Elisa Peter, Directrice exécutive de Publiez ce que vous payez (PCQVP). (DR)

Assemblée mondiale de PCQVP : Partager des expériences et renforcer les capacités

• Le plan stratégique 2020 -2025 sera adopté

• Comment le secteur extractif peut-il mieux profiter aux populations

• Pour une synergie d’actions entre journalistes et société civile

La ville de Dakar, au Sénégal, abritera du 29 au 31 janvier 2019, l’Assemblée mondiale de Publiez ce que vous payez (PCQVP), un réseau mondial d’organisations de la société civile unies qui œuvre pour que les recettes issues de l’exploitation minière améliorent les conditions de vie des femmes, des hommes et des jeunes. La campagne PCQVP a été lancée en 2001. Elle compte de nos jours 700 organisations membres dans le monde, qui travaillent pour plus de transparence, de redevabilité et de bonne gouvernance dans le secteur extractif, de sorte que les ressources minières, gazières et pétrolières améliorent les conditions de vie dans les pays riches en ressources naturelles. Plus de 40 coalitions nationales PCQVP ont été créées dans le monde, dont 25 en Afrique.
PCQVP se positionne aujourd’hui comme l’un des plus puissants et influents réseaux mondiaux de la société civile dont l’un des succès a été la création de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), dans laquelle les coalitions membres travaillent. Leurs actions ont contribué à accroître la transparence dans la collecte et la gestion des revenus miniers, la gestion et la publication des contrats miniers. La divulgation des identités des propriétaires réels constitue un vaste chantier en cours.
PCQVP organise une assemblée mondiale tous les 03 ans. La dernière a eu lieu à Lima, au Pérou, en février 2016.
L’assemblée mondiale reste la meilleure occasion pour les membres de PCQVP des 05 continents et leurs partenaires à travers le monde de se rencontrer physiquement, de partager leurs expériences, de renforcer leurs compétences et capacités, mais également de désigner leurs représentants au Conseil mondial du réseau.
Elle offre l’opportunité aux membres de discuter des tendances dans le mouvement pour la transparence et la redevabilité, d’élaborer des stratégies en fonction des principaux développements dans le secteur des industries extractives et d’apprendre les uns des autres. La rencontre de Dakar est particulière, en ce sens que PCQVP procèdera à l’adoption de son nouveau manuel de gouvernance ainsi que son nouveau plan stratégique 2020 -2025. Les nouveaux membres qui seront élus au Conseil mondial auront pour tâche de diriger le mouvement en mettant en œuvre la nouvelle stratégie globale.
L’assemblée mondiale comprend des sessions plénières et des séances thématiques. Outre l’adoption du plan stratégique, les thèmes abordés concerne: «Information et transparence comme outils de changement», «Citoyens, participation et pouvoir», «Apprendre les uns des autres», etc.

Elie KABORE


Les journalistes ne sont pas en reste

Outre les membres et les partenaires stratégiques de PCQVP, y prennent également part à l’assemblée mondiale, des représentants de l’administration publique, des parlementaires, des diplomates, des organisations de la société civile, des ONG internationales, des Fondations, des experts et tout autre acteur de la gouvernance du secteur extractif dans le monde. Les journalistes ne sont pas en reste.
Avec l’appui de la Banque mondiale, PCQVP invite des journalistes de l’Afrique francophone en vue de participer à une session autour du «journalisme d’investigation et le travail de la société civile». Pour PCQVP, au cours des dernières années, un nombre croissant d’enquêtes novatrices a été mené par des journalistes. Ceux-ci ont dénoncé des actes répréhensibles commis par le secteur privé et par les gouvernements.
Pourtant, la société civile n’a pas réussi à mettre en place un plaidoyer fort et les journalistes travaillent toujours en parallèle des ONG, même si tous deux s’efforcent de renforcer la transparence et la redevabilité.
Cette session vise à examiner ce que les membres de PCQVP peuvent apprendre des journalistes d’investigation et comment la société civile peut soutenir leur travail et lancer des appels communs en faveur du changement. Enfin, au cours de cette session, il sera question de voir comment la société civile et les journalistes peuvent faire face aux menaces croissantes et aux défis communs auxquels ils sont confrontés.

Commentaires
Numéro d'édition: 283

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.