Dès notre arrivée, aux environs de onze heures, nous avons été accueillis par un guide du nom d’Amidou Sanou. Celui-ci va nous proposer le prix de la tournée avant qu’on ne s’entende sur la somme de 3.000 FCFA. (DR)

Attaques terroristes et secteur hôtelier : A Bobo, le tourisme se meurt


• Les clients fuient les artisans

• Nécessité de s’adapter pour survivre

La voix suave de l’hôtesse qui nous indique le trajet, nous présente les consignes de sécurité, indique les toilettes disponibles à bord; des sièges au confort sans égal, avec possibilité de charger ses appareils, la climatisation qui marche à fond, sans oublier les repas servis aux clients; bref, dans ce bus de la nouvelle compagnie de transport; on aurait facilement pu se croire dans un avion en partance pour une destination de rêve.
Naturellement, nous nous laissons aller à ces commodités et, petit-à-petit, nous tombons, un laps de temps, dans les bras de Morphée, avant de reprendre nos esprits au terme de cinq heures de route. A Bobo Dioulasso, la gare du bus est aussi luxueuse que celle de la capitale. A la sortie, alors qu’il est un peu moins de 16 heures, nous nous installons rapidement à l’arrière d’un taxi qui nous conduits à l’hôtel où nous avons réservé quelques jours auparavant.
Malheureusement, dans ce quartier résidentiel qui se distingue par son calme singulier, nous retrouvons difficilement la maison d’hôte en question. Aucune plaque indicative, seul le numéro inscrit sur le mur nous permet de savoir que nous sommes arrivés à destination. En poussant la porte, nous découvrons avec plaisir un magnifique jardin et, à côté, notre chambre à la décoration sobre, mais très conviviale.
Mais, malgré ce cadre enchanteur, une question nous trotte dans la tête : comment se fait-il qu’un établissement hôtelier de cette catégorie ne soit pas fichu d’installer des panneaux indicatifs? Pour le savoir, nous n’avons pas hésité à échanger avec le gérant de la maison, deux jours après notre arrivée. C’était le vendredi 3 août 2018, précisément à l’heure du petit déjeuner.

«On ne met pas de panneaux car, de cette manière, les clients se sentent en sécurité»
Selon ses explications, l’établissement n’a pas intérêt à s’exposer ainsi, compte tenu des attaques terroristes enregistrées dans le pays. «Certains clients, quand ils arrivent, ils essaient d’abord de voir s’il y a des signes montrant qu’il s’agit d’un hôtel. Ils se sentent en sécurité dans une villa, comme s’ils étaient dans leurs propres domiciles», a déclaré l’hôtelier qui ne tardera pas à nous confier: «La situation sécuritaire du pays pèse beaucoup sur nous. Nous n’avons presque plus de clients. Il nous arrive de passer près de deux semaines sans aucune réservation. Pendant ce temps, les appareils fonctionnent ; ce, à perte».
Malheureusement, si nous pensions avoir de plus amples informations de la responsable, dans le cadre de notre article, nous nous sommes confrontés à une réalité : personne ne veut se faire remarquer, de peur de devenir une cible pour les terroristes. La preuve en est que nous avons tenté de rencontrer d’autres établissements, à savoir les grands hôtels de la ville de Sya, les maisons d’hôtes et autres prestataires de restaurantion qui, en temps normal, auraient sauté sur l’occasion pour mieux se faire connaitre; mais, ils ont promis de nous rappeler chaque fois que nous les avons contactés; et cela, sans suite. Ceux que nous avons pu rencontrer ont poliment décliné notre offre.
Le seul qui ait accepté de jouer le jeu, c’est l’ancien propriétaire de l’auberge Awadi qui, il y a trois mois encore, était située au quartier ‘’Petit Paris’’ de Bobo. En effet, Moussa Bangaré a fermé boutique. Et si cela n’a rien à voir avec les problèmes sécuritaires, il est néanmoins d’avis que cette situation a beaucoup contribué à la diminution de la clientèle hôtelière. «Le Burkina est classé dans la zone rouge par certains pays ; les étrangers ne viennent plus, du coup, le marché est perturbé. Pendant ce temps, on doit faire face aux charges de fonctionnement, à savoir honorer un loyer de 150.000 FCFA par mois, verser les salaires des employés, assurer les taxes communales prélevées à hauteur de 500 FCFA par client, être à jour de nos impôts, être en règle vis-à-vis du BBDA (Bureau burkinabè des droits d’auteurs) qui fait payer les appareils (télé), payer les panneaux indicatifs, etc. En fin de compte, on dépense plus qu’on ne gagne», a-t-il souligné avec une pointe de désolation.

