Finances-Banques

Brève : Echangeur du Nord : les 70 milliards de FCFA de BAO-Burkina

Le groupe Bank of Africa (BOA) Burkina, majoritairement détenu par BMCE-Bank, a contribué au financement de la réalisation de l’échangeur du Nord. Cette infrastructure, qui a été mise en service le 15 novembre dernier, a nécessité un investissement de plus de 106,7 millions d’Euros, soit environ 70 milliards de FCFA. Elle est le fruit d’un partenariat public-privé entre l’État burkinabè et le groupe BOA. Situé à la partie centre-nord de la capitale burkinabè, l’échangeur du Nord est un ouvrage constitué d’un carrefour principal à quatre nœuds à anses et en trompettes, avec une boucle de sortie sur la route nationale N°22 et dix ouvrages de franchissement, de longueur variant entre 40 et 75 m. Les travaux de cette infrastructure avaient été lancés le 4 décembre 2015 par le gouvernement de Transition et devaient durer 38 mois. Avec cette nouvelle infrastructure, la capitale burkinabè aura été dotée de quatre échangeurs, après ceux de Ouaga-2000, de l’Ouest et de l’Est.
Selon un communiqué d’Infomédiaire, pendant la dernière décennie, BOA-Burkina a injecté presque 300 milliards de FCFA, chaque année, dans l’économie du pays. En 2017, le groupe BOA-Burkina a réalisé un produit net bancaire de plus de 37 milliards de FCFA (plus de 56 millions Euros), soit une croissance de 10%, avec un résultat de 15 milliards 62 millions de FCFA. Le groupe BOA est actuellement implanté dans 18 pays, dont 8 en Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Togo et Sénégal), 8 en Afrique de l’Est et dans l’Océan Indien (Burundi, Djibouti, Ethiopie, Kenya, Madagascar, Ouganda, Rwanda et Tanzanie) et en République Démocratique du Congo, ainsi qu’en France, à travers un réseau de 16 banques commerciales, 1 société financière, 1 banque de l’habitat, 2 sociétés d’investissement, 1 banque d’affaires et 2 bureaux de représentation.


 

Glossaire de l’économie : Savoir investir

1 – Les bases pour établir une stratégie d’investissement

Le Money Management
tape 5 :
Vous détenez un portefeuille boursier de 100.000 € au 1er juin 2005.
Déterminez le niveau de perte maximale sur votre compte de trading et la perte maximale acceptable par opération.
Le 8 juin, l’action X présente une configuration graphique intéressante. Elle s’échange à 25 Euros pour un objectif situé à 38 Euros et un stop de protection à 21 Euros.
Calculer le nombre maximum d’actions que vous pourrez acquérir, sachant que votre courtier vous prélève 1% de frais aller-retour.
Le 15 juin, les actions Y et Z présentent, elles aussi, des configurations alléchantes. Vous décidez de les acheter en vous exposant au risque maximal (2% par trade). Le 17 juin, vous êtes intéressés par l’action A aux perspectives attractives.
Combien d’actions A pouvez-vous acheter ?
Que faut-il attendre pour pouvoir se positionner sur le titre A ?
Le 20 juin, le titre X progresse à 28 Euros et semble accélérer.
Que faites-vous ? Pouvez-vous alors vous positionner sur le titre A qui n’a pas évolué depuis le 17 juin dernier ?
Le 21 juin, le titre Y enfonce votre stop de protection. Pour vous refaire, vous décidez d’investir sur la valeur C.
Faites-vous le bon choix ? Pourquoi ?
Correction :
Perte maximale sur le compte de trading et par opération: règle des 6% soit 6.000 € ; règle des 2% soit 2.000 €.
Nombre maximum d’actions à acheter :
PRU = 25.25 Euros, soit une perte potentielle de 4.25 Euros par titre. Vous pouvez donc acquérir au maximum 470 actions.
Nombre d’actions A à acheter :
Aucune, car vous êtes déjà exposés au risque maximum de 6.000 € sur votre portefeuille.
Pour acquérir les titres de l’action A, vous devez sécuriser au moins une ligne sur les titres détenus en portefeuille avec un stop sur le point mort.
Vous relevez le stop au point mort sur X, et pouvez à ce moment exposer 2% du capital sur A.
Non ! Vous ne pouvez pas investir sur la valeur C, car vous venez de perdre 2% de votre capital et que vous êtes déjà exposés à hauteur de 4% sur Z et A.

Commentaires
Numéro d'édition: 274

One comment

  1. yameogo Clément Roger

    Monsieur le Directeur de Publication

    je voudrai publier un article économique sur le F CFA.
    Y a t il des conditions particulières pour publier dans votre organe?
    Si oui, me le dire?

    Cordialement et merci pour le travail abattu.

    Clément Roger YAMEOGGO 70 30 73 73
    Cabinet CERYA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.