Blocage

Comme vous l’aurez remarqué, le procès des anciens ministres du gouvernement Tiao fait la Une de l’actualité nationale, et il en sera ainsi jusqu’au bout, parce c’est un événement d’abord judiciaire et politique ensuite.
Judiciaire, parce que c’est le premier procès de la Haute Cour de Justice depuis son installation. Et politique, parce que presque tous les gestionnaires de l’ancien régime sont sur le banc des accusés pour répondre d’une décision qui a entrainé la mort de dizaines de Burkinabè lors de l’insurrection d’octobre 2014.
Ce procès, que nous avons titré celui de la responsabilité, ne s’est pas encore vraiment ouvert, tant la guerre des exceptions continue de faire rage.
Suspendu le 8 mai dernier, il reprend ce lundi 15 mai, et rien ne dit qu’il n’y aura pas une autre suspension. Parce qu’on s’achemine vers un vrai blocage.
Les avocats de la défense se sont retirés du prétoire au motif que la Haute Cour de Justice violait la Constitution et surtout les droits à la défense. Et rien n’indique qu’ils seront aux côtés de leurs clients ce lundi.
Selon certains observateurs, ce n’est pas un déport, donc difficile de commettre d’office des avocats pour assister les accusés. Les risques de blocage sont donc évidents et la marge de manœuvre de la Haute Cour de Justice parait bien étroite.
Sa crédibilité est en jeu et ses choix, quels qu’ils soient, rejailliront sur l’image du pouvoir actuel. La Cour a donc deux options devant produire le même résultat: une nouvelle suspension si elle commet d’office des avocats, mais cette éventualité est très faible, et un renvoi si elle se résout à demander un avis de constitutionnalité. Le scénario idéal serait que les avocats se présentent aux côtés de leurs clients et plaident mordicus un renvoi en vue de régler définitivement les deux exceptions d’inconstitutionnalité soulevées. D’ailleurs, cela arrangerait bien tout le monde.

Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 206

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.