Le secrétaire général de l’ONG CREDO, Josias S. Sanogo. (DR)

ONG CREDO: 40 milliards de FCFA investis

L’Economiste du Faso: 1993-2018, voilà 25 ans que se créait l’ONG Christian Relief & Development Organisation (CREDO), spécialisée dans le développement social. Pour cet anniversaire, vous avez organisé la «Soirée du développement»…
Josias S. Sanogo, secrétaire général de l’ONG CREDO : L’ONG CREDO, à l’occasion de ses 25 ans, a effectivement organisé cet événement qui se voulait mémorable appelée «la Soirée du développement». L’organisation de cette Soirée s’inscrit dans la perspective de renforcer l’engagement des acteurs socioéconomiques au développement du Burkina Faso à travers le financement de projets axés sur l’autonomie et la résilience des communautés défavorisées. Nous nous sommes donné les moyens de faire de la «Soirée du développement» une véritable plateforme de célébration des entreprises actives dans le développement du Burkina Faso. Cet événement a illustré les institutions et entreprises qui osent financer des projets innovants et pertinents pour le bien-être durable des communautés de base. En effet, plus de 300 distingués invités y étaient présents, et les organisateurs de la Soirée ont souhaité rendre hommage à certains d’entre eux. Cette Soirée été placée sous le patronage de Hadizatou Rosine Coulibaly, ministre de l’Economie, des Finances et du Développement; le parrainage de Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale, et le co-parrainage de Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, ministre de la Femme et de la Solidarité nationale et de la Famille.
Pendant 25 ans, l’ONG CREDO a travaillé dans les communautés de base pour permettre aux personnes défavorisées et/ou démunies de recouvrer leur dignité d’homme fait à l’image de Dieu, libre et responsable. Pouvez-vous revenir sur les grands traits qui ont redonné le sourire aux bénéficiaires ?
Ce que nous souhaitons d’abord porter à votre connaissance, c’est que l’ONG CREDO est une organisation de droit burkinabè créée dans le but de développer et de soutenir des projets durables axés sur l’amélioration des conditions de vie des familles issues de milieux défavorisés. Depuis sa création, l’ONG CREDO concentre ses efforts sur la mise en place de projets innovants centrés sur la dignité et l’autonomie des populations de base. Son rêve est de voir toutes personnes marginalisées et/ou démunies accéder aux services sociaux de qualité dont elles ont besoin pour vivre une vie digne et prospère. L’ONG CREDO s’est démarquée par une intervention de qualité dans la mise en œuvre de plus de 115 projets et programmes, dans les domaines de l’éducation, de la formation et de l’emploi, de la sécurité alimentaire, de la prise en charge des réfugiés et de la microfinance. Plus de 100.000 orphelins ou enfants vulnérables, qui ne pouvaient littéralement pas aller à l’école par faute de moyens financiers, ont bénéficié d’un accompagnement personnalisé et d’une prise en charge scolaire pendant tout ce quart de siècle. Aujourd’hui, nombre d’entre eux sont devenus des cadres, des médecins, des enseignants,…. Sans ce soutien, la plupart n’auraient jamais eu le privilège d’aller à l’école. Il s’agit là, non pas seulement d’un sourire, mais aussi d’un réel et profond soulagement exprimé par des milliers de familles qui voyaient à travers ce soutien une victoire contre les injustices liées à la pauvreté. Il ne serait pas prétentieux de dire que la liste est longue. En 25 ans d’existence, l’ONG CREDO a mené une bataille franche pour contribuer, aux côtés du gouvernement, au développement de notre cher pays.

Quels sont les critères d’accès aux différents fonds de l’ONG CREDO sur le terrain ?
Nous sommes dans une approche participative et inclusive centrée sur le renforcement des capacités, le développement local et la décentralisation. L’expression des besoins des communautés répond toujours au même ordre de principe. Cependant, la réalisation d’un projet est conditionnée par l’obtention de financement des partenaires. Jusqu’à lors, nous dépendions de la générosité des étrangers, mais à partir de maintenant, nous souhaitons mettre à contribution la générosité et le sens patriotique des Burkinabè. Le gouvernement ne peut pas tout faire, mais si chaque homme et femme met à contribution un don, nous savons que le pays avancera dans le bon sens.

