• Sociétés d’Etat : les bonnes nouvelles de la Sonapost
Dans cette atmosphère de ralentissement économique, il y a des entreprises qui arrivent à tirer leur épingle du jeu. Sont de celles-là la Société nationale des postes. Elle affiche un résultat net bénéficiaire de 2,735 milliards de FCFA pour l’exercice 2014, soit une progression de 15% par rapport l’exercice précédent. Ce résultat reste à être validé ou corrigé par l’assemblée générale des sociétés d’Etat. Les postiers, sous la conduite de Salam Sanfo, résistent bien aux changements structurels dans le secteur malgré l’ouverture du courrier à la concurrence et l’explosion des nouveaux moyens de paiement.

• Commerce: ils dealaient le coton du Faso
Un trafic de balles de coton a été démantelé par les forces de police du Bénin. Elles ont réussi à mettre la main sur un réseau de fraudeurs qui tentaient d’exporter 29 tonnes de coton fibre. L’information est rapportée par la nouvelle tribune.info reprise par Ecodafrik. Cette information est confirmée par notre source à la Sofitex qui explique que le trafic est contenu. Le cerveau serait un agent du transitaire de la société cotonnière et le receleur un Indien. Des chauffeurs impliqués dans ce trafic ont été aussi arrêtés.

Sitarail: 14 millions d’euros de chiffre d’affaires au premier trimestre 2015
La Compagnie du Cambodge détient directement 55,55 % de la Financière du Loch et de la Compagnie de Pleuven, qui gèrent un portefeuille de participation, notamment au sein de Sitarail (64,2%). La société qui exploite la ligne de chemin de fer reliant la Côte d’Ivoire au Burkina Faso maintient un bon niveau d’activités. Après le tassement de l’activité au quatrième trimestre 2014, en raison de la crise au Burkina Faso, l’activité est en légère reprise. Le chiffre d’affaires de Sitarail s’élève à 14 millions d’euros, contre 13,8 millions d’euros au premier trimestre 2014. Sans pouvoir préjuger de la suite de l’année, les principaux indicateurs industriels et financiers de Compagnie du Cambodge à la fin du premier trimestre 2015 restent satisfaisants.

• Bientôt, un annuaire des chercheurs du Faso
Dans le souci de faciliter le contact entre les journalistes et les chercheurs, le réseau des communicateurs sur la biotechnologie envisage d’élaborer un annuaire qui dressera le répertoire des scientifiques. Il regroupera notamment les noms, les profils et les adresses des principaux chercheurs qui évoluent dans le domaine des biotechnologies agricoles et sera mis à la disposition des professionnels des médias en vue de leur permettre d’avoir un bon carnet d’adresses en la matière.

• Banque de l’Habitat : le Dg et le gestionnaire des crédits entendus à la gendarmerie
La gendarmerie nationale a interpellé 6 personnes de la Banque de l’Habitat le 6 mai dernier, dont le Dg, dans le cadre d’une enquête sur des malversations présumées. Le 8 mai, seuls le Dg et le responsable des crédits de l’institution étaient toujours dans les locaux des pandores dans le cadre des auditions. Le président du Conseil d’administration de la banque a fait publier un communiqué sur cet événement pour «rassurer les partenaires, les usagers et les clients de la banque que cette situation n’est aucunement liée à la santé financière de l’établissement». Ces interpellations entrent, selon le Pca, dans le cadre «d’enquêtes en cours menées par les autorités compétentes».
• Situation de la méningite au Burkina Faso
De janvier à fin avril 2015, l’ensemble des districts sanitaires a notifié 1.696 cas suspects de méningite dont 182 décès. L’analyse des données selon le taux d’attaque montre qu’un seul district a franchi le seuil d’alerte en 2015, selon le ministère de la Santé qui a annoncé ces chiffres. Il s’agit du district sanitaire de Karangasso-Vigué, du 23 février au 1er mars 2015, avec un taux d’attaque de 6 cas pour 100.000 habitants. Il est à noter qu’aucun district n’a franchi le seuil épidémique en 2015.

Commentaires
Numéro d'édition: 109

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.