Monthly Archives: février 2018

Calendrier fiscal 2018: les échéances de paiement

Les prévisions de recettes pour l’année 2018 de la Direction générale des impôts sont de 918 milliards de FCFA. Comment la structure du directeur général, Adama Badolo, compte-t-elle mobiliser cette somme ? Un accent particulier sera mis sur le rendement des impôts, la maitrise et l’élargissement de l’assiette fiscale, la lutte contre la fraude, etc. La DGI compte aussi sur le ...

Lire la suite »

Journalisme d’investigation : Une formation de la CEDEAO à Dakar

  «Investigation et Journalisme économique par les médias de la CEDEAO», c’est le thème de la formation qui s’est tenue à Dakar du 29 au 31 janvier 2018. Organisée par l’ambassade des Etats-Unis en collaboration avec le Bureau américain international pour la recherche et les échanges (IREX) et le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal ...

Lire la suite »

Remaniement: qui sont les nouveaux membres?

Le remaniement annoncé depuis plusieurs semaines est enfin arrivé. Paul Kaba Thiéba, dont certaines sources pronostiquaient le départ, tient toujours le gouvernail. C’est la preuve que le président est satisfait de son travail ou qu’il est dans la bonne direction. Son équipe est composée de 33 membres. Simon Compaoré, un des poids lourds du parti au pouvoir, quitte le département de ...

Lire la suite »

Perspectives 2018: rebond de la croissance sur le continent

  Dans son édition 2018 des Perspectives économiques africaines (PEA) publiées le 24 janvier dernier, la Banque africaine de développement (BAD) a confirmé la résilience des économies africaines. Pour l’institution africaine, la crise est derrière. Désormais, le continent va connaitre une vague de rebond de sa croissance. De plus, les indicateurs macro-économiques vont s’améliorer. Les prochaines années s’annoncent donc sous ...

Lire la suite »

Taxe d’autofinancement de l’UA Les adhésions continuent lentement • En vigueur dans une vingtaine de pays en 2018 • Le nombre a doublé depuis juillet 2017 • Mais les réticences persistent chez certains Etats Une taxe de 0,2% sur certains produits d’importation non africains dans les 55 Etats membres de l’Union africaine (UA). C’est la décision qui a été adoptée en juillet 2016 au Rwanda lors du 27e sommet de l’UA. Cette taxe est destinée à l’autofinancement de l’organisation dont le budget reste encore largement tributaire (73%) de l’aide extérieure. «Toute une aberration et une source d’affaiblissement de la souveraineté de l’UA» reconnues par les Etats membres. La taxe UA vise notamment des «importations éligibles», qui ne sont pas soumises aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le projet de la taxe est porté par le président rwandais Paul Kagamé, qui vient de prendre les rênes de l’UA à l’issue de son 30e sommet tenu du 28 au 29 janvier 2018 à Addis-Abeba. C’est précisément le travail d’un comité intégrant, entre autres, l’ancien président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, qui avait abouti à cette idée à travers un programme visant à améliorer les finances de l’organisation. Mais, malgré la pertinence du projet et son adoption presqu’à l’unanimité, sa mise en œuvre effective reste encore confrontée à des lenteurs, des interrogations et des réticences. Faisant le point lors du 30e sommet sur l’application de la taxe par les Etats membres, le président sortant de l’UA, le Guinéen Alpha Condé, a révélé une vingtaine de pays où elle est déjà opérationnelle. «A ce jour, plus d’une vingtaine d’Etats…Ce qui constitue un motif de satisfaction et d’espoir. Par ailleurs, une dizaine a commencé à s’engager dans le processus», a indiqué le président guinéen. Tout en félicitant ces pays, il a invité les autres «à travailler avec le comité des ministres de l’Economie et des Finances pour aplanir les divergences relatives à la mise en œuvre du prélèvement». Parmi les pays où la taxe UA est déjà en vigueur, il y a la Côte d’Ivoire. Depuis le 1er juillet 2017, le gouvernement ivoirien a décidé de l’appliquer. Le président du Faso, Roch Kaboré, s’était montré entièrement favorable au principe dès son adoption lors du 27e sommet de l’UA auquel il avait participé à Kigali. Mais à ce jour, l’on ne sait pas si le Burkina l’applique sur ses importations. Mais le Burkina, tout comme les autres pays de l’UEMOA, ne devrait pas éprouver des difficultés à intégrer cette mesure. Au sein de l’UEMOA, l’on a déjà une expérience concernant une telle démarche. Une partie du financement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine provient d’une taxe de 1 % (PCS : Prélèvement communautaire de solidarité sur les importations ; prélevée et versée par chacun des 8 pays de l’Union). Quant aux pays qui expriment de sérieuses réserves vis-à-vis de cette taxe, il y a notamment l’Egypte et l’Afrique du Sud dont l’économie est plus tournée vers l’extérieur, notamment vers le commerce international. Mais concernant leurs cas, l’UA envisage des mesures spécifiques. On peut noter que malgré la lenteur à intégrer cette taxe UA, le nombre de pays a quand même connu une évolution significative entre le 29e Sommet de juillet 2017 et le 30e en ce début d’année 2018. A l’occasion du 29e sommet de l’organisation, le décompte faisait cas d’une dizaine de pays déjà prêts, y compris la Côte d’Ivoire. Avec la vingtaine révélée fin janvier à Addis-Abeba, c’est donc le double qui a été obtenu. C’est une progression, certes lente, mais positive. Ce qui laisse les dirigeants et certains observateurs confiants. Les ressources prévues dans le cadre de la taxe UA permettront de couvrir les frais de fonctionnement, le budget-programme et toutes les actions de maintien de la paix. A ce jour, ce sont des donateurs extérieurs composés notamment de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Chine et de la Banque mondiale qui contribuent pour l’essentiel au financement des activités de l’organisation. A titre d’exemple, sur les 781 millions de Dollars du budget 2016-2017 de l’UA, il était financé à 212 millions de Dollars par les Etats membres contre 569 millions de Dollars provenant de l’extérieur. o Karim GADIAGA Un véritable salut pour l’UA Avec 500 milliards de Dollars de recettes fiscales possibles, une véritable richesse, le Président nigérien Mohamadou Issoufou déclarait lors du sommet de Kigali en juillet 2016 qu’il est inacceptable que les financements de l’UA proviennent de l’extérieur. La taxe est donc tout à fait réalisable et assurera une indépendance financière à l’organisation. Un autre problème qu’elle devrait résoudre est celui des inégalités actuelles entre les Etats au niveau du financement de l’organisation. Les 15% du financement sont le fait des pays comme l’Egypte, l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Nigeria. Les autres Etats présentent généralement des arriérés de cotisations. Ce nouveau système de financement par la taxation est donc jugé plus équilibré.o

