UEMOA : Evolutions contrastée des statistiques

• Baisse des coûts des produits exportés au 4e trimestre 2018

• Hausse des cours du pétrole

• Croissance économique soutenue

Quelles ont été les tendances du 4e trimestre au niveau de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)? Le bulletin trimestriel des statistiques de la BCEAO, publié le 25 avril dernier, divulgue les principales fluctuations des matières premières de l’Union.

Produits exportés: -13% pour l’anacarde
En début 2018, la noix de cajou s’échangeait à 1.772,8 dollars la tonne. Un mois après, sa valeur était de 2.082,5 dollars sur le marché international. Mais en fin d’année 2018, c’est la dégringolade. Le cours affiche 1.350 $/Tm, soit une baisse de 2,3% par rapport au 3e trimestre de l’année et 13,1% par rapport à l’année 2017.
En plus de l’anacarde, deux des principales matières premières exportées par les pays de l’Union ont aussi connu des évolutions contrastées marquées par des baisses. Il s’agit du caoutchouc (-5,8%) et de l’or (-3,6%). La meilleure performance du métal jaune pour l’année dernière a été enregistrée au premier trimestre avec un cours à 1.329,4 dollars l’once. Cela n’a malheureusement pas empêché le cours de l’or de chuter de 3,6%.

Hausse des cours du pétrole et baisse des prix pour le riz
En revanche, les prix ont progressé pour le coton (+10,2%) et le cacao (+6,2%).
S’agissant des produits importés, les cours ont également été orientés à la hausse. C’est le cas pour le pétrole. C’est en 2018 que l’or noir a enregistré sa meilleure performance de ces trois dernières années, avec 64,5 dollars le baril, contre 50,8 en 2017 et 44 dollars le baril en 2016.
Courant 2018 justement, le baril a même atteint le plafond de 68,6 dollars le baril au cours du 3e trimestre. Ainsi, c’est une progression de 6,1% que le pétrole enregistre pour 2018 par rapport à 2017.
Si le pétrole affiche une hausse de son cours, cela n’a pas été le cas pour les huiles alimentaires et le riz. Pour le cas de l’huile palmiste, l’année 2018 a confirmé la tendance baissière de la matière. Le cours est passé de 1.364,6 $/tm en 2016, puis à 1.280,9 en 2017, pour finalement chuter à 924,3 $/tm en 2018, soit une baisse totale de 46,8% par rapport à 2017. La valeur du riz cbot a aussi baissé de -10,2%.

Bourse: -29,7% pour l’indice BRVM 10
Sur le marché boursier de l’UEMOA, l’indice BRVM 10 s’est replié de 29,7% à fin décembre 2018 par rapport à son niveau à fin décembre 2017. Il s’agit de l’indice phare de la Bourse des valeurs mobilières de l’Union (BRVM). Elle est composée des dix sociétés les plus actives du marché. L’indice tient compte de la capitalisation boursière, du volume de transactions par séance et de la fréquence de ces transactions.
En d’autres termes, les sociétés les plus actives du marché ont eu du mal en 2018. -16,6 au 4e trimestre et -29,7% durant la même année. Quant à la capitalisation boursière, l’indice BRVM Composite a baissé de 29,1% sur la même période.

NK


Activité économique soutenue

Nonobstant toutes ces évolutions, l’activité économique dans l’UEMOA est demeurée soutenue au quatrième trimestre 2018. Le produit intérieur brut de l’Union s’est accru de 6,8% en glissement annuel, après 6,6% un trimestre plus tôt.
La croissance de l’activité économique dans l’Union reste tirée par le secteur tertiaire, dont la contribution s’est établie à 4%, stable par rapport aux réalisations notées le trimestre précédent. La contribution du secteur secondaire est, quant à elle, ressortie à 1,6%, en hausse de 0,1% par rapport au trimestre précédent. L’apport du secteur primaire à la croissance a été de 1,2%, soit 0,1% de plus par rapport aux réalisations du troisième trimestre 2018.
La masse monétaire dans l’UEMOA a progressé de 12,4% en glissement annuel, en raison d’une augmentation des créances intérieures (+9,4%) et des avoirs extérieurs nets (+28,8%). Sur le marché monétaire, le taux moyen pondéré des injections de liquidité à une semaine s’est situé à 4,0509% au quatrième trimestre 2018, en hausse de 128 points de base par rapport au trimestre précédent.
En outre, sur le marché interbancaire, le taux d’intérêt sur le compartiment à une semaine est ressorti en hausse de 67 points de base pour s’établir à 5,0990% au quatrième trimestre 2018.

Commentaires
Numéro d'édition: 297

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.