Hamado Ouédraogo, directeur général de l’ONEA (Ph:YS)

Eau et assainissement pour tous : L’ONEA met les bouchées doubles

• 88% d’accès à l’eau potable en 2014

• 104 milliards de F CFA pour doubler la production

• De nouveaux modes de paiement en vue

L’ONEA assure la responsabilité de la gestion du secteur de l’Approvisionnement en eau potable et assainissement (AEPA) en collaboration avec les communes, à travers le développement de conventions de partenariat et de contrats d’affermage, en vue de rapprocher les services des populations. C’est l’assurance donnée par le comité de supervision des activités de la Nationale des eaux lors d’une conférence de presse tenue le 24 juin dernier à Ouagadougou.

En effet, l’accès à l’eau potable est de 88% en milieu urbain et de 32% pour ce qui est de l’assainissement, pour l’année écoulée. Mais au regard de la démographie galopante, certaines villes dont Ouagadougou et ses environs connaissent un déficit pendant les périodes chaudes (de février à juin).
Pour venir donc à bout de cette situation, l’Onea entreprend des actions pour renforcer ses systèmes déjà existants et en créer de nouveaux. Il s’agit notamment du démarrage de la phase 2 du projet Ziga. «La mise en œuvre de ce projet permettra de résoudre le problème d’eau potable pour la ville de Ouagadougou à l’horizon 2030», justifie le directeur général de l’ONEA, Hamado Ouédraogo.
Ledit projet devra coûter la somme de 104 milliards de FCFA. Pour la mobilisation des fonds, Hamado Ouédraogo rassure: «Nous avons déjà le budget à travers la signature de six conventions de financement dont les quatre dernières ont été signées en janvier et février derniers». Les premiers travaux ont débuté au mois de mai. A terme, ce projet devra doubler la capacité de production et étendre le réseau de l’ONEA.
En attendant la mise en œuvre du projet, des mesures immédiates sont en cours pour réduire le déficit. Au nombre de ces mesures, il est prévu la réalisation d’une centaine de forages qui seront raccordés au réseau de desserte. L’ONEA a par ailleurs inscrit au budget 2015 la construction de barrages pour résoudre le problème d’eau dans les villes de Pouytenga, Koupèla et Boulsa, fortement touchées par les pénuries d’eau potable.
Ces différentes mesures s’inscrivent dans la vision du plan stratégique 2011-2015 de l’ONEA qui est «Etre en 2015 une entreprise de référence dans le secteur de l’approvisionnement en eau potable et assainissement en Afrique, engagée dans l’innovation au service du client»,
A cet effet, c’est une série d’innovations qui a été dévoilée par le directeur chargé de la clientèle de l’ONEA, Adama Saouadogo. Des actions relatives à la mise en place d’un centre d’appel à vocation nationale qui recevra tous les appels des clients où qu’ils se trouvent sur le territoire national. «Grâce à la télé-relève, tous les dysfonctionnements survenus sur les réseaux sont automatiquement communiqués à un serveur central».
L’ONEA veut en outre procéder à l’installation de compteurs radio-fréquences et à de nouveaux modes de paiement des factures. Toujours au nombre des innovations, figurent la télé et radio-relève des index et la relève des index par terminaux portables. La télé et radio-index permettent de relever les index de tous les compteurs dans un rayon de 300 mètres. «L’ensemble de ces innovations vise à fiabiliser le système de facturation. On n’a plus besoin d’avoir accès au compteur physiquement pour relever la consommation d’eau», insiste le DG.
L’ONEA envisage par ailleurs la mise en place d’autres modes de paiement, notamment la bancarisation et la collaboration avec d’autres entreprises telles que la SONABEL pour des facilités de règlement des factures des clients communs. Ainsi, la structure veut répondre aux exigences de qualité de ses services.
En effet, l’ONEA est une société d’Etat certifiée à la norme ISO 9001 version 2008. Elle forme une communauté de plus de 950 personnes qui travaillent ensemble à la création et à l’exploitation d’infrastructures d’eau potable et d’évacuation, ainsi que d’épuration des eaux usées et excreta dans les centres urbains.
CD

Tab ass

Commentaires
Numéro d'édition: 116

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.