Contentieux électoral

Après 21 jours de campagne électorale, le verdict sorti des urnes le 22 novembre 2020 donne provisoirement vainqueur le candidat Roch Marc Christian Kaboré.
Après les résultats provisoires de la CENI, il faut attendre le Conseil constitutionnel, seul habilité à donner les résultats définitifs, après l’examen des différents recours. Ces recours sont attendus. Ils devraient matérialiser toutes les récriminations faites par l’opposition sur les conditions d’organisation du scrutin.
Les versions servies par les observateurs font, certes, état de dysfonctionnements mais pas au point d’entacher de façon significative la régularité et la crédibilité du scrutin.
Il est vrai que les observateurs n’ont pas toujours eu bonne presse sous nos tropiques, mais il appartient à ceux qui accusent d’apporter les preuves pour étayer leurs accusations. Ils sont très attendus sur le terrain du contentieux électoral pour permettre à l’opinion de se faire définitivement une idée précise de ce qui a été dénoncé et qui a semé le doute dans tant d’esprits, notamment, avec cette notion de « fraudes massives».
Les grands juges attendent les recours (et il faut espérer pour l’opposition qu’il y en ait) et vont les examiner à l’aune de la loi électorale avant de trancher définitivement.
Par Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 369

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.