Mine de calcaire à ciment : Sahelian Mining SA s’installe à Tin-Akoff

• Une filiale de la cimenterie Diamond Cement Burkina

• Des économies sur l’importation de clinker du Togo

• 25,835 milliards de FCFA de recettes annuelles attendues

 

Le gouvernement a décidé d’octroyer 3 permis d’exploitation industrielle de grande mine au cours du Conseil des ministres du 18 janvier 2017. Parmi ces permis, un concerne l’exploitation industrielle de grande mine de calcaire à ciment. Il a été attribué à la société Sahelian Mining SA, dans les communes de Tin-Akoff et de Gorom Gorom, province de l’Oudalan, région du Sahel, selon le compte rendu du Conseil des ministres. Ce compte rendu ne précise pas l’identité des propriétaires réels de la société Sahelian Mining SA à qui ce permis a été octroyé. Il ne précise pas non plus le contenu de son dossier et le processus suivi par la société pour aboutir à l’octroi du permis.
Mais, selon nos informations, Sahelian Mining SA est la filiale de la cimenterie Diamond Cement Burkina, elle-même filiale du groupe West African Cement (WACEM-SA), d’origine indienne, créée en 1991. Elle est présente en Afrique notamment au Togo, au Ghana, au Mali et au Burkina Faso. Diamond Ciment Burkina fait partie des 4 cimenteries installées au Burkina Faso.
La cimenterie a créé cette société Sahelian Mining SA pour obtenir le permis d’exploitation comme l’exige la loi minière au Burkina Faso. En effet, l’article 100 du Code minier (loi 36-2015/CNT) dispose que : «Il est constitué, pour chaque permis d’exploitation, une personne morale dedroit burkinabè et ayant son siège social au Burkina Faso». L’installation de l’usine de clinker dans la région du Sahel lui permettrait de réaliser des économies considérables sur l’importation du clinker depuis le Togo tout en augmentant la capacité de production pour faire face à la demande croissante de ciment. Pour prétendre au permis d’exploitation, Diamond Cement Burkina a obtenu 2 permis de recherche sur le site en 2013, suite à la décision du gouvernement en mai 2013 de morceler le site.
On se rappelle que ces attributions de permis de recherche sur ce site dont 2 ont abouti à l’octroi de permis d’exploitation avaient attiré l’attention de la commission d’enquête parlementaire sur la gestion des titres miniers et la responsabilité sociale des entreprises minières dans son rapport publié le 13 octobre 2016. Dans ce rapport, les députés avaient classé ce site de calcaire à ciment parmi «les dossiers emblématiques des ressources minérales du Burkina Faso».
En effet, en plus des 2 permis de recherche attribués à Diamond Cement Burkina, 2 autres cimenteries, à savoir CIMFASO et CIMASSO, avaient également obtenu des permis de recherche respectivement le 31 décembre 2015 et le 1er juillet 2016.
Les députés avaient décrié l’opération tout en se posant la question de savoir «si cela ne crée pas une situation de concurrence déloyale vis-à-vis des autres cimenteries de la place».
Ainsi, la commission avait recommandé au gouvernement: «De réexaminer ces attributions au regard des règles de la concurrence et cela conformément aux textes nationaux et internationaux».
Le gouvernement n’a pas donné suite à cette recommandation des parlementaires, puisqu’il a reçu la demande de permis d’exploitation introduite par Diamond Cement Burkina après que les activités de recherche se sont révélées concluantes.
Le gouvernement a donc octroyé le permis d’exploitation à la société Sahelian Mining SA, filiale de Diamond Cement. Selon les données communiquées, le gisement attribué couvre une superficie de 20,89 km² et regorge de réserves estimées à 20 millions de tonnes, avec une production moyenne de clinker de 600.000 tonnes par an et aura une durée d’exploitation de 20 ans.
L’Economiste du Faso note que les 20 millions de tonnes de réserves que Sahelian Mining va exploiter constituent l’ensemble de la réserve de calcaire du site de Tin Hrassan, selon les données du ministère en charge des Mines.

NK/EK


Retombées économiques de Sahelian Mining SA

Ce projet d’exploitation du calcaire par Sahelian Mining SA augure une contribution annuelle de 25,835 milliards de FCFA au profit de l’Etat et de 4,184 milliards de F CFA au profit du fonds minier de développement local. Sahelian Mining SA permettra de créer 400 emplois directs et plus de 1.000 emplois indirects.

Commentaires
Numéro d'édition: 191

One comment

  1. bi1 pr la province de l’Oudalan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.