pour des placements : « Nous lançons un appel au public d’être attentif aux recommandations et aux messages diffusés par l’autorité de régulation de l’épargne et du marché financier qui a pour mission de protéger l’épargne. »
Il a notamment, affirmé que des dispositions avaient été prises après l’arrêt des activités, pour que les ressources soient restituées à tous ceux qui ont déjà été arnaqués.

Ouédraogo Rachid (Collaborateur)


Opérations irrégulières

Le président du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UEMOA, Mamadou Ndiaye, définit les opérations irrégulières de mobilisation de ressources comme des offres de placement dont la promotion est faite sur les réseaux sociaux, avec un taux de retour et des rendements forts alléchants qui appâtent le public .Il a indiqué qu’une opération d’appel public à l’épargne doit être autorisée par l’autorité de régulation, et fait appel à une kyrielle de précautions prises avant l’autorisation des opérations . Tout ce cadre règlementaire permet d’établir la confiance, et s’il n’y a pas de confiance, le marché peut s’écrouler. Le président du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UEMOA a, par ailleurs, confié qu’avec la réactivité de l’Etat burkinabè, les dégâts ont pu être circonscrits.

Commentaires
Numéro d'édition: 313

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.