De Bonnes Sources

• Les Awards de la BRVM : rendez-vous le 8 février 2020
La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) organise le 8 février 2020 à Abidjan (Côte d’ivoire), les BRVM Awards. L’initiative vise à récompenser les acteurs du marché les plus méritants, à savoir les sociétés cotées à la BRVM, les émetteurs d’obligations et les intervenants commerciaux (Sociétés de gestion et d’intermédiation) et les sociétés de gestion des Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM).
Au total, sept titres annoncés : le «Grand prix du jury», le «Prix de la meilleure société cotée» et le « Prix du meilleur émetteur d’obligations». L’évènement récompensera également le «Meilleur investisseur institutionnel», la «Meilleure SGI», le «Meilleur OPCVM» et le «Meilleur PME». Le Burkina Faso a toutes ses chances dans ces cérémonies de récompense, avec ses 3 sociétés cotées et ses 2 SGI.

• BCB : l’opération de cession de 40% pas encore bouclée
Le gouvernement avait lancé, l’année dernière, un appel d’offres pour la cession de 40% du capital de BCB. L’Economiste du Faso avait fait écho de cette opération en son temps. Parmi les soumissionnaires, il y avait, entre autres, Coris Bank International d’Idrissa Nassa et Vista Bank de Simon Tiemtoré du Groupe Lilium Capital.
Ce dernier, apprend-on de notre confrère Financial Afrik, aurait été finalement retenu. Mais l’opération tarde à se dénouer, faute de fonds, explique notre confrère. Les 40 % que le gouvernement souhaitait céder s’élèvent à environ 7 milliards FCFA.

• Tambao : le Burkina a du mal à recouvrer les 560 millions FCFA auprès de Franck Timis
La sentence dans l’affaire Tambao a été rendue par le tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale de Paris en février 2018. Le tribunal avait donné raison au Burkina Faso qui avait procédé au retrait du permis de Tambao. Il a, par ailleurs, condamné les sociétés Pan African Burkina Limited, Pan African Minerals Burkina et Pan African Tambao SA au titre des frais exposés à payer à l’Etat burkinabè la somme de 560 millions FCFA. Ce sont ces 03 sociétés appartenant à l’homme d’affaires Franck Timis qui avaient astreint le Burkina devant le tribunal arbitral. Selon nos informations, le Burkina éprouve des difficultés pour le recouvrement de ces montants.
La raison est simple, les 03 sociétés ne disposent d’aucun bien saisissable appartenant à ces sociétés. Le Burkina se réjouit déjà de disposer du permis de la mine de Tambao, qui regorge un des plus grands gisements de manganèse au monde.

• Dette irrégulière : 26,628 milliards FCFA en attente d’apurement
Pendant l’examen du budget 2020 à l’Assemblée nationale, les députés ont demandé au gouvernement le montant global de la dette irrégulière et les mesures envisagées pour son apurement. Cette préoccupation des députés fait suite aux déclarations de certains ministères qui ont évoqué, lors des auditions, des arriérés de paiement de cette dette qualifiée d’irrégulière. Le gouvernement a rappelé qu’en 2018, un contrôle avait permis de recenser des impayés antérieurs décomposés en dette régulière, dette irrégulière et dette inacceptable par défaut de contrat. Si le processus de prise en charge est en cours pour la dette régulière, le traitement de la dette irrégulière d’un montant exact de 26,628 milliards FCFA et relatif à 1.538 dossiers devrait intervenir après l’apurement de la dette régulière.
Les irrégularités tiennent, d’une part, du non-respect des procédures des dépenses publiques, et d’autre part, de l’absence de pièces justificatives permettant leur prise en charge. Des réflexions sont en cours et pourraient aboutir à une prise en charge à titre exceptionnelle des dossiers pour lesquels il existe des preuves que l’Etat a bénéficié des prestations ou du service.

• BMCE Bank deviendra bientôt BOA
BMCE Bank s’appellera Bank of Africa (BOA) à partir du 5 mars prochain. Le Groupe bancaire marocain tiendra à cette date, son assemblée générale extraordinaire pour acter le changement de dénomination sociale et la modification corrélative de l’article 2 de statuts de la banque. (leconomiste.com).

Commentaires
Numéro d'édition: 330

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.