Pénurie de carpes: la situation se détend

• Le plus gros importateur annonce une détente dans l’approvisionnement

• Mais la tension sur les prix demeure

• Explications

Harouna Dia rassure à propos de la fin de la tension sur l’approvisionnement. Il précise cependant que la flambée des coûts de transport et la rareté de la ressource ont des conséquences sur les prix que les importateurs essaient pour le moment de contenir.

Depuis plusieurs semaines, dans les ménages, les restaurants et au niveau des vendeurs de poisson braisé, la carpe se fait rare et quand on en trouve sur le marché, les prix  sont en légère hausse, entre 250 et 500 FCFA selon les lieux d’achat. On parle de plus en plus de pénurie  dans certains cercles.  Cette augmentation des prix  est  confirmée par des restauratrices. Mais c’est la rareté du poisson qui a  conduit certaines d’entre elles à  retourner à l’espèce chinchards ou encore à cette nouvelle espèce appelée « Sargo » dont le goût se rapprocherait de celui de la carpe, en attendant le retour à la normale. Effectivement, les prix du carton de carpe connaissent une hausse de 2000 FCFA, s’établissant à 26 000 FCFA. Avec le retour à la normale, ces prix vont-ils l’être également ? Pas si sûr.

D’après les informations fournies par le plus gros importateur de la place, Hard Sarl,  le retour à la normale est annoncé pour ce mois de juin. Son responsable, Harouna Dia,   explique que  deux facteurs expliquent  cette situation passagère. Du fait de la Covid, toute la chaîne d’approvisionnement  s’est désorganisée : « Seule la Chine travaille actuellement pour le monde entier, ainsi, tous les acheteurs s’y sont retrouvés avec des milliers de conteneurs à charger à la queue leu-leu ». Ce bouchon a donc ralenti  l’approvisionnement des marchés importateurs et créé une surenchère au niveau des prix des transports et aussi du produit, pire, explique-t-il ,  les conteneurs frais (frigorifiques) étaient devenus rares du fait d’une forte demande sur les conteneurs secs. Le deuxième facteur est la disponibilité de la ressource carpe.  La ressource se raréfie alors que la demande en filet de carpe croît dans les pays européens.

D’après le responsable de la société Hard SARL, la carpe représente entre  10 à 15% du poisson consommé au niveau national.

Le pays ne produit pour l’instant qu’entre 20.000 et 30 OOO tonnes par an sur une consommation annuelle estimée pour 2020 à  15O 000 tonnes par « Investir au Burkina ».   Toujours selon les chiffres publiés par www.investiauburkina.net, la consommation nationale est en nette croissance. Elle est passée de 25.800 tonnes en 2013 à 126.700 tonnes en 2017, soit une augmentation de plus de 79,64%.

FW

Commentaires
Numéro d'édition: 394

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.