Vincent de Paul Kountaor Dabiré, directeur général des infrastructures routières. (DR)

Route Kongoussi-Djibo : Le tronçon en chantier

• Délais serrés pour les entreprises

• Le désenclavement du Soum en marche

 

Le bitumage de la route reliant Kongoussi à la ville de Djibo était devenu comme un serpent de mer, tant les annonces ont fait florès pendant la décennie écoulée; au point où nombre de Burkinabè ont pensé à un éléphant blanc. Depuis quelques mois cependant, le projet est en train de devenir une réalité. Les financements ont été acquis, et les travaux sont en cours. Avec le directeur général des infrastructures routières, Vincent de Paul Kountaor Dabiré, L’Economiste du Faso fait le point sur ce chantier qui jette les bases du désenclavement de la province Soum.

L’Economiste du Faso : Pouvez-vous nous décrire le projet de bitumage de la route Kongoussi-Djibo et nous dire son état d’avancement ?
Vincent de Paul Kountaor Dabiré, directeur général des infrastructures routières: Avant de répondre à vos questions, nous tenons à remercier L’Economiste du Faso pour l’intérêt qu’il porte aux activités du département, notamment en ce qui concerne les infrastructures routières. Nous voudrions d’entrée de jeu dire que le projet de bitumage de la route Kongoussi-Djibo est un projet d’un linéaire de 96 km, reparti en deux lots dont le lot 1, long de 16 km, concerne le tronçon Kongoussi-Yargo et le lot 2, de 80 km, concerne le tronçon Yargo-Djibo.
Pour parler de l’état d’avancement des travaux, nous dirons tout simplement que le taux d’avancement physique du lot 1 est de 30%, pour un délai consommé de 86%, et à un taux d’exécution financière de 25% ; alors que le lot 2 est à un taux d’avancement physique de 53%, pour un délai consommé de 69%, et à un taux d’exécution financière de 62%. La date d’achèvement des travaux de la route Kongoussi-Djibo, elle, est fixée au 15/09/2018 pour le marché initial.

 

A quelle étape en sommes-nous dans l’agenda de ce chantier?
Le lot 1 est à l’étape de la mise en œuvre du corps de chaussée (couche de fondation et couche de base). Bien entendu, le groupement travaille aussi à l’exécution des ouvrages de franchissement.
Quant au lot 2, ses travaux de terrassement sont presque terminés, et l’entreprise en charge exécute actuellement les travaux de rehaussement de la ligne rouge ; en même temps, les travaux de construction des ouvrages de franchissement se poursuivent avec des réalisations d’infrastructures socio-économiques telles que les forages et les pistes à bétail. Des campagnes de sensibilisation sur le VIH SIDA sont en cours dans le cadre de la mise en œuvre du volet Plan hygiène-assurance et qualité (PHAQ).

Combien de ponts ou d’ouvrages sont à construire sur le tracé ? Leur nombre handicape-t-il la progression des travaux?
Sur l’ensemble du projet, il n’y a pas de pont à construire, mais le projet a prévu des ouvrages de franchissement tels que des dalots et des dispositifs d’évacuation d’eaux comme les caniveaux, en traversée d’agglomérations. Au niveau du lot 1, il est prévu de construire de 35 dalots et 1.600 m de caniveau dans la ville de Kongoussi. Ces ouvrages sont en cours de réalisation.
Pour le lot 2, il est prévu de construire 160 dalots, et 84% de ces ouvrages sont déjà construits.
Environ 7.376 m d’ouvrages d’assainissement (caniveaux et dalots) devront être réalisés à Bourzanga et à Djibo. La préfabrication des éléments est en cours.

On a constaté des zones sablonneuses sur le tracé. Cette difficulté  est-elle à ce jour gérée ?
Certaines déviations ne risquent-elles pas d’être impraticables en juillet, si les travaux ne sont pas achevés à cette date?
Les zones sablonneuses ne posent de difficultés ni à l’exécution des terrassements ni à l’exécution des dalots.
C’est donc un aspect bien géré sur le terrain.
En ce qui concerne les déviations, nous tenons à vous rassurer que pendant le mois de juillet et toute la saison hivernale, des dispositions appropriées seront prises par les entrepreneurs, conformément à leurs cahiers des charges, avec un suivi de la mission de contrôle et de l’administration routière, pour que ces déviations soient praticables; de même que les sections de route qui seront ouvertes à la circulation.

Propos recueillis par FW


Rappel sur le financement

Le financement du projet de bitumage de la route nationale n°22 (Kongoussi-Djibo) est assuré par des partenaires financiers dont la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), pour le tronçon Kongoussi-Yargo (16 km) ; la Banque africaine de développement (BAD), pour le tronçon Yargo-Djibo (80 km), et en partie par l’Etat burkinabè. En ce qui concerne les entreprises bénéficiaires des marchés, elles se présentent ainsi qu’il suit, par lot:

LOT 1

LOT 2

 

Commentaires
Numéro d'édition: 239

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.