Que sortira-t-il de ce «dialogue des braves» entre Assimi Koanda et Zéphirin Diabré ? (DR)

Situation nationale: Blaise Compaoré prend les devants

• Le format du dialogue connu ce lundi

• Préalables indispensables selon l’Opposition

• Quid du Front républicain ?

Ce matin, l’Opposition et la Majorité vont se retrouver pour la seconde fois afin de trouver un consensus sur la forme du dialogue politique auquel le chef de l’Etat les a invitées le 23 septembre dernier. On en est donc aux préalables en attendant l’adoption de l’ordre du jour des échanges.
Les conclusions de la rencontre de ce matin sur le format permettront d’anticiper sur le débat au fond des discussions et leur mise en œuvre.Quelles sont les propositions que la commission dédiée mettra sur la table?
Selon certaines indiscrétions, les débats sur la forme que devrait prendre le dialogue ont longuement traîné. Ce qui a sans doute amené le chef de l’Etat, qui n’a pas pris part aux échanges entre les deux parties, à les renvoyer pour qu’un terrain d’entente soit trouvé.
Majorité et Opposition sont donc parvenues à prendre rendez-vous pour ce 29 septembre 2014, une fois de plus à Kosyam. Pendant ce temps, certaines personnes ont été désignées afin de travailler avant la reprise pour faire des propositions sur la forme du dialogue.
C’est dans ce sens que le chef de file de l’Opposition a informé la presse que «cette discussion qui a eu lieu dans la salle va se poursuivre par des séances de travail confiées à certains membres des délégations et, lundi, nous nous retrouverons pour prendre connaissance de ces différents points-là, avant de rentrer vraiment dans le vif des sujets à discuter». Il insistera pour dire que «ce sont des préalables qui sont indispensables et nécessaires à éclaircir». Pour le chef de file de l’Opposition, ces préalables se déclinent en la forme et le contenu du dialogue auquel appelle le chef de l’Etat. «Un dialogue, c’est sans doute des questions qu’on discute, mais d’abord un accord sur la manière même de l’organiser.
Nous avons échangé sur la manière d’organiser le dialogue pour  nous assurer qu’il puisse aboutir au résultat escompté», a ajouté M. Diabré. L’opposition maintient sa position. Elle dit non au référendum et au sénat comme l’a rappelé Zéphirin Diabré, le 25 septembre dernier face à la presse.
A noter que le chef de l’Etat a laissé la latitude aux partis politiques de conduire eux-mêmes les discussions, d’où son retrait en cours de réunion. Les deux camps ont convenu de choisir deux co-présidents de ces échanges, à savoir Asssimi Koanda pour le compte de la Majorité et Zéphirin Diabré pour l’Opposition.
Ce deuxième round, tenu le 25 septembre, devait permettre à la Majorité et à l’Opposition de prendre connaissance des termes de référence du dialogue proposé par le chef de l’Etat, Blaise Compaoré. Contrairement à la première rencontre, la Majorité et l’Opposition étaient face-à-face. Le Front républicain, présent lors de la première rencontre de prise de contact, n’a donc pas pris part directement à cette rencontre. Le président du Faso leur a rappelé son intention, à savoir  que les deux parties dialoguent, ainsi que les objectifs recherchés.

 


Pendant ce temps, le Front républicain s’élargit à 52 membres

Le 24 septembre 2014, à la veille de la rencontre tripartite (chef de l’Etat-Majorité-Opposition), le Front républicain a donné une conférence de presse à Ouagadougou. Les deux porte-parole, Assimi Koanda et Me Hermann Yaméogo,ont d’abord souligné que le Front a enregistré de nouvelles adhésions, preuve que ce regroupement compte dans le jeu politique national. Les échanges se sont ensuite poursuivis sur le dialogue annoncé par le chef de l’Etat. Me Hermann Yaméogo a rappelé les positions du Front à savoir que, quand on accepte le dialogue, on accepte de faire des concessions. Mais il précise que le Front républicain ne va pas dans le dialogue avec des points «non négociables». Il a en outre confié que si leur regroupement est récusé dans le dialogue, «le Front républicain va apprécier».
Les partis ayant rejoint le Front républicain : le RDP de Nana Thibault, le PRDF de Sorgho Zacharie, le PARI de Richard Tondé, le RDPF de Mamadou Tamboura.

Jean de Baptiste OUEDRAOGO

Commentaires
Numéro d'édition: 77

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.