Quelles sont vos zones d’interventions ?
En 2018, L’ONG CREDO intervient dans 9 régions, 19 provinces et 42 communes. Les régions dans lesquelles nous sommes sont : le Sud-Ouest, le Centre-Ouest, les Hauts-Bassins, le Centre, le Centre-Sud, le Nord, le Sahel, le Plateau central et la Boucle du Mouhoun.

A combien évaluez-vous le nombre de bénéficiaires de l’ONG à ce jour ?
Il est difficile de procéder à une capitalisation exacte du nombre de bénéficiaires depuis 25 ans. Cependant, nous évaluons le nombre de nos bénéficiaires directs et indirects à 400.000 personnes par année, avec des variations plus ou moins fortes en fonction des financements obtenus.

Il est connu que redonner le sourire à un homme n’a pas de prix. Mais, peut-on tout de même connaître le montant investi à travers vos différents projets depuis les 25 dernières années ?
En un quart de siècle, la contribution de l’ONG CREDO au développement socio-économique du Burkina Faso est d’environ 40 milliards de FCFA investis en faveur de la dignité humaine, grâce à la confiance de nos partenaires techniques et financiers et du soutien des entreprises burkinabè.

Quels sont vos principaux bailleurs de fonds ?
Nous avons des partenaires techniques et financiers internationaux tels que l’ONG hollandaise Woord en Daad, l’anglaise Tearfund, la suédoise Eriks Development, l’UNHCR et d’autres pour la réalisation de projets plus ponctuels. Au plan national, nous pouvons compter parmi nos illustres partenaires EBOMAF, Velegda, Aranko Security et la Faitière des caisses populaires du Burkina Faso. Il est à noter que Woord en Daad, à lui seul, a contribué à hauteur de 20 milliards de FCFA,  soit environ 51 % de l’ensemble des ressources investies dans le développement par CREDO en 25 ans. La mobilisation de ressources locales à travers la solidarité des entreprises burkinabè est estimée à 90.452.000 FCFA en 2016 et 150.750.000 FCFA en 2017. D’où une progression de 67%, soit un total de 241.202.000 FCFA  dont 150.000.000 de FCFA apportés par le groupe EBOMAF, et correspondant à 62 %. Nous profitons de l’occasion pour leur rendre un vibrant hommage.Ces familles sauvées de la pauvreté, de l’ignorance et du fatalisme, c’est à ces partenaires qu’on le doit. Nous encourageons toutes les entreprises qui veulent agir à ne pas hésiter. Notre organisation est ouverte au partenariat. Aucune contribution ne serait trop faible ou trop forte pour le développement de notre pays.

Pour les 25 ans à venir, à quoi les Burkinabè doivent-ils s’attendre de la part de l’ONG CREDO ?
L’ONG CREDO compte redoubler d’effort dans les domaines de l’éducation, de la formation et de l’emploi.
Au plan de la sécurité alimentaire, un accent particulier sera mis sur le renforcement des capacités des producteurs dans le but d’en faire des agrobusiness-men avérés. L’ONG CREDO restera toujours au service des plus démunis, des plus marginalisés et des plus vulnérables, et se fera toujours le porte-parole des valeurs essentielles, à savoir la compassion, le respect, l’équité, la dévotion et l’ouverture.

 


Le sens d’une Soirée

La «Soirée du développement» offre un tremplin à toutes les entreprises, en général, et à celles du Burkina Faso, en particulier, de se dévoiler à la face du monde. L’opportunité était également belle pour rendre un ardent hommage à toute la population burkinabè, aux pouvoirs publics, aux partenaires techniques et financiers, ainsi qu’aux acteurs socio-économiques qui œuvrent depuis le départ, aux côté de CREDO, pour la prospérité et la dignité des plus vulnérables. La Soirée a été enfin l’occasion de renforcer les perspectives de partenariat et d’actions sur le terrain. C’est donc naturellement que le ton a été festif avec des humoristes et artistes chanteurs.

Propos recueillis par Rachel DABIRE

Commentaires

Numéro d'édition: 263