Soutien à la coexistence pacifique entre réfugiés et communautés d’accueil: le HCR fait le bilan de son projet

• 2.631 personnes réfugiées et de la communauté d’accueil, touchées par l’autonomisation

• Accès à l’éducation pour 2.137 enfants

• La situation sécuritaire ralentit la mise en œuvre de certaines activités

L’instabilité de la situation sécuritaire dans les régions du Nord et Centre du Mali prolonge l’exil des réfugiés maliens au Burkina Faso. Afin de faciliter leur insertion dans les communautés d’accueil, l’UNHCR, avec le soutien généreux de l’Union européenne, a initié un projet visant à créer des opportunités socio-économiques pour ces populations déplacées d’une part, mais aussi pour leurs communautés d’accueils, d’autre part. Un projet régional qui couvre le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Niger. A ce jour, le Burkina Faso accueille 24,650 réfugiés maliens sur son territoire, dont 98% est basé dans un des deux camps dans le Sahel ou dans des sites spontanés.
«Renforcement de la résilience des populations déplacées par l’instabilité au Nord du Mali et soutien à la coexistence pacifique entre communautés». C’est le nom dudit projet lancé en juillet 2017, financé par le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Union européenne et mis en œuvre par le HCR et ses partenaires. Le 15 février 2019 a eu lieu la première réunion du comité de suivi du projet. Il s’est agi de présenter le bilan de la première année de mise en œuvre du projet.
Il ressort de cette réunion qu’au 31 août 2018, lors de la première année de mise en œuvre, dans le cadre du projet, l’UNHCR a pu:
Fournir un appui dans le secteur pastoral et agricole à 2.171 réfugiés maliens et membres des communautés d’accueil. Dans le cadre du renforcement des capacités de résilience, 2.631 personnes ont été touchées par l’autonomisation. 37 réfugiés ont été formés par les structures étatiques en coupe-couture, mécanique moto, saponification, tissage, électronique et boulangerie.
Offrir un abri à 100% des ménages réfugiés maliens dans les camps de Goudoubo et de Mentao. Le HCR continue d’encourager la transformation progressive des abris dans les camps du Sahel en abris plus durables, notamment en faisant la promotion des abris en banco (briques en terre non cuite) dans lesquels vivent également les communautés hôtes et qui résistent mieux aux conditions climatiques de la zone. Donner l’accès à l’éducation aux 1.950 enfants réfugiés et 187 enfants issus de la population hôte, dont 45% de filles, dans les deux camps. Fournir de l’eau potable à l’ensemble des deux communautés dans les deux camps. Les ouvrages hydrauliques existants dans les deux camps ont été entretenus et réhabilités de façon régulière par les communautés.Construire et équiper le poste de santé du camp de Goudoubo selon les normes nationales requises pour un centre de santé et de promotion sociale (CSPS). Cette démarche constitue une première étape dans le processus de reprise effective des centres de santé des camps par le ministère de la Santé. Assister 325 ménages réfugiés maliens de 1.269 individus dans le cadre de leur rapatriement volontaire.
Perspectives futures
Monsieur Nezien, Secrétaire permanent de la Commission nationale pour les r réfugiés (CONAREF)-structure partenaire pour la mise en œuvre du projet-, a fait remarquer lors de la clôture de la rencontre que malgré le contexte sécuritaire difficile, des résultats ont été atteints. «Le HCR et le gouvernement travailleront ensemble pour davantage prendre en compte les populations locales dans le projet, afin d’aboutir à une réelle autonomisation des deux populations dans le Sahel», a-t-il ajouté. Une autre perspective a été évoquée par l’Union européenne, partenaire du projet.
Il s’agit de l’arrivée des populations déplacées internes qui a un impact sur l’accès à l’eau, l’éducation, la santé, etc. Selon l’UE, il serait envisageable de solliciter des fonds pour couvrir les besoins additionnels des Burkinabè déplacés au sein de leur pays, aujourd’hui estimés à plus de 100.000 (source : OCHA, 12 février 2019).

NK


«95% des réfugiés pas prêts pour un rapatriement dans un avenir proche»

La situation sécuritaire dans le Sahel a également eu un impact sur les retours. Tout d’abord, constate le HCR, les conditions sécuritaires au Mali n’ont pas permis un retour organisé et massif des réfugiés maliens dans leurs zones d’origine.
Dans le cadre de l’opération de vérification et d’enregistrement biométrique (BIMS, juin – août 2017), le HCR a réalisé un sondage sur les intentions de retour des réfugiés. Il en est ressorti que 95% des réfugiés au Burkina Faso ne sont pas prêts pour un rapatriement dans un avenir proche.
Au Burkina Faso, l’accès humanitaire reste un grand défi dans le Sahel à cause des engins explosifs improvisés employés par les extrémistes sur les axes publics. Le problème d’accès rend l’enregistrement des candidats au rapatriement difficile pour les réfugiés hors camps.
De manière générale, les demandes de rapatriement facilité fluctuent très rapidement en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire dans l’extrême nord du Sahel et au Mali.
Le HCR a observé un pic de rapatriement de 2.839 réfugiés en 2016. En 2017, 1.221 réfugiés ont été rapatriés. Cependant, à mi-2018, seuls 17 rapatriements ont été facilités et aucun rapatriement spontané n’a été enregistré.

Commentaires
Numéro d'édition: 288

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.