Eau potable: L’association Bilada au secours de 120.000 personnes

• Avec la solution chlorée

• Grâce à Antenna Baobab

• Un Burkinabè sur 12, victime de maladies hydriques

Avant sa généralisation, Hamed Arthur Yo fait savoir que le produit fera l’objet d’une phase pilote d’un an dans la région du Centre-Nord au profit de 120.000 bénéficiaires. (DR)

Il est encore étudiant-ingénieur à l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2IE) à Ouagadougou (Burkina Faso), mais ne manque pas d’idées novatrices pour sauver des milliers de vie. Lui, c’est le directeur exécutif de l’association Bilada, Hamed Arthur Yo.
Il faut savoir que Bilada est une entreprise sociale engagée pour un accès universel à une eau saine au Burkina Faso. Dans le souci de trouver une solution pérenne à la question de l’eau contaminée qui, selon l’annuaire statistique 2016, fait souffrir un Burkinabè sur 12 de maladies hydriques engendrant une dépense moyenne de 2.500 FCFA pour les soins, Hamed Arthur Yo a mis en place une solution chlorée pour purifier l’eau.
Au regard des limites de cette jeune entreprise sociale et dans l’objectif que la solution chlorée atterrisse entre les mains des populations rurales, Bilada a reçu un soutien matériel de dernière génération. Il s’agit de deux Maxi-WATA d’une valeur de 7.000.000 de FCFA. Le Maxi-WATA est le plus grand électrolyseur parmi la gamme des électrolyseurs WATA, et permet de produire 60 l de chlore actif en 4h30 mn.
Ce qui permet de traiter 240.000 litres d’eau par production pour une population estimée à 60.000 personnes. Ce don qui lui a été fait le 16 juillet 2018, à Ouagadougou, est l’œuvre d’un de ses partenaires traditionnels, en l’occurrence l’ONG Antenna Baobab.

L’eau et les aliments contaminés sont à l’origine de plus de 200 maladies
En remettant ce matériel, le coordinateur/Point focal au Burkina Faso d’Antenna Boabab, Evariste Zongo, a rappelé aux invités présents que cette cérémonie est l’aboutissement d’un parcours individuel et collectif. Individuel de par l’engagement et la conviction de Hamed Arthur Yo à monter une entreprise sociale de production de chlore à partir de la technologie WATA.
Collectif, parce que le modèle de l’entreprise prend sa source dans la stratégie globale de la Fondation Antenna, à savoir répondre aux besoins des nouveaux comportements que provoquent ces différents projets. Il a souligné que l’entreprise Bilada s’est inspirée de Tinkissou de la Guinée Conakry qui a été un réel succès. Et pour y arriver, Hamed Arthur Yo a bénéficié de l’accompagnement technique en entrepreneuriat de la Fabrique où il a incubé depuis février 2017, et de l’appui financier de la Fondation Antenna.
La directrice générale de La Fabrique, Lisa Tietiembou, s’est réjouie d’avoir pris part à ce projet d’entrepreneuriat social. De l’avis de Hamed Arhtur Yo, le chlore est un désinfectant parmi les plus efficaces du moment et les plus répandus dans le monde. «Le chlore est une alternative qui peut répondre, à court terme et de façon durable, au besoin d’eau potable des populations ; à la fois en milieu urbain et rural», note-t-il.
Avant sa généralisation, Hamed Arthur Yo fait savoir que le produit fera l’objet d’une phase pilote d’un an dans la région du Centre-Nord au profit de 120.000 bénéficiaires. Les personnes désireuses du produit pourront le retrouver dans les différentes boutiques de la place.


Bilada: une solution chlorée pour purifier l’eau

La solution chlorée Bilada est un désinfectant d’eau de boisson comportant une action rémanente pour une protection plus longue de l’eau de boisson au point d’utilisation. D’usage pratique et à prix social, le flacon de 500 ml peut traiter jusqu’à 2.000 litres d’eau et couvrir les besoins mensuels en eau de boisson de 15 personnes au moins. Il faut savoir que l’eau et les aliments contaminés sont à l’origine de plus de 200 maladies dont les endémies de fièvre de typhoïde ou les épidémies de diarrhée avec des pertes permanentes de facultés physiques et intellectuelles. Ce qui entretient un cycle sans fin de malnutrition.

Rachel DABIRE

Commentaires

Numéro d'édition: 262