L’Archidiocèse de Ouagadougou, sous la présidence du Cardinal Philippe Ouédraogo, couvre toute la région du Centre, une partie de la région du Centre-Sud et une partie de la région du Plateau central. Il s’étend sur 4 provinces en une superficie de 9.602 km². Ce sont les provinces du Kadiogo, du Bazèga, du Kourwéogo et de l’Oubritenga. Il compte au total 31 paroisses. (Ph.: DR)

Archidiocèse de Ouagadougou : Un plan pastoral en marche

• Tous les chrétiens interpellés

• Relever les défis des 4 objectifs stratégiques

 

A l’orée du 3e millénaire, le Pape Saint Jean Paul II a exhorté les églises à s’engager sur le chemin d’une nouvelle évangélisation. Une nouvelle démarche se traduisant par des «orientations pastorales adaptées aux conditions de chaque communauté». C’est dans cette optique que la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CEREAO) a offert à la Conférence épiscopale Burkina-Niger (CEBN) et aux différents diocèses un cadre «horizon 2025» qui sert de feuille de route à l’élaboration de plans pastoraux adaptés pour l’annonce de l’Evangile.
C’est ainsi que l’archidiocèse de Ouagadougou s’est doté d’un plan dont la présentation a été faite le 27 mars dernier à l’archevêché de Ouagadougou, sous la présidence du Cardinal Philippe Ouédraogo.
On retiendra que c’est un plan pastoral 2016-2020 qui découle du travail de délégués laïcs, de prêtres et religieux de l’Archidiocèse de Ouagadougou. L’abbé Modeste Tapsoba, vicaire épiscopale chargé de la pastorale, a tenu à noter que la planification stratégique répond à trois questions essentielles: Où est-on? Que veut-on et où doit-on aller ? Comment faire pour y parvenir ? De l’avis de l’abbé modeste Tapsoba, le plan stratégique prend en compte un certain nombre de requêtes pastorales. Il s’agit entre autres de la soif de croissance spirituelle et de maturation de la foi, le besoin de formation et d’approfondissement de la foi, l’urgence d’articuler foi et culture, etc.
Sur le plan sociopolitique et économique, l’église reste attentive aux besoins de réconciliation, de justice et de paix, la préservation et la promotion des valeurs du vivre-ensemble et l’aspiration des populations au développement et au bien-être socio-économique. De façon résumée, le plan pastoral présenté à la presse le 27 mars dernier s’articule autour des éléments suivants: une vision de toujours, une vision à l’horizon 2020, quatre axes stratégiques, 12 résultats clés, 29 résultats intermédiaires pour un total de 121 activités. Ainsi, dans son application, une bonne perception du monde sera nécessaire. Aussi, pour ce qui concerne l’horizon 2020, l’Eglise-famille de Dieu qui est à Ouagadougou veut-elle relever le défi d’une pastorale mieux organisée et mieux articulée et qui l’aide à mieux réaliser sa vocation et sa mission.
Dans ce sens, l’objectif est de mieux connaitre le Christ, s’attacher, l’imiter et vivre avec lui. Un autre objectif est de contribuer à faire germer dans les cœurs et à incarner dans la société les valeurs de justice et de paix, de convivialité et de concorde dans un contexte multiculturel et multiconfessionnel. Un objectif qui se dresse également comme une priorité dans ce plan pastoral est de relever les défis de l’auto-prise en charge. En un mot, l’Eglise-famille de Dieu veut travailler à s’ouvrir pleinement à l’Evangile et à l’accueillir dans les valeurs africaines pour témoigner de sa foi par des œuvres concrètes.
Le cardinal Philippe Ouédraogo confie que l’instrument de travail pastoral résonne comme une invitation à «avancer au large». Pour lui, il s’agit d’un «Duc in altum» à vivre une nouvelle dynamique personnelle et communautaire dans le service généreux et total. Il a exhorté tous les chrétiens à s’approprier ce plan pastoral et à l’accompagner dans sa pleine réalisation.

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Commentaires
Numéro d'édition: 200

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.