Economie

Commerce extérieur : L’Europe, 1er marché d’exportation du Burkina

 

En matière de commerce extérieur, l’Europe est de loin le principal marché du Burkina dans le domaine des biens. C’est une confirmation contenue dans les comptes extérieurs du Burkina en 2014. Établis par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), les comptes extérieurs sont des données sur les échanges d’un pays avec le reste du monde.
Ils permettent de mesurer les performances économiques de ce pays. Rendus publics au plutôt à l’année + 1, les comptes extérieurs du Burkina sur l’année 2014 ont été récemment diffusés lors d’une journée spéciale le 31 mars 2016 à Ouagadougou. En 2014, le premier produit d’exportation du Burkina a été de loin «l’or non monétaire». L’or a représenté jusqu’à 58,7% du total de la valeur des exportations. Il est suivi du «coton en masse» qui a occupé une part de 17,4% dans les exportations. Les autres principaux produits commerciaux ayant franchi les frontières du Burkina sont les «graines de sésame», 4,9% du total, le zinc (3,2%) et des noix de cajou (1,6%). Jusqu’à 60, 8% de ces produits d’exportation du Burkina ont eu pour destination l’Europe. Ce qui confère à l’Europe la place de première zone d’exportation du Burkina. Dans ce classement, l’Asie arrive en deuxième position en recevant 17% des produits partis du Burkina.
L’Afrique ne tient que la troisième place, tout juste après l’Asie, en accueillant 16,2% du «Venu du Burkina Faso». En direction des pays africains, le Burkina vend essentiellement ses produits dans la zone UEMOA. En 2014, les exportations intra-UEMOA ont représenté 6,5 % des exportations totales du Burkina.
Les premiers clients dans cette zone sont respectivement le Mali (2,6% des parts), le Niger (1,3%) et la Côte d’Ivoire (1,2%). Si pour la Côte d’Ivoire on comprend aisément que les exportations du Burkina concernent essentiellement des céréales et des animaux vivants, la surprise vient cependant du fait que le Burkina a aussi été curieusement un pays exportateur d’hydrocarbures. Sans doute en direction du Mali et du Niger. La curiosité vient du fait que le Burkina ne produit pas de pétrole.

Karim GADIAGA


La Côte d’Ivoire, en tête dans les importations

Dans le sens des importations, les produits achetés par le Burkina n’ont pas varié en 2014. Il s’agit notamment des produits pétroliers qui représentent 29,4% du total des produits d’importation du Burkina. Les produits pétroliers sont suivis par les biens d’équipement (20,3%), les matières premières (15,7%), les produits alimentaires (11,1%) et les produits chimiques (10%).
Le Burkina se ravitaille principalement dans les pays d’Afrique à hauteur de 44,4%, selon les comptes extérieurs 2014 établis par la BCEAO. L’Afrique est suivie par les pays d’Europe qui obtiennent 33,3% des parts de marché du Burkina. L’Asie arrive en 3e position avec 15,3%.
Les importations en provenance de l’UEMOA ont représenté 37,9% du total. La Côte d’Ivoire, à elle seule, a fourni la moitié des importations originaires de l’Union, soit 53,6%.
Ce sont essentiellement produits alimentaires que le Burkina importe depuis la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire se présente comme le premier marché du Burkina en termes d’importations. Elle est suivie, dans ce classement, par un autre pays de l’UEMOA, le Togo, avec une part de 15, 6%.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page