Ressources Humaines et compétences : Portrait

Daouda Traoré, ministre des Infrastructures : Redonner confiance au personnel
Daouda Traoré, c’est le nom du nouveau ministre des Infrastructures, du désenclavement et des transports nommé par décret le 20 janvier dernier. Cet ingénieur des travaux public, 1re classe, 7e échelon, a assumé avant cette nomination les fonctions de directeur de la construction et de la reconstruction à la Direction générale des routes (Dgr) depuis sa nomination le 27 octobre 2010 en Conseil des ministres, puis de directeur général des routes. M. Traoré remplace ainsi Moumouni Diéguimdé, dont la nomination à la tête du ministère a été contestée par une partie du personnel et dont une bonne partie de l’opinion réclamait le départ. Ce dernier a fini par déposer sa démission qui a été acceptée par le Premier ministre.
C’est dire que le premier des objectifs du ministre Traoré sera de gagner la confiance du personnel du ministère et de remettre tout ce beau monde au travail. Ensuite, celui-ci devra se pencher sur les grandes questions relatives à son secteur d’activités. Les grands chantiers en mal de construction : la route Kongoussi/Djibo, par exemple. D’autres projets routiers sont en cours au niveau du ministère des Infrastructures. Il s’agit, entre autres, du projet d’élargissement et de renforcement de la rocade sud-est du boulevard des Tansoba, du projet de construction de l’échangeur du Nord, de la voie de délestage de Tampouy et du projet d’élargissement et de renforcement de la voie entre l’échangeur de l’Est et l’hôpital Yalgado Ouédraogo.

Elie Justin Ouédraogo, président de la Chambre des mines

Elie-ouedraogoLe 17 octobre, l’une des sociétés de Elie Justin Ouédraogo, -Windiga S.A-, avec le projet Zina solaire, a signé un contrat de vente d’électricité avec la Sonabel. Coût du marché : 24 milliards de F CFA avec une durée d’exécution de 18 mois. Le nom de Elie Ouédraogo est extrêmement connu dans le secteur minier. Il est membre de l’Institut canadien des mines (Cmi/Icm), président du Groupement professionnel des miniers du Burkina (Gmpb) et membre fondateur et co-président de l’Union des Chambres des mines de l’Uemoa. Il a également été administrateur de l’Institut de formation et de recherche démographique au Cameroun.
En 2011, il a fondé et a été élu président de la Chambre des mines du Burkina Faso. Pca et directeur national de Semafo, M. Ouédraogo occupe le poste de directeur général de l’énergie chez Windiga Burkina Faso SA et président du conseil d’administration de Zina S.A.
Elie Justin Ouédraogo a été intronisé chef coutumier le 27 août 2011 sous le nom de Sa Majesté Naaba Baoogo de Gourcy. Il a bénéficié des décorations suivantes : Commandeur de l’ordre national, Officier de l’ordre national et Chevalier de l’ordre du mérite de l’industrie et du commerce. De 1983 à 1995, il a travaillé à la Société de recherche et d’exploitation minière du Burkina Faso (Soremib) qui exploite la mine d’or de Poura. De juin 1995 à novembre 2000, il a été ministre de l’Energie et des mines, puis de septembre 2001 à juillet 2005, directeur exécutif du nouveau Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (Capes). De 2005 à 2007, il a été administrateur de l’Institut régional de formation et de recherche démographiques (Iford). o

Commentaires
Numéro d'édition: 94

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.