Les 90 membres du Cnt sont soumis à une session unique de 10 mois. (Ph.: Malagmam KONé)

Conseil national de transition : Le code électoral en urgence

• Libérer au plus vite la classe politique

• Autoriser les candidatures indépendantes

Chérif Sy, président du Cnt : «L’arbitrage du Cnt se fera sans complaisance». (Ph.: Malagmam KONé)

Chérif Sy, président du Cnt : «L’arbitrage du Cnt se fera sans complaisance».  (Ph.: Malagmam KONé)

 

Ce matin (lundi 29 décembre 2014 ndlr), les membres du Cnt attaquent l’examen du budget de la transition et si l’on s’en tient aux propos tenus par le président du Cnt, Chérif Sy, ce sera un examen sans complaisance.

Le Conseil national de transition (Cnt) a ouvert sa session unique de 10 mois le 22 décembre 2014, avec en ligne de mire l’examen du projet de budget de l’Etat, gestion 2015. Outre cette préoccupation centrale, les 90 membres du Cnt vont également aborder des questions brulantes : l’examen du code électoral et celui qui a trait aux candidatures indépendantes.
Le président du Cnt a prévenu dès l’ouverture des travaux de la session unique, en ce qui concerne l’examen du projet de budget de l’Etat, gestion 2015 : «L’arbitrage du Cnt se fera sans complaisance, en nous mettant , au nom du devoir républicain, au-dessus des intérêts partisans et en tenant compte des attentes des populations et des impératifs de développement». Et d’ajouter: «Seul le principe de l’intérêt général va guider notre action». A écouter le président Sy, le Cnt devra aller au-delà de l’enregistrement des lois : «Les parlementaires ne doivent pas seulement voter la loi. Il leur revient de veiller à son effectivité et à son efficacité».

Le président de la Chambre des représentants  du royaume du Maroc, Rachid Talbi Alami,  était présent à l’ouverture de la session. (Ph.: Malagmam KONé)

Le président de la Chambre des représentants du royaume du Maroc, Rachid Talbi Alami, était présent à l’ouverture de la session. (Ph.: Malagmam KONé)

S’il est vrai que les 90 parlementaires de la transition vont s’attaquer à ce volet budget de l’Etat, il y a aussi qu’ils seront amenés à examiner le code électoral. Le président du Cnt place ce point en urgence, car son examen permettra de «libérer la classe politique et la Ceni d’ici à fin janvier 2015». A ce propos, il est à noter qu’en dehors du point qui stipulait qu’en cas de difficultés de la Ceni, le ministère de l’Administration territoriale pouvait organiser les élections, les autres points, selon les premiers responsables du Cnt, avaient reçu l’assentiment de la classe politique.
Vraisemblablement, ce passage qui autorisait le Matds à organiser les élections en cas de difficultés de la Ceni sera «gommé». C’est un code qui sera amélioré avant que les parlementaires ne se penchent sur la question des candidatures indépendantes. Un sujet qui ne va pas être du goût des partis politiques. Pourtant, ils sont nombreux à attendre cette possibilité des candidatures indépendantes. «Il faut prendre en compte ces candidatures indépendantes!» s’exclame un parlementaire de la transition. On imagine déjà l’intensité des débats autour de la question.
Cette session qui va durer 10 mois reprend ce lundi même à 10h. Ce sera des séances ouvertes. Toute chose qui va permettre au Cnt de contourner certaines procédures qu’il fallait suivre et qui exigeaient que chaque dossier ouvert constitue une séance.
A l’ouverture de cette session unique, on notait la présence du président de l’Assemblée populaire de la république d’Algérie, Mohamed Larbi Ould Khélifa, et du président de la Chambre des représentants du royaume du Maroc, Rachid Talbi Alami.
Alexandre Le Grand ROUAMBA

Commentaires
Numéro d'édition: 90

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.