«Les clients se font de plus en plus rares»
Mardi 7 août, nous décidons de faire le tour des sites touristiques ; histoire de nous mettre quelque chose sous la dent. Malheureusement, ce jour-là, les dieux de la pluie ne semblaient pas être d’accord. Mais, c’était sans compter avec notre détermination sans laquelle nous n’aurions pas pu nous rendre à Dioulassoba. Dès notre arrivée, aux environs de onze heures, nous avons été accueillis par un guide du nom d’Amidou Sanou. Celui-ci va nous proposer le prix de la tournée avant qu’on ne s’entende sur la somme de 3.000 FCFA. Content d’avoir son premier client de la journée, le jeune homme, qui semble connaitre par cœur l’histoire de la cité, nous guide à travers les points phares du tout premier quartier de Bobo. Après plusieurs découvertes de la culture bobolaise et dioula, nous finissons par marquer un arrêt on ne peut plus long dans les locaux de ‘’l’association des mangeurs d’arachides’’ où nous avons pu nous abriter de la pluie tout en appréciant la musique traditionnelle jouée en notre honneur, ainsi que les œuvres d’art en vente. Dans les échanges, Traoré Abdoulaye, premier responsable du groupe, nous fait comprendre que le marché n’est plus ce qu’il était. «Les touristes ne viennent plus beaucoup. Avant les attaques, en une saison normale, on pouvait avoir entre dix à vingt clients par jour», a-t-il déclaré. Et à notre guide d’ajouter : «Moi, je pouvais tourner avec plusieurs groupes de touristes. Parfois, il y a des gens qui viennent et à qui on n’a même pas le temps de faire faire la visite. Actuellement, il y a des jours où même un seul client ne plane ici. Depuis quinze ans que je fais ce travail, je n’ai jamais vu une telle situation». Selon ses explications, ce sont les Belges et les Burkinabè qui osent encore faire le déplacement sur les sites touristiques. Les Français se font rares maintenant. A la question de savoir comment il arrive à assurer ses charges familiales, Amidou Sanou répond : «Souvent, même simple pièce de 100 FCFA, je n’ai pas ! Nous sommes obligés de compter sur nos proches. Il arrive aussi qu’on fasse de petits boulots pour survivre. Franchement, ça ne va pas !»

Z.S.


Beaucoup regrettent le départ de Tahirou Barry

Le constat est le même chez Badjorry Sanou, fondeur de bronze à Dioulassoba. Lui a tout un stock de sculptures qu’il n’arrive pas à écouler. A quarante-trois ans, celui qui a appris le métier aux côtés de son oncle est dépassé par la situation, d’autant plus qu’il est marié et père de deux enfants. Dans ces conditions, ils sont tous d’avis que le ministère doit prendre le problème à bras-le-corps et procéder à des sensibilisations. «Si le tourisme marche, les hôteliers gagnent, les guides aussi, et même les taximen. Mais, le gouvernement ne parle pas de ça. Il passe le temps à faire des courbettes auprès des Européens pour avoir de l’argent afin de s’acheter des voitures de luxe», a lancé Abdoulaye Traoré. Il estime que les autorités auraient pu faire des publicités pour essayer de diffuser une meilleure image du pays. «Pourquoi pas faire comme l’ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry», se sont-ils interrogés. «Il se déplaçait pour discuter avec les acteurs sur le terrain ; il a beaucoup aidé les artistes ; il faisait bouger les choses. Depuis qu’il est parti, on ne fait rien pour motiver les touristes», ce sont là autant de compliments que nous avons pu entendre sur cet homme politique qui a démissionné du gouvernement en octobre 2017, après 22 mois de mission, dénonçant l’inaction des dirigeants actuels. A l’unanimité, nos interlocuteurs diront que le gouvernement ne connait pas la valeur du tourisme.

Commentaires
Numéro d'édition: 265

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.