A l’issue du discours d’ouverture, un panel sur les bénéfices directs de la notation financière pour les entreprises dans l’espace UEMOA a eu lieu. Les panelistes du jour étaient Stéphane Ouédraogo, conseiller spécial du président du Faso (à gauche), le PDG de Ag Ratings, Roland Yago (au milieu), aux côtés de Pierre Claver Damiba. Le modérateur, Lionel Bilgo, est à l’extrême droite. (Ph: Yvan SAMA)

Notation financière et extra financière: AG Ratings, officiellement lancée

• Objectif , moderniser les économies et les administrations

• Cibles : Etats, collectivités, entreprises industrielles, commerciales et minières

A l’issue du discours d’ouverture, un panel sur les bénéfices directs de la notation financière pour les entreprises dans l’espace UEMOA a eu lieu. Les panelistes du jour étaient Stéphane Ouédraogo, conseiller spécial du président du Faso (à gauche), le PDG de Ag Ratings, Roland Yago (au milieu), aux côtés de Pierre Claver Damiba. Le modérateur, Lionel Bilgo, est à l’extrême droite. (Ph: Yvan SAMA)

AG Ratings, la première agence de notation financière du Burkina Faso et de notation extra financière d’Afrique francophone, a officiellement lancé ses activités le 4 mars 2021 à Ouagadougou. Une cérémonie qui a rassemblé la crème du monde des affaires et coparrainée par Pierre Claver Damiba et Justin Damo Baro, représenté. Dans son mot de bienvenu, le Président-Directeur général de AG Ratings, Roland Yago, a expliqué ses motivations quant à la création d’une telle agence de notation au Burkina Faso. « Dans son discours d’investiture, le Président Kaboré a appelé l’ensemble des Burkinabè à s’impliquer de manière effective dans l’œuvre de la construction nationale. AG Ratings se veut une réponse à l’appel pour la modernisation de nos économies et de nos administrations. Ainsi, AG Ratings aura pour vocation d’offrir des notations financières et extra financières aux Etats, aux collectivités, aux entreprises industrielles, commerciales et minières », a-t-il affirmé.

Les chantiers sur lesquels s’engage AG Ratings sont, entre autres : notation des sociétés, lancement d’un indice de performance global pour le secteur privé burkinabè, pour le secteur minier, pour le secteur de la microfinance ».

Qu’est-ce que la notation ?

Pour le coparrain de la cérémonie de lancement, Pierre Claver Damiba, « l’objet de la notation est d’assister le prêteur dans la détermination du risque qu’il accepte de prendre et de l’aider à fixer en conséquence la rémunération attendue. Ainsi, la notation contribue à apprécier la capacité de remboursement de la dette d’un émetteur de risque. Elle exerce une influence croissante sur la détermination du choix des stratégies des entreprises qui doivent abriter entre les exigences de rentabilité demandées par leurs actionnaires et le niveau de risque accepté par les prêteurs, tout en assurant leur développement à long terme ».

Pourquoi une agence de notation au Burkina Faso ?

La question a été posée à Roland Yago, lors du panel sur les bénéfices directs de la notation financière pour les entreprises dans l’espace UEMOA. Pour lui : « Nous nous sommes rendu compte que les entreprises ont besoin de transparence financière, de bonne gouvernance et de pouvoir avoir accès à des financements à taux bas et il est aussi important d’avoir une bonne qualité de signature. Avec cette note, une entité peut avoir un crédit, un financement à taux bas au niveau régional et peut lever des financements sans garantie quand elle est notée, alors que si elle n’est pas notée, on lui demandera une garantie à la hauteur des financements qu’elle souhaite lever ».

A l’issue des échanges, les invités du jour, à l’exemple du responsable pays de la Société financière internationale (SFI), Arnaud Ligan, ont insisté sur la crédibilité et l’intégrité de AG Ratings. Sur la question de l’agrément d’exercer, Roland Yago a tenu à rassurer les responsables d’entreprises et d’institutions. « Nous avons saisi le CREMPF, actuellement l’Autorité des marchés de l’UEMOA, pour leur manifester notre existence. L’autorité nous a notifié que l’on pouvait noter l’ensemble des sociétés qui ne sont pas cotées en bourse. Et pour les sociétés cotées sur le marché, nous pourrons les noter dès que nous aurons notre agrément définitif. Pour exemple, Bloomfield a été créée en 2007 et a sorti sa première notation en 2008 et a eu son agrément en 2011. Et nous avons pour objectif de l’obtenir dans un meilleur délai ». o

NK

 

Encadré

Ce qu’ils pensent de AG Ratings

Stéphane Ouédraogo, conseiller spécial du président du Faso

« Des initiatives qui font accompagner le développement de notre pays. Pour moi, le Burkina Faso est la 3e économie de l’UEMOA, pourquoi ne pas avoir une agence de ratings au Burkina ? C’est nécessaire parce qu’il faut commencer à croire en nous-mêmes et nous donner des instruments pour aller de l’avant ».

Idrissa Nassa, PCA de Coris Holding

« Cette agence de notation contribuera à renforcer le secteur financier au Burkina Faso. C’est en 2015 que Coris Bank a effectué une notation financière. Notre objectif était de se faire coter en bourse. Cela nous a permis d’avoir un positionnement régional et international et a donné une autre envergure à notre société et nous avons pu lever des financements sans avoir besoin de garantie. Pour moi, il y a beaucoup de bénéfices à se faire noter. Cela attire la confiance des investisseurs.

Au promoteur de AG Ratings, je l’invite à travailler à construire sa propre crédibilité. Je salue sa décision de se faire assister à l’international et je souhaite qu’il ne perde pas sa couleur locale. Vous bénéficierez de notre soutien et de notre accompagnement. Et nous vous ouvrirons donc nos portes pour nous faire noter par AG Ratings.

 

Encadré

Qui est Roland Yago, le PDG de AG Ratings ?

Roland Yago est titulaire d’un MBA de Boston University, d’un Master en ingénierie financière de l’IAE de Poitiers et d’un Bachelor en économie de l’Université de Coventry au Royaume-Uni.

Il a débuté sa carrière au sein du cabinet KPMG Paris en tant qu’auditeur financier au département Middle Markets puis au sein du département Financial Services Industry où il est intervenu sur des missions de commissariat aux comptes, au profit de clients tels que Total, Rothschild Private Bank, les fonds SICAV, FCP du Crédit Mutuel, de la Société Général, et du groupe bancaire suisse Lombard Odier. Recruté par Meridiam, Fonds d’investissement infrastructures, il fut chargé du suivi des investissements, et des modélisations financières au sein des concessions aéroportuaires de Madagascar. o

Commentaires
Numéro d'édition: 382

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.