Toussaint Bamouni (en veste) a été officiellement installé dans ses fonctions par René Tidiane Barry, président de la Chambre des mines du Burkina, le 1er juin 2017.(DR)

Chambre des mines du Burkina : Toussaint Bamouni, nouveau directeur exécutif

• Nanti de 25 années d’expérience

• Dans les mines, la cimenterie, le coton et la céramique

• Son expérience managériale est aussi attendue

 

La Chambre des mines du Burkina a un nouveau directeur exécutif en la personne de Toussaint Bamouni. Le 1er juin 2017, le président de la Chambre des mines du Burkina, René Tidiane Barry, a procédé à son installation officielle. Il dirigera l’équipe des permanents de la Chambre des mines du Burkina, chargée de la mise en œuvre opérationnelle des activités définies par le conseil d’administration.
Toussaint Bamouni est titulaire d’un diplôme d’Etudes supérieures spécialisées (DESS) acquis à Nancy en France en valorisation des ressources naturelles. Il prend la direction exécutive de la Chambre des mines du Burkina, fort de 25 années d’expérience dans le domaine professionnelle. Il a travaillé tour à tour dans l’industrie minière, cimentière, cotonnière et céramique.
Toussaint Bamouni a débuté sa carrière à la SOREMIB, à la mine d’or de Poura, dans l’usine de traitement des minerais. Après 9 ans d’activités, il intègre la CIMAT, alors unique cimenterie du Burkina Faso, au poste de chef de département exploitation de l’usine. Son travail consistait en la production du ciment.
De là, il rejoint JOSSIRA industrie comme directeur général adjoint pendant 4 ans. A ce poste, il assurait l’interface entre l’entreprise, l’Etat, les banques et l’ensemble du secteur privé. Il a effectué un passage à l’usine de production des carreaux CERAMIX du groupe Hage avant de rejoindre CIM-Burkina, la cimenterie du groupe allemand Heidelberg Cement en qualité de chef de projet adjoint où il a participé aux négociations de la convention d’investissement pour la réalisation de l’usine avec le gouvernement.
Dans cette entreprise, il a toujours travaillé dans le cadre du Code minier et de la réglementation en matière de respect de l’environnement. Sur ce dernier point, la réglementation oblige pour toute activité de nature à porter atteinte à l’environnement de procéder à une étude d’impact environnemental et social avant la demande du permis d’exploitation. A CIM-Burkina, celui qui dirige désormais la direction exécutive avait en charge la conduite de ces activités, ayant abouti à l’octroi du permis d’exploitation.
Toussaint Bamouni a aussi été consultant pour le compte de la banque régionale d’investissement de la CEDEAO, de la Banque ouest-africaine de développement pour l’évaluation technique d’un projet de cimenterie au Bénin. Il mettra donc au service du secteur minier burkinabè cette riche expérience.
En rappel, les organes de la Chambre des mines sont composés de l’Assemblée générale qui élit le conseil d’administration. La direction exécutive travaille sous la coupe du conseil d’administration. Elle met en œuvre les activités inscrites dans le plan stratégique dont le dernier en date a été adopté lors de la session de janvier 2017.
Le 16 janvier 2017, lors de sa prise de fonction, le président du conseil d’administration, René Tidiane Barry, informait qu’il a été décidé de donner plus de pouvoir à la direction exécutive pour l’exécution des tâches.

E.K

Commentaires
Numéro d'édition: 209

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.