  Une taxe de 0,2% sur certains produits d’importation non africains dans les 55 Etats membres de l’Union africaine (UA). C’est la décision qui a été adoptée en juillet 2016 au Rwanda lors du 27e sommet de l’UA. Cette taxe est destinée à l’autofinancement de l’organisation dont le budget reste encore largement tributaire (73%) de l’aide extérieure. «Toute une aberration ...

Lire la suite »

Code de la publicité : Une vingtaine d’interdictions et de restrictions

  C’est en principe à partir du 12 juin 2018 que le nouveau Code de la publicité et son décret d’application entrent en vigueur au Burkina. En termes d’innovations, la nouvelle réglementation apporte des clarifications et des spécialisations au niveau du métier de publicitaire. Par ailleurs, les droits des citoyens sur lesquels l’ancien Code de 2001 insistait déjà sont repris ...

Lire la suite »

De Bonnes Sources

• Lutte contre le SIDA : une subvention de 85 milliards de F CFA Le Burkina Faso va bénéficier d’une subvention de 85 milliards de F CFA du Fonds mondial pour lutter contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose, pour la période 2018-2020. Dans cette enveloppe commune, la lutte contre le paludisme prendra la plus grosse part avec plus de ...

Lire la suite »

Air Burkina : 4 constructeurs présentent des offres d’avions

  Air Burkina serait à la recherche d’une nouvelle forme d’actionnariat afin de continuer ses activités. En attendant, le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière est en prospection pour l’acquisition d’autres avions afin de renforcer sa flotte actuelle, qui compte 2 avions de marque Embraer 170, et d’élargir son réseau. C’est dans ce cadre ...

Lire la suite »

Afrique : Fabriquer des leaders nouveaux et légitimes – Par Driss Guerraoui

La question du leadership en Afrique  est au cœur  des préoccupations  de l’Afrique. On s’interroge sur  la capacité de chaque pays à produire des leaders en mesure de conduire la métamorphose qu’il faut à leurs économies et leurs sociétés: problématique  cruciale puisqu’elle conditionne  la capacité de ces Etats à relever les défis majeurs de l’Afrique (voir encadré). La problématique du ...

Lire la suite »