Entreprises

Paiement d’impôts: Gagnez du temps avec e-SINTAX!

Une vue de la plateforme. Vous aurez plus d’informations en envoyant un email à l’adresse contact@esintax.bf

Vous êtes une petite ou une grande entreprise? Vous avez ras-le-bol de la lenteur dans le traitement à la caisse et autres erreurs liées au paiement de vos impôts? Désormais, plus de soucis à vous faire, car dans le cadre de la modernisation de ses procédures et de l’amélioration de la qualité de ses services, la direction générale des impôts a mis en ligne sa plateforme de télépaiement. Ce nouveau système digitalisé a officiellement été présenté au cours d’une cérémonie qui a eu lieu le lundi 2 juillet 2018 à Ouagadougou. En effet, comme vous vous en souvenez certainement, le 12 avril dernier, la DGI avait procédé au lancement du Système informatisé de taxation (e-SINTAX).
En son temps, cette plateforme appelée e-SINTAX permettait seulement aux contribuables de déclarer en ligne 15 formules d’impôts. Jugeant cela insuffisant, la DGI, fortement encouragée par le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Rosine Coulibaly/Sori, est revenue trois mois après avec cette nouvelle version du système e-SINTAX qui, en plus de proposer la déclaration de l’ensemble des 33 formules d’impôts, permet de les payer en ligne.

«Il n’y aura pas de bug»

Cette solution a été possible grâce à la participation de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-B) qui a signé une convention de partenariat encadrant la gestion et l’utilisation de cet outil. Cet accord permet ainsi aux clients des quatorze institutions financières (Bank of Africa, Banque atlantique, Banque commerciale du Burkina, Banque de l’union Burkina Faso, Banque de l’habitat, BICIAB, BSIC, CBAO, Coris Bank, ECOBANK, Orabank, Société générale Burkina Faso, UBA et Wendkouni Bank International) au Burkina de profiter des avantages liés à cette plateforme. Prenant la parole au nom de ses confrères, le représentant de l’APBEF-B, Diakary Ouattara, a pris l’engagement de faire la promotion de l’outil auprès de leurs clientèles pour susciter une plus grande adhésion.
Le ministre de l’Economie, quant à elle, s’est voulu rassurante, puisqu’elle a encouragé les entreprises à y adhérer, précisant que c’est un service que le gouvernement veut leur rendre. Promettant qu’il n’y aura pas de bug, le chef des Finances a déclaré que le système informatisé va permettre de gagner en temps, en argent et en efficacité. Rosine Coulibaly a également loué la contribution des partenaires comme la Banque mondiale, la Coopération suisse et la Coopération danoise, sans oublier les équipes qui ont bossé durement pour assurer le fonctionnement de la plateforme.
«C’est le lieu pour nous de remercier les contribuables qui utilisent déjà la plateforme», a-t-elle tenu à ajouter, car si l’on se réfère aux explications du directeur général des impôts, Adama Badolo, à la date du vendredi 29 juin 2018, 173 contribuables utilisaient déjà le dispositif. Si, à son avis, ce chiffre est déjà bon, il n’en demeure pas moins qu’il est insuffisant ; puisque la population cible est de 6.000 contribuables.
C’est ainsi qu’il a lancé un appel à l’association des banques, à la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, entre autres, les invitant à les aider à enrôler plus de monde, d’autant plus qu’il y aura d’autres projets comme les services en ligne qui vont contribuer à digitaliser davantage les services de la structure.


Du processus d’utilisation de la plateforme

La DGI organise des sessions de formation pour initier les participants à l’utilisation de la plateforme. N’empêche qu’à l’occasion de la cérémonie, le représentant de l’équipe projet, Théodore Sondo, a fait une petite démonstration. Selon lui, en cinq minutes, l’on peut déclarer et payer ses impôts en ligne. Pour ceux qui sont intéressés, il suffit de se rendre à la DGI pour demander un numéro e-SINTAX. Après cela, vous devrez avoir une adresse mail et un mot de passe pour vous connecter au système. Si vous avez un ou plusieurs comptes bancaires, vous pourriez les enregistrer sur votre espace personnel, en prenant le soin d’informer l’institution financière de votre démarche afin qu’elle puisse valider votre enregistrement. Une fois passée cette première étape, vous devrez procéder à la déclaration de la taxe dont les différentes formules sont présentées sur la plateforme. Si l’opération est validée, vous pourrez aller dans le menu paiement pour choisir le nombre de taxes à régler et le compte que vous désirez utiliser. Après confirmation, le système va générer une RUO (Référence unique de l’opération) qui vous sera envoyée dans votre boîte mail. «Si la banque accepte la démarche, il y a deux issues possibles: soit elle la rejette pour manque de provision par exemple, soit elle la valide et le traitement est fait. L’information est ensuite envoyée à la plateforme qui génère la quittance transférée directement dans l’espace e-SINTAX du client», a expliqué le membre de l’équipe projet. Et le DGI, Adama Badolo, de préciser que selon les termes de la convention signée avec les établissements bancaires, ces derniers disposent d’un délai de 48 heures pour réagir à la demande du client. Il s’agira en l’occurrence de lui faire savoir si oui ou non ils peuvent exécuter son ordre de virement. Si oui, le processus continue; si non, l’information est renvoyée à l’intéressé.

ZS

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page